Laurence Badel

  • Les diplomaties européennes se caractérisent par la variété des pratiques, que ce soit dans la formation des personnels, la place faite aux femmes, la culture et la langue de négociation ou encore la manière de construire des réseaux et d'affirmer les identités.L'Europe de la diplomatie, dont cet ouvrage propose une histoire inédite, est d'abord celle de la cohabitation de ses grands, moyens et petits États, conjuguant diplomatie de puissance, diplomatie commerciale et diplomatie des valeurs. Elle est aussi, des empires multinationaux aux États-nations, celle des coopérations qui se recomposent dans un cadre régional tout en se confrontant aux pratiques d'autres sphères.La profonde transformation contemporaine du métier de diplomate doit se lire au regard de ces traditions, exposées à la complexité accrue des missions et à l'affirmation d'acteurs paradiplomatiques. Des usages propres à l'Union européenne se mettent en place lentement.Pour autant, les rapports de puissance entre les États de l'Europe et le caractère éminemment politique de leurs échanges économiques et culturels demeurent.

  • Cet ouvrage collectif et tiré d'un colloque international entend retracer, à l'aune de sources nouvelles et de questionnements renouvelés l'émergence et l'institutionnalisation de l'histoire des relations internationales comme nouveau champ académique (en France, mais en intégrant la dimension européenne - voire internationale - du sujet), des années 1920 aux années 1950, et en réalité bien au-delà.
    Il s'agit notamment d'étudier, à travers les figures bien connues des deux pères fondateurs de la discipline, Pierre Renouvin et Jean-Baptiste Duroselle, les processus d'institutionnalisation qui caractérisent cette discipline d'un après-guerre à l'autre. Il s'agit pour les contributeurs de démontrer les spécificités de ce champ académique qui s'assume d'emblée comme histoire du temps présent et comme outil d'aide à la décision politique.
    Renouvin et Duroselle sont ainsi solidement replacés au sein de la communauté savante de leur époque, de même que l'ouvrage prend soin de les réinscrire dans le riche contexte politico-social de leur temps (guerres mondiales, guerre froide, construction européenne, etc.). La diffusion de cette nouvelle discipline hors des frontières nationales et le dialogue avec les historiographies étrangères est également bien pris en compte, de même que les rapports complexes avec la science politique.

  • Allliance à l'heure du numérique, qui renouvelle l'écriture classique du diplomate ? Dédié à la conjugaison des deux activités, cet ouvrage met en lumière l'ancienneté, le renouvellement et la diversité des pratiques de l'écrivain entré en diplomatie et du diplomate entré en littérature.
    Interrogeant les identités multiples d'hommes destinés à intervenir dans et sur le monde, analysant les conditions matérielles de l'exercice de leur métier, ainsi que leurs modes d'expression privilégiés, il examine aussi la validité d'un "modèle" français qui serait né avec Chateaubriand. Il s'interroge enfin sur l'invention d'une tradition, formalisée dans l'entre-deux-guerres, mais qui ne trouve sa consécration véritable qu'après 1945, à travers la fortune de l'expression unificatrice et duale "d'écrivain diplomate".
    Actes d'un colloque international qui s'est tenu à La Courneuve et à Paris, en mai 2011, augmentés d'articles originaux, ce livre, au confluent de l'histoire littéraire, de l'histoire sociale et de l'histoire des relations internationales rassemble vingt-quatre contributions d'universitaires et de diplomates français et étrangers, ainsi que des échanges entre historiens et diplomates en activité. L'ouvrage est préfacé par Maurizio Serra, délégué permanent de l'Italie auprès de l'Unesco et écrivain.

  • Ce livre met en lumière la place, méconnue à ce jour, que l'État a tenue au XXe siècle dans l'expansion économique internationale de la France. Vendre à l'étranger est devenu après la Première Guerre mondiale une nouvelle mission de la diplomatie française. L'administration a acquis un pouvoir sans précédent en répondant à la demande des entreprises afin de leur fournir une information détaillée sur les marchés extérieurs et leur apporter son appui dans leurs opérations d'exportation. Fondé sur la lecture d'archives inédites et de nombreux témoignages de diplomates et hauts fonctionnaires, cet ouvrage démêle l'écheveau complexe du dispositif français et présente la genèse, dans les années 1960, de la politique des grands contrats dans le domaine des exportations civiles. À l'orée du XXIe siècle, le système hérité de la Libération est, dans une large mesure, démantelé. Il a néanmoins permis à la France d'accomplir une conversion majeure dans la conduite de ses relations extérieures et de mettre en place sur de nombreux marchés extra-européens une politique d'influence fondée sur une image économique rénovée.

  • L'objectif de cet ouvrage est de définir l'objet "patronat européen" et de préciser les labels (Business History, European studies, histoire des relations internationales, économie politique, etc.). En essayant de penser l'européen à l'aune de processus nationaux, transnationaux, supranationaux ou internationaux, il s'agit non pas de trancher sur la nature de l'Union européenne mais de se donner les moyens de repenser la définition d'un processus qui dépasse les catégories nationales.

empty