Arts et spectacles

  • Recueil de travaux inédits, de croisements artistiques, d'études historiques et de propositions esthétiques qui convoquent une pensée politique de l'art contemporain, cette anthologie affirme la nécessité de sonder l'articulation entre art et histoire globale, entre art et genre, entre art et corporéités, entre art et décolonialité, à partir de références textuelles, visuelles, performatives et conceptuelles.


    Transnationale, pluridisciplinaire, intersectionnelle, elle témoigne de l'intrication des pratiques théoriques, artistiques et activistes féministes, queers et décoloniales. Composée pour mettre en résonance plusieurs temporalités de la création et de la réflexion, elle présente, ensemble et bout à bout, des textes théoriques, des écrits manifestaires, des scripts et des traces photographiques des oeuvres et des performances : autant d'actions militantes, de pratiques artistiques et de recherches théoriques qui, en transformant profondément les discours sur les identités et en favorisant les recoupements entre leurs diverses facettes - classe, genre, race, orientation sexuelle... - invitent à élaborer des politiques coalitionnelles.


    Avec des contributions de Muriel Andrin, Clélia Barbut, Dalida María Benfield, Rebecca Close, Anne Creissels, Stéphanie Dadour, Katy Deepwell, Fabienne Dumont, María Galindo, Virginie Jourdain, Aurélie Journée-Duez, Melanie Klein, Verónica Lahitte, Dominique Malaquais, Anyely Marín Cisneros, Liza Petiteau, Griselda Pollock et Nataliya Tchermalykh.

  • "On n'a pas choisi ce drôle d'amour/ Qu'il te faut cacher, aux portes du jour"... chantait Gribouille dans "Ostende", en 1968.

    Selon les époques, l'homosexualité féminine fut tour à tour ou simultanément frappée d'opprobre, niée, invisibilisée. Mais clandestine ou pas, à mots couverts ou crus, cette réalité a trouvé pour se dire la voie de la chanson. Et de Suzy Solidor à Chris en passant par Barbara, Brigitte Fontaine, Marie Paule Belle, Juliette Armanet et bien d'autres encore, jusque dans le Club Dorothée, nombreuses sont les voix féminines à l'avoir chantée sur tous les tons.

    Rendant à Sappho ce qui est à Sappho, cet ouvrage illustré de dessins de Julie Feydel nous retrace l'histoire de 40 chansons lesbiennes - de la complicité de leurs paroliers et parolières et de leurs interprètes, aux cabarets et aux clips vidéo, de la réception par la critique à l'accueil du public... qui ne sait pas toujours d'où vient ce qu'il fredonne !

empty