Marc César

  • Soulever tout le Midi, tel est l'espoir des communards narbonnais, Émile Digeon en tête, le 24 mars 1871. Leur prise de pouvoir à Narbonne, où l'importante garnison avait été neutralisée tandis que deux cent cinquante soldats étaient passés au peuple, est immédiatement suivie de tentatives de connexions régionales. Le soulèvement, riche par ses initiatives et ambitieux par ses projets, est aussitôt perçu comme une menace par le gouvernement d'Adolphe Thiers, à Versailles, qui, pour en venir à bout, rassemble une véritable petite armée en provenance des villes et départements voisins. La chute de la Commune de Narbonne permettra aux autorités d'utiliser le Midi comme base arrière pour la répression de celle de Paris.
    Marc César propose d'analyser le mouvement narbonnais dans un cadre spatio-temporel élargi, tant national que local, plongeant dans ses racines quarante-huitardes et s'ouvrant sur de multiples réappropriations postérieures. Enrichi et mis à jour depuis sa première édition (Presses Universitaires de Perpignan, 1996), cet ouvrage se veut une contribution au renouvellement de l'historiographie de la Commune de 1871.

  • Qu'est-ce que la Commune de 1871 ? Ce livre, riche de multiples points de vue, propose des pistes novatrices et rouvre le débat. Il s'agit d'une relecture collective de la Commune, dans un cadre spatio-temporel élargi. Il propose au lecteur d'aller au plus près du quotidien de 1871, localement, comme d'examiner l'événement à l'échelle nationale ou internationale.

    Devenue un mythe mondial au xxe siècle, la Commune de 1871 est en réalité mal connue. Le déclenchement de l'insurrection parisienne le 18 mars et la répression de la Semaine sanglante à la fin du mois de mai sont des points de repères parisiens, marqueurs mémoriels qui cachent en partie sa grande complexité, comme sa dimension nationale ou transnationale.
    Fertile en initiatives de tous types, la Commune constitue a posteriori un extraordinaire et fascinant laboratoire du politique. Expérience démocratique originale, affirmation républicaine, forme de fédéralisme à la française, tentative d'émancipation sociale, utopie, référence insurrectionnelle ou révolutionnaire, elle est tout cela à la fois et davantage encore. De fortes reconstructions historiques, sociales et politiques ont de plus accentué sa complexité.
    Aujourd'hui, l'historiographie de 1871 se libère de ses carcans et l'expérience communaliste suscite une curiosité renouvelée. Cet ouvrage présente un ensemble novateur de trente-cinq textes inédits des meilleurs spécialistes français ou étrangers mais aussi de jeunes chercheurs. Il s'agit d'une relecture collective de la Commune, dans un cadre spatio-temporel élargi. Il propose au lecteur d'aller au plus près du quotidien de 1871, localement, comme d'examiner l'événement à l'échelle nationale ou internationale : France, Allemagne, Italie, Autriche, Empire ottoman ; Paris, Lyon, Narbonne, Bordeaux ou Perpignan, Aveyron et Morbihan, Oise et Doubs... Le livre explore l'héritage de 1848 et accorde une large place à l'après-Commune, à l'exil et la déportation, aux postérités, aux mémoires, influences et interprétations.
    La Commune, ce sont avant tout des hommes et des femmes, des destins. Les regards se portent donc sur les individus : la Commune représente un moment particulier dans des trajectoires de vie d'acteurs ou de contemporains connus ou anonymes. Enfin, le livre aborde les relations complexes entre l'histoire de la Commune et sa mémoire et ses commémorations, de la fin du xixe siècle à nos jours.
    Qu'est-ce que la Commune ? Cet ouvrage propose des pistes novatrices et rouvre le débat. Il montre la dimension capitale de l'expérience communaliste pour décrypter le xixe siècle ou nourrir nos questionnements les plus contemporains.

empty