Pierre Astier

  • L'Algérie est le plus grand pays bordant la Méditerranée avec ses mille deux cents kilomètres de côtes et, avec son immense Sahara, le deuxième pays le plus étendu d'Afrique après le Soudan. De la plus haute Antiquité à la conquête musulmane, de la colonisation française à son Indépendance en 1962, elle fut de tous temps un carrefour de cultures et de civilisations, une terre de convoitise où l'Histoire a marqué le passage des hommes de traces indélébiles et laissé d'innombrables vestiges. Même si la littérature algérienne est déjà mondialement reconnue avec Kateb Yacine, Mohammed Dib, Assia Djebar, Rachid Mimouni ou Yasmina Khadra, et s'inscrit admirablement dans l'histoire des littératures de langue française, elle est aussi riche des voix de Rachid Boudjedra, Hamid Skif, Leïla Marouane, Amin Zaoui, Anouar Benmalek ou du nouvelliste Atmane Bedjou. Les thèmes de l'exil, de la difficulté d'être femme, de la famille, de la place de la religion, de l'amour, y sont récurrents dans ces nouvelles. Ils traduisent bien un pays en devenir, dont l'identité s'affirme au fil du temps (nouvelle édition revue, corrigée et complétée).

  • Forte de 400?000 habitants, la Martinique est surnommée « l'île aux fleurs ». Située dans l'archipel des Petites Antilles, cette région ultrapériphérique de l'Union européenne possède un tempérament bien à elle. Christophe Colomb a été le premier Européen à y poser le pied en 1502, au cours de son voyage vers les « Indes », croyait-il, mais la première colonie française n'a été instaurée que cent trente-trois ans plus tard par Pierre Belain d'Esnambuc (1635). Sa population originelle a tout subi : fuite, expulsion, esclavage... Puis elle s'est reconstituée depuis de multiples origines : africaine, indienne, européenne, asiatique pour établir aujourd'hui sa véritable identité. Grâce à la fougue d'Aimé Césaire, député-maire de la capitale Fort-de-France, la colonie s'est transformée en Département français d'outre-mer en 1946. Les auteurs réunis ici témoignent de cette histoire malmenée, de cet éloignement de la métropole qui peut être un bienfait, de cette insularité dans les Caraïbes...

  • Le 18 septembre 1502, une forte tempête rejette le navire de Christophe Colomb sur le rivage de Isla Uvita, une petite île au large de Puerto?Limón, sur la côte Caraïbe. Fasciné par l'or et le jade qu'arborent les habitants, le navigateur ne tarde pas à baptiser «?Costa Rica?» -?la Côte riche?- les terres qu'il vient de découvrir. Ce petit pays d'Amérique centrale jouit d'un climat tempéré et d'une faune et d'une flore exceptionnelles?: forêt tropicale humide, parcs nationaux et réserves privées avec leurs ponts suspendus, où règnent le quetzal, l'oiseau emblématique de la civilisation précolombienne, multiples volcans encore en activité... Ces richesses en font une destination très prisée. Le pays a même été surnommé la «?Suisse de l'Amérique centrale?», soulignant sa stabilité politique. Gràce à son président José Ferrer, il n'a plus d'armée depuis 1948...

  • La république du Rwanda, surnommé le « pays des mille collines », beau pays d'Afrique de l'Est qui a inspiré les amoureux des grands espaces comme Ernest Hemingway, s'étend dans la région des Grands Lacs. L'Ouganda, à l'est, la Tanzanie, au sud, le Burundi, et à l'ouest, la république démocratique du Congo, sont ses voisins turbulants. Les richesses de son sous-sol ont attisé les convoitises. Et son histoire est fortement marquée par le génocide des Tutsis perpétré entre avril et juillet 1994. Le pays s'en relève aujourd'hui, après avoir mis la communauté internationale devant ses contradictions. Et sa littérature est l'exemple de cet incroyable renouveau.

  • Lointain, protégé par la Cordillère des Andes, longtemps troublé politiquement, le Chili retrouve ses attraits, et sa littérature contemporaine le prouve de la meilleure façon.

    « Parfois, sans aucune raison, j'écartais le rideau de la fenêtre du bus. Sûr que je n'allais jamais deviner où nous allions - dans le désert et de nuit, qui peut bien deviner où il est arrêté ? - mais l'attente me rendait impatiente. Cela faisait trop d'heures que nous étions assises dans ce bus puant et, contrairement à ma maman qui n'avait quasiment pas ouvert les yeux de tout le voyage, moi, je n'arrivais pas à dormir. Alors que toute ma vie je n'avais vu que les paysages verts de Valdivia, d'immenses montagnes d'un bleu virant à la couleur café à mesure que nous nous en approchions, avaient défilé sous mes yeux au cours de cette après-midi. Les bleus étaient surprenants: clairs, foncés, comme du pétrole, comme des iris. Tout ce que je voulais, c'était découvrir les nouvelles couleurs que pouvait m'offrir la nuit du désert, mais apparemment la nuit est la même partout et je dus me contenter de regarder le plafond du bus dans l'espoir qu'il se passe quelque chose. »

  • Grand pays par son histoire, moquée ou taquinée par son voisin français, la Belgique a beaucoup à nous raconter de l'autre côté du miroir !

    « Comme la plupart de ces pays à cheval sur plusieurs cultures, plusieurs langues, plusieurs identités, la Belgique a quelque chose de « marginal » et d'« ex-centrique » tout à la fois. Outre de s'être inscrite de longue date dans une histoire européenne mouvementée - de l'empire Franc au Saint Empire romain germanique, des Pays-Bas bourguignons aux Pays-Bas espagnols puis aux Pays-Bas autrichiens -, la singularité de ce plat pays, qualifié aussi de Pays-Bas méridionaux, réside grandement dans une fabuleuse histoire de seigneureries, de duchés, de comtés, de villes et de ports commerçants et prospères (Bruxelles, Bruges, Gand, Liège, Anvers) ouverts sur le monde et ouverts aux échanges... »

  • La littérature scandinave présente autre chose que du polar froid !

    « Avant, tout était comme d'habitude aussi - et pourtant... Nous vivions dans cet appart de la rue qui va du Musée de la Culture au parc Lundagård. Klara et moi. Chacune à son tour préparait à manger dans cette cuisine qui n'était ni trop grande ni trop petite et qui donnait sur la rue. Sur une feuille plaquée au frigo, la liste des courses. Papier toilette, cottage cheese, riz complet, huile d'olive, et du vin le week-end. Chacune allait et venait à sa guise, dans un joyeux bordel. La salle de bain était refaite à neuf, il y avait un tapis en plastique bleu et une baignoire. J'ai dû certainement y prendre des bains, mais maintenant quand j'y repense, je ne me souviens pas m'y être baignée une seule fois. Sur la porte, une plaque au nom de Palmström, le nom de famille de Klara. Le mien n'y figurait pas, on devait y remédier plus tard, et finalement ça ne s'était pas fait... »

  • Nouvelles de l'Inde du sud Nouv.

    Aux États qui forment l'Inde du Sud - Karnataka, Kerala, Tamil Nadu, Andhra Pradesh et Telangana - correspondent respectivement les quatre langues majeures de la famille dravidienne que sont le kannada, le malayalam, le tamoul et le télougou. Elles font partie des vingt-deux langues reconnues par la Constitution indienne et distinguées depuis peu comme langues « classiques ». Les traductions françaises de ces langues sont encore rares et dispersées. Pour ce premier recueil les réunissant, traduites directement en français, les choix des quatre traducteurs font ressortir des traits marquants de la littérature indienne.Le quotidien sous toutes ses formes, la pauvreté et la corruption, l'exposition des inégalités, les préjugés et les injustices découlant du système des castes occupe une large place dans le corpus de ces nouvelles contemporaines. En relation avec la religion, les incompatibilités supposées entre castes se laissent déchiffrer sans fard. Il y a aussi du beau et du vivant dans tous ces textes qui donnent une idée forte des relations interpersonnelles dans cette partie de l'Inde ô combien séduisante.
    Avec les textes de Ambai, Datla Deva Danam Raju, Lalitambika Antarjanam, N. S. Madhavan, Perumal Murugan, et Vaidehi

empty