Laurent Fonbaustier

  • L'ouvrage présente le droit de l'environnement à travers sa récente histoire, les enjeux et les défis liés à son insertion dans les ordres juridiques contemporains. Après s'être intéressé aux concepts et aux sources juridiques stratifiées de la discipline, il analyse les principes et les droits environnementaux, puis s'achève par des développements consacrés aux institutions et aux politiques de la protection de l'environnement.
    Donnant toute leur part aux difficultés rencontrées lors de la mise en oeuvre du droit de l'environnement, ce manuel alterne entre synthèse et mise en perspective d'une part, et illustrations concrètes et techniques d'autre part. Les exemples sont tirés des politiques sectorielles de protection de l'environnement dans les domaines variés de l'eau, de l'air et des déchets, de l'énergie, de la préservation des espèces et des espaces, de l'encadrement juridique des pollutions et des nuisances liées aux activités industrielles.

  • Il ne saurait y avoir de politique sans conception de l'homme.
    L'oeuvre de l'Anglais John Locke (1632-1704) est une enquête sur les fondements du libéralisme politique ; elle fait de l'homme son point de condensation. Considéré soit comme l'avocat de la classe bourgeoise et le prophète de l'esprit du capitalisme, soit comme le défenseur prérousseauiste de la volonté générale et de la solidarité sociale, Locke ancre sa pensée dans une double conviction : une foi dans la liberté, l'égalité et l'aptitude de l'homme au bonheur, mitigé par un pragmatisme froid : l'homme est aussi un être fini, fragile, exposé aux plus grandes passions.
    Le libéralisme politique de Locke, qui aboutit à un Etat nécessaire mais réduit, provient très largement de la rencontre de ces deux aspects de son anthropologie. Par le contrat atypique, engagement réciproque et geste politique inaugural grâce auquel les hommes s'associent raisonnablement, la communauté politique, ce moyen de " l'être ensemble " actuellement en crise, apparaît sous la plume du philosophe comme la lumineuse promesse d'un avenir meilleur.

  • Tiré d'une thèse de doctorat, le présent livre a pour ambition de proposer, dans le cadre d'une vaste entreprise s'attachant à élucider les origines du constitutionnalisme occidental, une relecture de la contribution de l'Église à ce phénomène particulier. En s'attachant, à travers une analyse de différents modèles d'organisation du pouvoir au cours de son histoire, elle insiste sur le Grand Schisme et sur le mouvement conciliariste, à la fin du Moyen Âge, en tant qu'ils ont tout à la fois cristallisé et unifié certains discours et pratiques d'une forme de gouvernement constitutionnel au sein d'une Église qui a pu alors léguer un incomparable matériau conceptuel et technique aux structures séculières en gestation.

empty