Joseph Tonda

  • L'impérialisme postcolonial n'est pas l'impérialisme qui viendrait après la colonisation. Il est l'impérialisme noir, l'impérialisme invisible, de la Race ou de la Bête, c'est-à-dire de la valeur et de la libido, de l'Argent et du Sexe. Il est le point aveugle que partagent la théorie postcoloniale et ses contempteurs. Le spectre du Noir colonise l'imaginaire du Blanc. Mais, plus encore, le colonial est colonisé par le colonisé lui-même, son opposé qui est aussi sa création, et qui le mine de l'intérieur.
    Avec rigueur et truculence, Joseph Tonda, l'un des penseurs les plus originaux du continent, poursuit sa réflexion sur le pouvoir en analysant les éblouissements de l'Afrique centrale comme de l'Occident. Prises dans une même destinée, nos sociétés sont chahutées entre enchantements et violences, entre calculs et folie, entre croyance et consommation, dans l'indiscernabilité du réel et de l'irréel, du passé et du présent, c'est-à-dire dans l'imaginaire. En faisant défiler sous nos yeux, eux aussi éblouis, les images-écrans, les images d'images de la mondialisation néolibérale qui ont saisi toutes les sociétés, il nous prouve une nouvelle fois qu'il n'est pas si facile de « tuer les yeux », en tout cas les siens.
    Joseph Tonda est professeur de sociologie à l'Université Omar Bongo de Libreville. Il a publié, chez Karthala, La guérison divine en Afrique centrale (2002) et Le souverain moderne. Le corps du pouvoir en Afrique centrale (2005). Il est aussi l'auteur de romans, dont Chiens de foudre (Éditions ODEM, 2013) et Tuée-tuée mon amour (Éditions CLE Yaounde, 2015).

  • Cet ouvrage met en lumière le machisme ambiant au Gabon et explique sur quoi il se fonde et surtout comment il parvient à contaminer les individus, la société et les institutions publiques. Cette lecture est engendrée par l'approche genre dans le cadre des études culturelles, qui mettent en cohérence plusieurs ordres de discours issus des sciences sociales. Les auteurs s'appuient sur un corpus riche et varié pour renouveler la compréhension contemporaine des relations hommes/femmes.

  • Le Congo d'aujourd'hui apparaît tel une scène tourmentée où les représentations et les pratiques religieuses, plus que jamais, accompagnent, structurent, déstructurent les trames et les rythmes d'une société où les églises sont en passe d'annexer toutes les sociabilités. Une emprise insidieuse et violente exercée sur les esprits et les corps des sujets sociaux génère une misère multiforme qui travaille toutes les classes de la société.

empty