Littérature traduite

  • Il était une fois un gamin d'origine slave, introverti et turbulent, qui habitait à Rosengård, au quatrième étage du 5C de Cronmansvag, et qui faisait son petit bonhomme de chemin.
    Son nom était Zlatan Ibrahimovic. Pour les gens làbas, c'était « Zlatan ».

    Rosengård est l'un de ces rares quartier-ghettos de Suède. À en croire certains, le plus dangereux de tous. Turcs, Arabes, Polonais, Maghrébins. Il y a tout le « vieux continent », toute la Méditerranée, là-bas.
    Des milliers de gens sont partis chercher un possible futur le long d'Amiralsgatan, l'artère principale de ce quartier de Malmö. Un futur pour eux-mêmes et leurs proches. Paolo Castaldi dessine sur le papier les jeunes années du joueur hors classe que nous connaissons tous aujourd'hui, celles qui ont formé ce caractère rustre et rebelle.
    Il s'agit d'un voyage-reportage dans les rues de Rosengård où l'on voit le jeune Ibrahimovic à la recherche d'un coup du destin, engagé dans une vie difficile qu'il passe entre les terrains de foot du quartier et la maison de son père, où le frigo est toujours vide et la guerre de Yougoslavie omniprésente.

    Paolo Castaldi raconte la naissance du grand champion et comment il devient la légende que l'on connaît.

  • Etenesh débarque sur les côtes de Lampedusa en Italie, presque deux ans après être partie d'Addis Abeba, Éthiopie. Elle a traversé le Soudan, le désert du Sahara, pour finir dans les mains de trafiquants d'êtres humains, et dans une prison en Libye. Elle a traversé la mer Méditerranée dans un bateau gonflable en pensant à chaque mètre, que tout serait en vain.

  • Derrière chaque catastrophe se cache un drame humain.
    Comment réagirions-nous si, du jour au lendemain, nous étions obligés de laisser derrière nous tout ce que nous possédons ?
    Ce livre raconte les tribulations d'une famille au lendemain de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Comme de nombreux autres, ces gens furent contraints de quitter leur foyer, persuadés qu'ils seraient de retour au bout de quelques jours. Mais il était déjà trop tard. Un ennemi invisible s'était approprié durablement toutes leurs possessions, leurs maisons, leurs terres.
    Un quart de siècle s'est écoulé depuis le 26 avril 1986, une goutte d'eau comparée à la durée de vie des résidus radioactifs qui se compte en dizaines de milliers d'années. Ceci est un hommage à toutes les victimes de l'énergie nucléaire hors de contrôle.
    Pour que nous n'oublions pas ce qui s'est passé.

    Sans jamais tomber dans le sensationnalisme ou la controverse, Francisco Sánchez et Natacha Bustos observent à distance les mésaventures de personnages qui auraient pu exister, invitant le lecteur à comprendre, explorer, réfléchir aux conséquences aujourd'hui encore dramatiques d'une catastrophe telle que Tchernobyl.

  • Pendant 28 ans, le Mur de Berlin a séparé, déchiré familles et amis.

    Les deux auteurs de bandes dessinées, Susanne Buddenberg et Thomas Henseler, ont interrogé des témoins et ont enregistré leurs expériences. De la fermeture de la frontière en 1961 jusqu'à l'effondrement du bloc de l'Est en 1989, l'album relate cinq histoires vraies témoignant d'une époque pas si lointaine mais aujourd'hui difficilement imaginable.

    Susanne Buddenberg et Thomas Henseler ont conduit des interviews avec des témoins et ont consigné leurs récits. Cinq histoires authentiques relatent une époque pas si lointaine mais qui, vue aujourd'hui, paraît à peine croyable : une jeune femme tente de quitter la RDA avec une fausse carte d'identité. Un fugitif est abattu à la frontière sans que les pompiers puissent lui porter secours. Une famille entière se cache dans un ministère est-allemand à proximité du mur et espère pouvoir passer à l'Ouest. Un jeune homme prend secrètement des photos du mur et est arrêté par la Stasi. Un bachelier de Berlin-Est visite nuitamment la partie occidentale de la ville et fait la fête comme jamais plus. «Berlin - La ville divisée» nous mène dans les décors originaux de ces histoires : la gare de Friedrichstrasse, la Bernauer Strasse, la Wilhelmstrasse, la Porte de Brandebourg et le poste frontière de la Bornholmer Strasse. Dans tous ces lieux le lecteur peut se mettre à la recherche des traces de ces événements dramatiques.

  • Cette bande dessinée raconte la vie de Mauricio Hora, photographe devenu célèbre grace à ses photos de la favela, et celle des habitants de la première favela du Brésil...

  • Janez, papa de Jurka, 10 ans, se rend avec sa fille dans une station balnéaire en Slovénie où il avait l'habitude de passer ses vacances d'été quand il était enfant. Là, il va prendre le temps de lui raconter ses souvenirs et émotions lors de la disparition volontaire de son père à l'époque.

empty