Benoît Rondeau

  • Le rôle du soldat britannique dans la défaite de l'Allemagne nazie revu et considéré à sa juste valeur.
    Benoît Rondeau dresse de manière exhaustive les spécificités du soldat de l'Empire britannique, les conditions dans lesquelles il a combattu, comment il était formé, commandé, équipé, soigné... Il cherche à appréhender dans sa totalité le quotidien des hommes et des femmes qui ont servi l'armée entre 1939 et 1945, de l'arrivée à la caserne à la démobilisation, sur le front comme à l'arrière, au combat comme au repos, sur les différents théâtres d'opérations, de la jungle au désert en passant par le ciel allemand, les eaux de l'Atlantique ou le bocage normand. Un quotidien qui suppose d'aborder la question délicate des relations avec les civils, que ceux-ci soient des alliés, des ennemis ou encore des ressortissants des nombreux pays de l'Empire où ont été déployées les forces combattantes. On découvre également des personnalités méconnues, tel inventeur ou tel général, loin de la légende de Bernard Montgomery, qui a presque accaparé auprès du grand public la mémoire du haut commandement britannique pendant la Seconde Guerre mondiale. L'auteur aborde enfin la mémoire de ces forces armées après 1945, au cinéma comme dans la littérature ou dans les programmes scolaires, leur postérité étant globalement moins célébrée que l'US Army, mais aussi moins controversée que celle de l'Armée rouge et, plus encore, que celle de la Wehrmacht.
    Au total, il apparaît que la contribution des forces de l'Empire britannique (soldats, marins et aviateurs du Royaume-Uni, des Dominions et des colonies), loin d'être anecdotique, comme l'a prétendu une certaine historiographie française, s'est avérée au contraire déterminante.

  • La vie quotidienne du soldat allemand entre 1939 et 1945.Peut-on devenir un soldat de la Wehrmacht ou de la Waffen-SS au service de Hitler et demeurer un soldat comme les autres ? Comment ce soldat est-il formé, commandé, équipé ? Quelles sont ses relations avec les civils ? Comment vit-il la guerre ? Se comporte-t-il comme les soldats des autres armées ? Quel est son degré de nazification ? C'est à ces questions, parmi beaucoup d'autres, que répond Benoît Rondeau dans cet ouvrage novateur qui s'attache à décrire le quotidien et l'expérience du soldat allemand, sur tous les fronts et quel que soit le corps auquel il appartenait.
    L'auteur retrace d'une plume limpide des parcours très divers, vécus sous toutes les latitudes, du général au pilote de Messerschmitt, de l'administrateur à Paris au tankiste de panzer, et n'omet pas d'aborder l'épineuse question de l'image d'après-guerre et de la postérité de cette force controversée. Ce faisant, il nous offre une étude renouvelée d'une armée à propos de laquelle on pensait tout connaître.

  • 6 juin 1944, au Berghof. Suivant son habitude, Hitler s'est couché tard, vers trois heures du matin. Il ignore que les combats ont commencé en Normandie. S'agit-il de l'Invasion, du véritable Débarquement ? On hésite à réveiller le maître du Reich. à quoi bon s'il ne s'agit que d'opérations de faible envergure ? à midi, Hitler laisse tomber ce commentaire laconique :« Alors, ça y est. »

    La bataille des plages est engagée depuis l'aube et les soldats allemands luttent avec l'énergie du désespoir. Cet épisode, le plus célèbre de la Seconde Guerre mondiale, scelle la défaite du IIIe Reich. Or, pourquoi et comment l'armée allemande, si expérimentée, a-t-elle été vaincue ? En retraçant le Jour J et les cent jours de la bataille de Normandie tels que les ont vécus les Allemands, du simple soldat au général du Reich, Benoît Rondeau nous livre une nouvelle histoire du Débarquement.

  • Rommel

    Benoît Rondeau


    Le nouveau volume de la collection "Maîtres de guerre" : Rommel, le renard du désert, et protégé d'Hitler.

    Le maréchal Rommel est passé à la postérité comme figure de l'officier modèle de la Wehrmacht, à la fois stratège hors pair et homme d'honneur, formé au front pendant la Première Guerre mondiale et étranger aux crimes du IIIe Reich pendant la Seconde.
    Général victorieux à la tête d'une division blindée en mai 1940, il devient commandant de l'Afrikakorps au début de 1941 ; c'est alors que naît la légende du " Renard du désert ", à grand renfort de propagande nazie. Cinq mois avant le déclenchement de l'opération Overlord, le Feldmarschall Rommel, commandant en chef du groupe d'armées B en France occupée, est chargé de la défense des côtes de la Manche. Ayant tenté en vain de s'opposer au rouleau compresseur allié en Normandie, il sera contraint au suicide trois mois après le coup d'État manqué du 20 juillet 1944.
    Dans un récit vivant et richement illustré, Benoît Rondeau nous fait suivre le quotidien de ce remarquable " maître de guerre ". Il revient sur le mythe Rommel, n'hésite pas à poser la question de ses talents de tacticien et de stratège, et met en lumière ses relations complexes avec Adolf Hitler. Au total, le portrait novateur d'un officier de grand talent, qui a mis son épée au service d'un régime criminel et d'une entreprise démesurée.
    Benoît Rondeau, ancien chercheur à la Fondation pour la mémoire de la déportation, est un spécialiste reconnu de la Seconde Guerre mondiale, en particulier des campagnes d'Afrique du Nord et de Normandie. Il est notamment l'auteur d'Afrikakorps. L'armée de Rommel, d'Invasion ! Le Débarquement vécu par les Allemands, de L'Armée d'Hitler ainsi que d'une biographie de Patton. Il contribue aux revues 2e Guerre mondiale, Batailles & Blindés et Ligne de Front.

  • La légende de l'Afrikakorps est née dans le désert libyen. De 1941 à 1943, cette force d'élite allemande se bat en Afrique du Nord, où elle acquiert une renommée considérable. Son chef, Erwin Rommel, devient l'objet d'un culte.

    Avec ruse et habileté, Erwin Rommel, le « Renard du désert », mène son armée de victoires en victoires - Gazala, Bir Hakeim, Tobrouk - jusqu'aux portes d'Alexandrie, avant de combattre la 8e armée de Montgomery à El-Alamein. La célèbre bataille est le tournant de la guerre du désert. Confrontée à de multiples diffi cultés, l'armée de Rommel entame alors une incroyable retraite. Benoît Rondeau retrace ici l'épopée de l'Afrikakorps et interroge le mythe de la « guerre sans haine ».

  • George Smith Patton est le général américain le plus célèbre et le plus controversé de la Seconde Guerre mondiale. Surnommé « Blood and Guts » à cause de son tempérament colérique et intransigeant, il est doté d'un sens inné du commandement et d'un génie tactique incontestable. À la tête de la 3e armée, il combat sans relâche, depuis la Tunisie jusqu'en Allemagne, devenant un véritable mythe.
    Originaire du Sud mais né dans le Far West californien, Patton possédait une personnalité haute en couleur : patriote convaincu, homme d'honneur, meneur audacieux aux coups de gueules retentissants, il suscitait
    autant de détestation que d'admiration auprès de ses soldats et de ses supérieurs. Avide de gloire depuis son plus jeune âge, Patton est persuadé d'être destiné à laisser son empreinte dans l'histoire militaire.
    Initiateur du développement de l'arme blindée aux États-Unis pendant la Première Guerre mondiale, il est l'un des pionniers de la guerre de mouvement au XXe siècle. Par son apport aux campagnes majeures de
    la Seconde Guerre mondiale - notamment lors de l'opération Torch en Afrique du Nord, de la percée d'Avranches ou de sa « chevauchée » dans les Ardennes -, il a contribué à conduire l'armée américaine à la
    victoire finale.
    Benoît Rondeau nous offre aujourd'hui la première grande biographie de Patton. De son enfance dans le ranch familial à son séjour à West Point, des batailles de la Grande Guerre à l'épopée de la Seconde Guerre mondiale, il fait le portrait d'un général d'exception loin de n'être que le va-t-en-guerre magnifié par Hollywood et d'un homme complexe qui a su forger sa propre légende.

empty