Jean de Kervasdoué

  • - la France va manquer d'eau !
    - les OGM sont dangereux !
    - le diesel pollue plus que l'essence !
    - la pollution atmosphérique provoque 48 000 décès par an !
    - La viande rouge est cancérigène !
    - ...
    Comment faire la part des choses entre des enjeux écologiques majeurs et des prophéties aussi catastrophistes que trop souvent infondées ?
    S'appuyant sur des exemples concrets, Jean de Kervasdoué montre à quel point la doxa verte voit tout en noir, de façon quasi dépressive, ce qui a pour conséquence de culpabiliser la société mais aussi de restreindre chaque jour un peu plus nos libertés.
    Pour convaincre, les écologistes, du moins les plus radicaux, en arrivant à déformer les faits. Ils inventent des graphiques annonçant la fin du monde au lieu de dénoncer les dangers immédiats - la surpêche, le traitement des déchets urbains, etc. En vérité, ces nouveaux gourous survoltés profitent de leur position médiatique pour imposer leurs croyances.
    Un essai provocateur, à contre-courant du prêt-à-penser de notre époque, qui nous aide à distinguer les vraies urgences.

  • Si l'hôpital est un lieu familier à tous, son fonctionnement et les règles qui gouvernent cette institution sont mal connus. C'est que l'hôpital a de multiples missions et de nombreux visages : centre de référence des techniques médicales, lieu de recherche et d'enseignement ou encore espace de prévention et d'éducation à la santé, il est aussi un hôtel qui accueille des patients toute l'année, une entreprise au personnel nombreux dont les fonctions et statuts sont variés, un bâtiment civil aux normes d'hygiène et de sécurité innombrables, une institution, ouverte 24 heures sur 24, accueillant toutes les détresses...
    Alors que les réformes succèdent aux réformes, Jean de Kervasdoué nous aide à mieux comprendre les enjeux universels de l'organisation hospitalière et la particularité des choix français. Ils ont des conséquences économiques, sociales, politiques, scientifiques et techniques mais surtout éthiques.

  • Si l'hôpital est un lieu familier à tous, son fonctionnement, les règles qui gouvernent cette institution sont mal connus. C'est que l'hôpital a de multiples missions et de nombreux visages : centre de référence des techniques médicales, lieu de recherche et d'enseignement ou encore espace de prévention et d'éducation à la santé, il est aussi un hôtel qui accueille des patients toute l'année, une entreprise au personnel nombreux dont les fonctions et statuts sont variés, un bâtiment civil aux normes d'hygiène et de sécurité innombrables, une institution, ouverte 24 heures sur 24, accueillant toutes les détresses.
    Alors que les réformes succèdent aux réformes, cet ouvrage aide à mieux comprendre les enjeux universels de l'organisation hospitalière et la particularité des choix français. Ils ont des conséquences économiques, sociales, politiques, scientifiques et techniques mais surtout éthiques.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Une confusion de la pensée s'est installée en France qui fait que nous ne croyons plus au progrès. Pourtant si nous sommes vivants et jouissons de quelques facilités, c'est parce qu'il y a cinq siècles des hommes ont inventé la méthode scientifique, d'où est sortie la technique. La gauche française a longtemps cru au progrès. Sans en ignorer les dangers, elle savait que la recherche scientifique et technique était la dernière frontière de l'aventure humaine. Cette foi disparaît. Pour la droite, c'était déjà fait.
    La production des centrales nucléaires est limitée et les objectifs annoncés en matière d'énergie semblent contraires aux intérêts économiques et écologiques du pays. On s'acharne sur les pesticides - médicaments des plantes - en ignorant leurs considérables bienfaits. La culture des OGM est interdite par des gens inconscients d'être manipulés. On refuse d'aller voir si notre sous-sol recèlerait du gaz de schiste. Le moteur Diesel est considéré comme plus dangereux que le tabac pour la santé. Et le ministère de la Santé proscrit des médicaments à l'utilité incontestable.
    On sait qu'il est difficile de fonder des décisions politiques sur le savoir et l'expertise. Mais il semble bien que le pouvoir politique ne se sent plus légitime pour faire reconnaître la raison. C'est la pression de l'opinion et des modes qui l'emporte ; le pouvoir ne résiste pas à la démagogie et aux sophismes. Nos gouvernants ne disent que ce que l'opinion est prête à entendre plutôt que de défendre l'intérêt général. Et l'opinion est manipulée par des faiseurs de peur. Pendant ce temps le progrès scientifique galope, l'irrésistible curiosité des hommes avance et des chercheurs partent travailler sous d'autre cieux. Fermer la voie à des industries du futur ne sont que pauvres manières d'éviter de traiter les questions posées par la science et la technique aux sociétés contemporaines.

  • Quatre grandes réformes de la Sécurité sociale depuis 1945, un plan d'"équilibre" de l'assurance maladie tous les dix-huit mois depuis 1970, un nouveau ministre de la Santé tous les vingt mois, des médecins mécontents, des infirmières en grève, des hôpitaux qui ferment, des cotisations sociales qui explosent, des Français qui limitent, faute de ressources, leur accès aux soins : sous des aspects toujours nouveaux les problèmes de la santé occupent de manière lancinante le devant de la scène politique.
    Si les Français ne sont pas les seuls bénéficiaires fascinés et inquiets des très profondes transformations de la médecine contemporaine, ils sont les seuls à imaginer avec cette fréquence des réformes qui ont pour caractéristiques d'être toujours onéreuses et le plus souvent inefficaces au sens où, sauf exception, elles ne traitent d'aucun aspect structurel et débattent, pour mieux les éviter, des mêmes sujets depuis.
    1925 ! La France réforme pour ne rien changer. Ce livre ne se contente pas de passer en revue les composantes du système et d'en inventorier les contradictions, les blocages et les absurdités. Il démonte les origines de la situation inextricable où nous sommes enferrés. Il éclaire, à l'aide de comparaisons internationales, les voies possibles du changement et les fausses solutions, comme la privatisation.
    La conclusion de Jean de Kervasdoué est sans ambiguïté. Il n'existe d'autre issue qu'une " révolution sans réforme ". Il en définit la méthode.

  • Le monde entier envie notre modèle social, et nous sommes assez fiers de ne laisser - du moins en théorie - aucun citoyen sur le carreau. Mais le miracle de la « Sécu » est gravement menacé par l'évolution démographique, la faible croissance économique et, surtout, par l'impéritie successive des gouvernants qui ont laissé croire que le système pourrait répondre inchangé à l'explosion des savoirs et des techniques médicales.
    Or ce système est à bout de souffle, on ne peut plus accroître les prélèvements ni raboter les dépenses : l'asphyxie solidaire nous guette. Ni l'opinion publique ni nos dirigeants ne considèrent la protection sociale en général et l'assurance maladie en particulier comme des priorités. Morale redoutable de l'histoire : l'inégalité règne et la qualité des soins, excellente ici, est médiocre là.
    Jean de Kervasdoué propose de profondes réformes pour éviter que les charges sociales et les bons sentiments n'étouffent notre précieuse solidarité et contribuer à sauver la « Sécu ».

  • Le charbon est plus fatal que l'amiante.
    Et l'un et l'autre cent fois plus que les radiations nucléaires.
    La catastrophe de Seveso n'a tué que le directeur de l'usine : il a été assassiné par les Brigades Rouges.
    Malgré le réchauffement de la planète, la Terre n'a pas encore atteint la température de l'an. mil.

    N'en déplaise aux prêcheurs de l'apocalypse, je suis fatigué de leurs discours sur la santé et l'environnement. Il est temps de remettre quelques pendules à l'heure.
    Jamais l'espérance de vie n'a cessé de croître dans les pays riches, jamais leurs habitants n'ont vécu aussi vieux et en meilleure santé. Et pourtant, nous sommes englués dans le médicalement correct. Les intellectuels doutent de tout et le reste de la population croit en l'astrologie et aux maisons hantées. A qui bénéficie notre crédulité ?
    Il serait plaisant de connaître les financiers des grandes associations écologistes. Celles qui stigmatisent l'ogre Tchernobyl et les grands méchants OGM, tout en abandonnant une partie de l'humanité en chemin.
    Les bons sentiments ne feront rien pour réduire la contradiction majeure entre la santé d'aujourd'hui, l'économie de demain et la survie d'après-demain. La Raison et l'analyse des intérêts de chacun seront la seule chance des déshérités actuels et des réchauffés à venir.
    Jean de Kervasdoué

  • Depuis plus de dix ans, le thème de la qualité des soins est au coeur de toutes les réflexions et mesures visant à améliorer notre système de santé.
    Mais en dépit des intentions affichées, la France accuse encore un important retard en la matière. Un chiffre suffit à nous alerter sur l'importance du problème : chaque année, les infections contractées lors d'un séjour hospitalier, dites nosocomiales, causent 10 000 décès. Ce livre se veut d'abord un plaidoyer pour la mise en oeuvre des procédures de qualité.
    Il met cependant en garde contre une certaine conception des politiques de qualité de soins qui pourrait mener à une bureaucratisation et une déshumanisation des pratiques médicales.
    Il propose des mesures opérationnelles susceptibles d'être développées rapidement.
    Ecrit par l'un des meilleurs spécialistes de la question, cet ouvrage n'hésite pas à bousculer tous les conservatismes et à avancer des solutions audacieuses.

  • Très cher santé

    Jean de Kervasdoué

    • Perrin
    • 22 January 2009

    Quelle est la destinée de notre système de santé ?

    Les Français ont hérité d'un merveilleux système de santé, classé au premier rang mondial par l'OMS en 2000. Seul problème, ils semblent déterminés à le conduire à la faillite. Pourtant ce n'est pas faute d'injecter des milliards d'euros et de multiplier les plans de réforme.
    Résultat : le tonneau des Danaïdes financier apparaît comme une fatalité puisqu'à la rigueur aveugle succède la compassion dégoulinante et vice versa. Or, il y a urgence à identifier les vraies causes de notre problème de santé et à y porter remède. Sinon, ce qui nous pend au nez - pour d'évidentes raisons démographiques et de concurrence internationale -, c'est l'explosion d'un système associant Assurance maladie et médecine dite " libérale ".
    Jean de Kervasdoué établit non seulement le diagnostic actualisé le plus lucide, mais balaie aussi les idées fausses entretenues depuis cinquante ans et, grâce à d'édifiantes comparaisons internationales, indique les pistes d'une sortie de crise.

    Jean de Kervasdoué est professeur au CNAM et codirige l'Ecole Pasteur/CNAM de santé publique. Membre de l'Académie des technologies, il a été directeur des Hôpitaux au ministère de la Santé. Son dernier livre, Les Prêcheurs de l'Apocalypse, a été un best-seller.

  • Si l'hôpital est un lieu familier à tous, son fonctionnement, les règles qui gouvernent cette institution sont mal connus.
    C'est que l'hôpital a de multiples missions et de nombreux visages : centre de référence des techniques médicales, lieu de recherche et d'enseignement ou encore espace de prévention et d'éducation à la santé, il est aussi un hôtel qui accueille des patients toute l'année, une entreprise au personnel nombreux dont les fonctions et statuts sont variés, un bâtiment civil aux normes d'hygiène et de sécurité innombrables, une institution, ouverte 24 heures sur 24, accueillant toutes les détresses...
    Alors que la réforme des systèmes de santé se met en place peu à peu, cet ouvrage nous invite à comprendre l'organisation des institutions hospitalières et les enjeux sociaux, économiques, politiques, scientifiques et techniques mais aussi éthiques qui s'y rattachent.

  • Directeur des Hôpitaux au ministère de la Santé de 1981 à 1986, spécialiste internationalement reconnu de la gestion des services de santé, Jean de Kervasdoué croyait tout connaître de l'Hôpital. Il avait visité des centaines d'établissements au cours de sa carrière, en connaissait personnellement les principaux responsables, avait directement participé à leur gestion, à leur organisation, à leur réforme.
    Pourtant, il manquait une dimension à son regard, celle que confère la position allongée et l'absolue dépendance de celui qui souffre. Un inavouable accident de patin à roulettes sur un trottoir parisien, aux conséquences redoutables, lui fournit l'occasion de vivre cette expérience initiatique.
    Certes, il ne découvre rien qu'il ne sache déjà. Les dysfonctionnements, le manque de personnel, l'absence de coordination entre les services, la déresponsabilisation des agents, le gâchis financier, la disparition de la
    compassion à l'égard du patient, l'inhumanité des usines à soigner sont des réalités décrites dans de nombreux rapports administratifs. C'est toujours autre chose de les vivre concrètement, d'en subir les conséquences dans sa chair.
    Avec un humour volontiers provocateur, Jean de Kervasdoué livre le récit personnel de cette expérience, qu'il complète d'une analyse critique (et auto-critique) d'un quart de siècle de réformes hospitalières.

  • Fondée en 1941 par Paul Angoulvent, traduite en 40 langues, diffusée pour les éditions françaises à plus de 160 millions d'exemplaires, la collection " Que sais-je ? ", est aujourd'hui l'une des plus grandes bases de données internationales construite, pour le grand public, par des spécialistes.
    La politique d'auteurs, la régularité des rééditions, l'ouverture aux nouvelles disciplines et aux nouveaux savoirs, l'universailité des sujets traités et le pluralisme des approches constituent un réseau d'informations et de connaissance bien adapté aux exigences de la culture contemporaine.

  • Malgré les changements politiques et l'adoption d'importantes réformes dans le domaine de la santé - comme la loi de financement de la Sécurité sociale- les thèmes défendus aujourd'hui sont les mêmes qu'il y a six ans, lors de la parution du premier Carnet de santé de la France: croissance incontrôlée des dépenses de soins et tout particulièrement des dépenses de médicaments, risques tangibles des pertes de solidarité, absence de garantie effective de la qualité des soins, abandon des engagements pris, etc.
    Non seulement la France est un des rares pays occidentaux à ne pas maîtriser la croissance de ses dépenses de soins, mais il est le seul à financer ses dépenses courantes par un chèque de 50 milliards d'euros qui ne suffit déjà pas... C'est dans ce contexte que se place le Carnet de santé 2006. Rédigé par des experts indépendants placés sous la responsabilité de Jean de Kervasdoué, il associe une analyse des questions conjoncturelles à une réflexion sur les problèmes structurels.
    Cet ouvrage comporte en outre un important dossier, fruit de dix-huit mois de recherches en France et à l'étranger, consacré au rôle que joue et pourrait jouer l'informatique dans l'optimisation et le financement des soins.

  • Réalisé sous l'égide de la mutualité française, cet ouvrage se veut ';un état'; du système de santé en france. il fait le point sur l'ensemble des pratiques médicales, du financement des soins et de la politique de santé. le carnet de santé de la france 2009 propose une mise en perspective du système français à la lumière d'autres systèmes et d'autres réformes effectuées dans plusieurs pays étrangers.

  • Déjà, Les prêcheurs de l'Apocalypse soulignaient l'inanité opérationnelle du principe de précaution.
    Depuis, la prétention de cette prétendue « précaution » a reçu d'amples, nombreuses et, parfois, réjouissantes illustrations. La meilleure d'entre elles est sans doute l'épisode de l'épidémie de grippe H1N1. Si elle n'a pas été catastrophique, c'est moins grâce aux mesures prises par le gouvernement, achat de 10% des vaccins mondiaux et d'un tiers des capacités mondiales de production de Tamiflu, que par le caractère certes contagieux mais peu virulent du virus. Les Français se protègent, les Français ont peur. Ils croient que le cancer s'étend, que la vie moderne fait des ravages, que les nanotechnologies sont la menace de demain. La « nature » devient leur ultime recours, alors qu'ils s'en protègent et que, par ailleurs, ils n'ont jamais aussi bien et aussi longtemps vécu. De surcroît, cette déraison précautionneuse détourne le regard des véritables problèmes de l'environnement, comme la biodiversité ou la nécessité de se détacher progressivement des énergies fossiles. Non, définitivement, la peur est au-dessus de nos moyens et, comme le disait Pierre Dac : à force de prendre des vessies pour des lanternes. on se brûle. Cet ouvrage a pour seul objectif d'éviter quelques unes de ces brûlures collectives : investissements inutiles, règlements inopérants et précautions qui ne protègent de rien. Le principe de précaution ne peut pas être « raisonnable». Il demeure une insulte à la raison.

  • Il n'y a pas d'autres domaines que l'écologie où les préoccupations les plus justifiées voisinent avec les plus évidentes bêtises, où la confusion des concepts est aussi manifeste, où les croyances l'emportent sur la raison, où la pression sociale est aussi sirupeuse que violente, où l'idéologie prend le masque de la vérité, où les intérêts se cachent sous la bannière de la générosité, où les informations sont partielles, partiales et souvent truquées. Cette bouillie de faux concepts, de grands sentiments et d'intérêts camouflés conduit les hommes les plus respectables à proférer doctement les plus évidentes contre-vérités, à prendre la plaine de la Beauce pour le Sahel, à considérer que le réchauffement climatique affecte Bordeaux comme Tombouctou, que le débit du Rhône est celui du Jourdain, que la dégustation d'un steak est aussi dangereuse que la traversée à la nage du détroit de Magellan et surtout à prendre les plus incontestables bienfaits de la science pour le plus grand des dangers.
    Mais nous rêvons d'une nature qui n'a jamais existé, nous sommes convaincus que la qualité des produits alimentaires se détériore et que l'agriculture s'acharne à détruire l'environnement et, avec lui, la santé des Français. Pourtant, l'espérance de vie des Français augmente encore - sauf quand on oublie de se faire vacciner - la qualité des produits alimentaires s'améliore, la famine régresse dans le monde, les surfaces boisées gagnent du terrain. Pourquoi alors ce fossé entre la réalité et sa perception ?
    Un pamphlet utile et très vigoureux pour tacher de répondre à nos craintes les plus quotidiennes.

  • Conçu pour accompagner chaque femme, quels que soient son âge et ses convictions, tout au long de sa vie, de la puberté à l'après-ménopause, ce livre répond de façon claire, détaillée et rassurante à toutes les questions qu'elle se pose quand survient un événement particulier ou une inquiétude.
    Les conseils du docteur Anne de Kervasdoué sont personnalisés sous forme d'avis. Tous les sujets sont abordés?: la contraception, la sexualité, les difficultés pour être enceinte, les troubles urinaires, l'endométriose, les maladies du sein, les infections, et notamment celle au papillomavirus, mais aussi tous les aspects de la vie intime féminine.
    Il est recommandé à ceux qui, de plus en plus nombreux, souhaitent mieux comprendre et accompagner leur femme.
    Un livre complet qui parle aux femmes (et aux hommes) et vous donne des réponses et des solutions adaptées à chaque situation.

  • Premier guide pratique sur la santé féminine, questions de femmes est aujourd'hui devenu un classique.
    Entièrement mis à jour, il fait état des évolutions les plus récentes de la gynécologie et répond aux interrogations des femmes sur leur corps, la sexualité, la maîtrise de la fécondité. de la petite fille à la femme qui a passé le cap de la ménopause, tous les âges de la vie sont abordés dans ce guide aussi complet que rigoureux. la puberté : le bouleversement hormonal, l'amour la première fois. sexualité féminine : ses aléas et son épanouissement.
    La contraception et ses dernières nouveautés : le stérilet à la progestérone, les pilules récentes, le patch contraceptif, l'anneau vaginal. l'infertilité et les moyens d'y remédier. le point complet sur les mst. la ménopause : toutes les possibilités, avec des conseils personnalisés, sur les ths et ses alternatives ; les nouveaux traitements de l'ostéoporose. la beauté après 50 ans. les avancées diagnostiques et thérapeutiques sur le cancer du sein.

empty