Emmanuelle Avril

  • Arrivé au pouvoir en mai 1997, le jeune et populaire leader du parti travailliste, Tony Blair, semblait être bien placé pour mettre en application son programme électoral qui, sur certains points, était aussi radical que celui de son illustre prédécesseur de 1945 ou celui qui a amené Margaret Thatcher au 10 Downing Street en 1979. Quatre années plus tard partisans et adversaires du New Labour ne s'accordent guère quant au bilan à dresser. Pour les désabusés du blairisme le discours prometteur des premiers mois n'a pas été accompagné de faits, et la communication a primé sur le contenu. De ce point de vue Tony Blair, souvent présenté comme le digne héritier de la Dame de Fer, s'inscrit dans la lignée des néo-libéraux des années 1980. Pour d'autres, les réformes fondamentales mises en place depuis 1997, particulièrement celle des institutions, constituent une véritable coupure avec le passé. Ils y voient une révolution, attendue depuis trop longtemps, dans la vie politique, sociale et économique du pays. Certains, au contraire, déplorent un retour en arrière qui met en danger les acquis de l'époque thatchérienne et qui risque même l'éclatement du Royaume-Uni. Pragmatisme et prudence électoraliste ou réformes ambitieuses, alternance ou continuité par rapport aux gouvernements précédents, les conclusions tirées des quatre premières années du gouvernement New Labour continuent de diverger. Si le bilan définitif n'est toujours pas facile à établir au moment où Tony Blair arrive au terme de son premier mandat, ce débat est plus que jamais passionnant.

  • Le vote du Brexit a provoqué un séisme au Royaume-Uni et en Europe dont les ondes de choc n'ont pas fini de se faire sentir. Il a plongé le pays dans un tourbillon d'instabilité que le chaos entourant les négociations sur les modalités de la sortie de l'Union européenne n'a fait que renforcer. Il a remis en question l'idée du Royaume-Uni comme modèle de démocratie parlementaire. Au-delà, le Brexit est aussi le révélateur d'une crise durable entre le système politique et les citoyens qui vaut pour toute l'Europe. Cet ouvrage tente de sortir de l'état de sidération et d'interrogation dans lequel nous sommes aujourd'hui. Comment le Royaume-Uni a-t-il pu basculer dans une crise politique d'une telle ampleur ? Ce délitement de la société et du système politique et médiatique est-il passager ou bien constitue-t-il un point de non-retour ? Quel avenir pour les Britanniques et, au-delà, pour l'Europe dans son ensemble ? Telles sont les questions auxquelles ce livre informé et érudit s'efforce de répondre. Pauline Schnapper est professeure de civilisation britannique contemporaine à l'université Sorbonne nouvelle-Paris-III. Emmanuelle Avril est professeure de civilisation britannique contemporaine à l'université Sorbonne nouvelle-Paris-III. Spécialistes de la vie politique britannique, les auteures sont régulièrement sollicitées par les médias sur le sujet. 

  • La vie politique en Grande-Bretagne est marquée par l´une des histoires les plus riches et anciennes d´Europe, mais son originalité reste largement méconnue - surtout par le public francophone, qui la réduit trop souvent à l´affrontement des deux grands partis dominants : Labour et Tories.D´où le présent ouvrage qui analyse l´ensemble des partis politiques, en soulignant la force des changements intervenus récemment en Grande-Bretagne. Fondé sur une définition précise du parti politique, il tient compte des multiples dimensions des organisations partisanes (idéologie-valeurs, ressources, soutiens). Il insiste aussi sur la modernisation des grands partis majoritaires (New Labour de Tony Blair, New Tories de David Cameron), ainsi que sur les conditions de la formation d´une coalition gouvernementale aux élections de mai 2010 et l´ascension des libéraux-démocrates.En outre, les auteurs mesurent l´impact du processus de dévolution des pouvoirs, au profit de l´Écosse et du pays de Galles, et s´interrogent sur les mutations des partis nord-irlandais. Ils mettent enfin en lumière la visibilité croissante des petits partis, notamment des Verts, et la montée du populisme (British National Party et United Kingdom Independence Party).Destiné aux étudiants de Licence, de Master et de Doctorat, cet ouvrage s´adresse aussi à toute personne désireuse de bénéficier d´un regard actualisé sur la vie politique britannique.

empty