Anne Muxel

  • L'autre à distance : quand une pandémie touche à l'intime Nouv.

    Ce que nous avons vécu avec la pandémie de Covid-19 est totalement inédit. La distance liée aux restrictions sanitaires, aux confinements et aux gestes barrières a changé les vies familiales, amicales, amoureuses, sociales, professionnelles de chacun d'entre nous. Comment avons-nous vécu cette crise?? Comment nous sommes-nous arrangés des directives imposées?? Quelles traces en restera-t-il?? Ce livre explique les mutations associées à la pandémie en même temps qu'il traque les traces les plus intimes qui affectent nos vies intérieures et nos relations avec les autres. Apprendre, travailler, être soigné et mourir, aimer et se rencontrer, autant de situations où le virus aura eu raison de nos façons d'être et de faire les plus habituelles. L'Autre à distance auquel nous a contraints la pandémie changera-t-il durablement notre intimité, nos manières de vivre et, plus largement, nos façons de faire société?? Un livre document sur l'expérience collective et individuelle qui est désormais la nôtre. Anne Muxel est directrice de recherches en sociologie et en science politique au CNRS (Cevipof/Sciences Po). Ses travaux dans le champ de la sociologie et de la science politique portent sur la fabrique des identités individuelles et collectives et des formes du lien des individus au système démocratique. Ses recherches à l'interface de la sphère publique et de la sphère privée éclairent les évolutions sociétales les plus caractéristiques de nos démocraties contemporaines. Ses travaux ont donné lieu à plusieurs ouvrages. 

  • « La jeunesse est un âge, elle est un temps de la vie. Elle est aussi un état qui renvoie l'image de la société, de ses espérances et de ses blocages, de ses projections et de ses impasses. Les jeunes doivent pouvoir y trouver une place et assumer la relève des générations. Dans quelles conditions ? Avec quelles contraintes et quelle marge de liberté ? »
    Pour comprendre la jeunesse actuelle, cet ouvrage analyse le vote des jeunes lors des élections présidentielle et législatives du printemps 2017. Il interroge les usages démocratiques contemporains dont les jeunes sont porteurs ainsi que les tensions, voire les paradoxes, qui sont à l'oeuvre dans ce renouveau. Un livre éclairant.

    Anne Muxel est directrice de recherches au CNRS (CEVIPOF/Sciences Po). Elle vient de publier avec Olivier Galland La tentation radicale, enquête auprès des lycéens (PUF).

  • La croyance n'a pas disparu de nos sociétés démocratiques soumises à la relativité des opinions individuelles, à la diffusion d'un modèle de citoyenneté critique et aux logiques des savoirs scientifiques. Par sa puissance imaginaire et symbolique, elle demeure un rouage décisif de l'ordre social, donc politique.Les idéologies, par exemple, sont toujours agissantes, mais elles le sont sous une forme éclatée, compartimentée, au travers d'une mosaïque de références, de standards et de finalités.C'est tout l'intérêt du regard multidisciplinaire que porte cet ouvrage. Issus des champs de la philosophie, de l'histoire, de l'histoire de l'art, de la science politique, de la sociologie, de l'analyse de l'image, les auteurs s'interrogent sur les usages politiques de la croyance individuelle et collective.En explorant des terrains comme la science, la prière, les droits de l'homme, le populisme, le djihadisme, les valeurs de la République, la communication politique, la filiation, la mémoire, le refoulement, les répertoires d'engagement des jeunes, etc., ils relèvent les normes et les valeurs qui permettent de croire et de faire croire dans le monde contemporain.

  • Révolutionnaire à 20 ans, conservateur à 60 ans : quelle part de vérité détient cet adage ? Le vieillissement modifie-t-il les comportements politiques ? Que pèsent la génération ou la classe d'âge auxquelles on appartient ?

    Cet ouvrage veut éclairer les liens entre âge, génération, cycle de vie et politique. Il décortique, au travers de la philosophie, de l'histoire, de la science politique, de la sociologie ou encore de la psychologie, les multiples paramètres historiques, culturels et sociaux qui sous-tendent les effets de l'âge. La politisation des individus au fil des ans est analysée sous ses différents aspects : construction des choix idéologiques et politiques, rapport au vote et à l'abstention, engagement partisan, participation à des mobilisations collectives... Il apparaît que les incidences politiques de l'âge biologique sont ténues. L'âge social et biographique ou encore l'appartenance générationnelle sont au contraire décisifs.

    Une réflexion sur les usages sociaux et les recompositions de l'âge dans les démocraties contemporaines, avec un regard sur d'autres pays d'Europe et sur le monde arabe.
    Ont contribué à cet ouvrage : Ludivine Bantigny o Pierre Bréchon o Monique Dagnaud o Christophe Traïni o Yves Dejaeghere o Bernard Denni o Vincent de Gaulejac o Achim Goerres o Marc Hooghe o Florence Johsua o Farhad Khosrokhavar o Henri Rey o Isabelle Sommier o Pierre-Henri Tavoillot.

  • Faut-il avoir les mêmes idées pour s'aimer ou s'apprécier ? Quel rôle ont les convictions et les choix politiques au sein du couple, dans la vie de famille, entre amis et plus largement dans les liens que l'on entretient avec ses proches ?Ce livre montre une imbrication constante du privé et du politique. Il cherche à dépasser la réticence de la science politique à intégrer le rôle des affects individuels dans ses analyses. Plus affranchis que parle passé des systèmes de croyances et des idéologies, les individus sont amenés à élaborer leurs choix à partir de critères davantage fondés sur des notions de ressemblance et de proximité, faisant de la sphère privée un terrain à part entière de l'aventure démocratique.S'intéressant à l'intime en tant que lieu d'expérience et d'implication politiques, l'ouvrage décrypte les négociations permanentes qui se jouent dans les discussions familiales, ou entre partenaires aux opinions divergentes ; il relate le parcours d'un couple hors norme, les Thorez, pourqui engagement amoureux et politique ne faisaient qu'un, s'intéresse aux mouvements révolutionnaires post-soixante-huitards devenus porteurs des états d'âme de leurs militants, ou encore dissèque les formes dedélitement des amitiés induites par les convictions politiques.Cet ouvrage attachant et novateur, porté par Anne Muxel et ses brillants contributeurs, permet d'explorer d'autres voies d'interprétation et de compréhension de la politisation des individus.

  • L'idée d'une montée de la radicalité au sein de la jeunesse française, avec pour corollaire une certaine banalisation de la violence, mérite d'être examinée. Certes, les passages à l'acte violent ne concernent qu'une petite minorité assez bien étudiée et identifiée. Mais on ne sait en revanche que peu de choses sur le degré d'acceptabilité de la violence aux yeux du plus grand nombre. Quels sont les segments de la jeunesse les plus concernés par la radicalité ? Peut-on observer un lien entre la radicalité politique et la radicalité religieuse ? Comment les jeunes réagissent-ils aux attentats et au terrorisme ?
    Pour répondre à ces questions, les contributeurs de cet ouvrage, tous spécialistes reconnus dans le champ de la sociologie de la jeunesse, analysent les résultats d'une enquête inédite menée auprès de sept mille lycéens de toutes origines sociales et culturelles, et de toutes confessions religieuses.

  • « Reprise continuelle de soi par soi » selon Paul Ricoeur, l'identité ne cesse de se renégocier au fil du temps, des événements de la vie, des jeux entre conscient et inconscient, entre individu et collectivité, entre passé et présent... Dans cette chaîne permanente de recompositions personnelles, comment les croyances évoluent-elles ? À quelles injonctions obéissent les ruptures ou les continuités dans la transmission des convictions politiques ?Réflexions croisées de sociologues, politistes, philosophes, historiens et psychologues sur nos identités politiques de plus en plus mobiles, les contributions de cet ouvrage donnent à voir les ressorts des changements politiques qui façonnent l'histoire comme les histoires de vie. Il met au jour la manière dont le politique est travaillé par le temps, qu'il s'agisse du temps collectif des générations ou de celui, plus intime, des âges de la vie.

  • Comment se fait un vote ? Quand et comment l'électeur décide-t-il de son choix ? Quels crit?res va-t-il retenir et privilégier ? Réalisé par les plus éminents spécialistes des études électorales en France, le Panel électoral français étudie les différents aspects du processus de formation et de construction de la décision électorale : moment du choix, hésitation, influence des images, mobilité électorale, abstention, rebipolarisation, reclassements des électorats du Front national et du MoDem.Deux ans apr?s l'élection de Nicolas Sarkozy, ce livre présente une lecture nouvelle et détaillée des élections présidentielles et législatives, et restitue, au plus pr?s de leur vécu et de leurs choix, le parcours de vote des Français.Le Panel électoral français a été réalisé aupr?s dun échantillon de 1 846 électeurs interrogés ? quatre reprises au cours dune période prenant en compte lélection présidentielle et les élections législatives du printemps 2007.

empty