Fabienne Greffet

  • La campagne de Barack Obama lors de la dernière présidentielle américaine a révélé le rôle d'internet comme arme politique : sites, blogs, mondes virtuels et réseaux sociaux servent désormais à mobiliser et à débattre politiquement.

    Internet permet aux partis d'étendre leur champ d'action. Non seulement leurs « vitrines » se composent et recomposent désormais sur le web, mais c'est aussi là que peuvent naître de nouvelles modalités d'engagement et d'expression qui débordent les stratégies de communication ; parallèlement, forums de discussion et d'expression donnent la parole aux citoyens - qui se les approprient, voire les détournent.

    Ces usages du web s'inscrivent dans des cultures et des trajectoires spécifiques. Ainsi, en Grande-Bretagne, le caractère local des élections législatives limite l'extension de l'outil ; aux Etats-Unis, au contraire, Internet est perçu comme un moyen de réduire les distances géographiques. En France, chaque parti s'approprie internet différemment, selon sa tradition et sa sociologie.

    Ce panorama français et international ne manquera pas d'intéresser tous ceux qui restent attentifs à la présence des technologies dans la vie politique et, plus largement, aux évolutions de la communication politique et aux transformations que connaissent les partis.

    Ont contribué à cet ouvrage : Marc Abélès o Dominique Andolfatto o Thierry Barboni o Lucie Bargel o Gersende Blanchard o Franck Bousquet o Nicolas Bué o Dominique Cardon o Stéphanie Dechézelles o Nicolas Desquinabo o Alexandre Dézé o Guilhem Fouetillou o Rachel K. Gibson o Clémence Lerondeau o Djamel Mermat o Anne-Laure Nicot o Anne-Sophie Petitfils o Christophe Prieur o Éric Treille o Thierry Vedel o François Vergniolle de Chantal o Stephen J. Ward

  • Les usages des technologies numériques dans la sphère politique constituent un objet de recherche largement investi en science politique, cependant en langue anglaise plus qu'en français. Ce numéro spécial de Politique et Sociétés s'emploie à rétablir l'équilibre, en présentant et en mettant en perspective les résultats d'un projet comparatif franco-québécois sur les campagnes en ligne, enpolitique.com. L'introduction propose une synthèse de la littérature universitaire concernant trois domaines : les usages du web et des médias sociaux comme outils de campagne électorale, la constitution d'équipes spécialisées dans la communication politique numérique, et les appropriations des dispositifs de campagne par des citoyens, sociologiquement spécifiques, et politisés. L'introduction présente aussi une synthèse des résultats français et québécois discutés dans le numéro, qui montrent que l'expansion des technologies numériques ne fait pas disparaître les logiques antérieures de structuration de la compétition électorale. En revanche, elle conduit à des réaménagements importants des activités de communication politique.

empty