Gil Delannoi

  • À l'heure de la mondialisation dite heureuse, depuis la fin de l'empire soviétique, la réunification allemande, la montée en puissance de la Chine et à travers tant d'autres exemples récents, la résistance des nations est un fait indiscutable. Il n'en reste pas moins de bon ton de mépriser la nation, échelle politique d'un autre âge, porteuse de toutes les tares du nationalisme et de l'impérialisme. Or, la nation ne peut se réduire au nationalisme. Forme politique issue des révolutions égalitaires et libérales modernes, elle reste à ce jour l'espace indispensable à toute expérience démocratique. La nation est même le meilleur rempart à opposer aux nationalismes qui persistent et se recomposent dans un monde plus international que global, plus mercantile que libéral. L'histoire des nations et la redéfinition des nationalismes proposées dans ce livre par Gil Delannoi montrent que la nation démocratique n'est pas près de disparaître.

  • Mai 68 a davantage marqué les comportements que produit une nouvelle culture. En effet, peu d'oeuvres s'en inspirent directement, excepté un "art" de propagande soumis à une idéologie ; par contre, l'esprit de mai, conmme si de rien n'était, a entièrement imprégné l'atmosphère de cette décennie. A droite comme à gauche, la pensée n'est plus la même après ces "événements". De nouvelles préoccupations (démocratie directe, féminisme, auto-gestion, écologie, autonomie, etc.) appellent au renouvellement des théories (psychanalyse, marxisme, structuralisme, etc.).
    Gil Delannoi, dans cet essai au ton personnel, brosse un tableau de la vie intellectuelle de cette époque, en éclairant ce que d'habitude on laisse dans l'ombre afin de magnifier ou de déprécier l'ensemble. Ces dix années sont avant tout marquées du sceau de l'utopie ; les certitudes des "contestataires" tout comme les discours défensifs des "contestés" relèvent de l'utopie. Démêler le rêve de la réalité et comprendre comment chacun joue sur l'autre constitue le fil conducteur de cet essai d'histoire politique et culturelle - où l'on retrouve Michel Foucault, Louis Althusser, Jean-Paul Sartre, mais aussi les "situationnistes" et les maoïstes de toutes tendances...
    Privilégiant les grandes idéologies - alors à l'acmé de leur influence - sans délaisser pour autant le travail solitaire de tel écrivain ou de tel cinéaste, Gil Delannoi apporte une réflexion originale sur une période trop souvent caricaturée.

empty