Frédéric Ramel

  • Une nouvelle forme de relations internationales se dessine : un mouvement favorable à l'unité politique du monde en tant qu'aboutissement logique de l'histoire universelle. Il rompt avec les mécanismes classiques d'attraction entre les États, fondés sur la polarisation stratégique ou la séduction culturelle.

    Comment ce mouvement peut-il se traduire en institutions ? Quelles finalités peuvent-elles leur être associées : la justice, les droits de l'homme, la paix, la république ? Comment les familles de pensée politique se positionnent-elles face à ce phénomène « d'attraction mondiale » qui bouleverse la façon de concevoir l'humanité dans la mondialisation.

    L'auteur distingue trois perspectives : celle des cosmopolitismes qui accompagnent cette attraction ; celle des pluralismes qui contestent à la fois son existence et sa pertinence, et celle des conceptions alternatives ou non occidentales qui favorisent des approches en termes de milieu.

    En présentant de manière didactique les controverses que soulève l'idée d'un « État universel » et les lignes de faille que creusent ces controverses au sein des grands courants contemporains, cet ouvrage se veut une introduction à la philosophie politique des relations internationales.

  • La collection "Sociologies", dirigée par Raymond Boudon, membre de l'Institut, professeur à l'Université de Paris IV-Sorbonne, réunit des contributions variées par les sujets abordés, par les orientations politiques générales des auteurs, mais utilisant un paradigme commun qui préfigure une science sociale générale transcendant les barrières disciplinaires.

  • Le Dictionnaire de la guerre et de la paix, avec plus de 300 entrées, entend apporter une pierre à l'édifice francophone des études sur la guerre, la paix et la stratégie. Universitaires français et étrangers, militaires et acteurs du monde associatif ont contribué à le façonner en s'appuyant tant sur une tradition historiographique forte que sur des études juridiques, normatives et éthiques variées.
    En d'autres termes, ce Dictionnaire est une photographie des recherches actuelles sur la guerre et la paix, concepts qu'il convient d'analyser dans toutes leurs dimensions pour comprendre les mutations de la guerre aujourd'hui.
    Il s'adresse aussi bien aux spécialistes du domaine qu'à tous ceux qui souhaitent réfléchir à ces questions.

  • Les relations internationales représentent un élément essentiel de compréhension des sociétés contemporaines. L'action politique des Etats, les mobilisations sociales, les formes contemporaines de coopération et de conflit sont autant de phénomènes qui ne peuvent être réellement compris qu'avec un regard international.
    Cet ouvrage présente les grandes lignes du système international contemporain et les acteurs (Etats, organisations internationales, ONG...) qui le composent. Il présente, de façon thématique, les grands enjeux internationaux liés à la mondialisation. Illustré d'encadrés (portraits, focus, controverses...), cet ouvrage propose à la fin de chaque chapitre des entraînements sous forme de QCM, questions de réflexion ou sujets de dissertation.

  • La course aux armements a repris de plus belle, la surenchère nucléaire se poursuit, les interventions militaires et attentats terroristes se multiplient, la technicisation des combats va croissant, le dérèglement climatique fait entrevoir l'imminence d'une guerre contre la nature... Et pourtant, nous restons convaincus de vivre l'âge le plus pacifique de l'histoire de l'humanité. Nous continuons de croire aux promesses, formulées avec la fin de la guerre froide, d'un monde totalement apaisé.
    L'Enjeu mondial revient sur les grandes interprétations du fait guerrier, qu'elles privilégient la disparition des affrontements interétatiques, la normalisation à travers le prolongement sans fin des états d'urgence ou la transformation des modes et des espaces de combat. À l'aide de panoramas illustrés et chiffrés, de cartographies, d'entretiens et de débats avec les meilleurs spécialistes francophones et anglophones, il s'ouvre aux dernières avancées de la recherche sur la conflictualité, qui ont permis à la fois de renouveler les instruments de mesure et les concepts, de comprendre ce qui cause la guerre et ce qui aide à la contenir.
    Coréalisée par le CERI, l'Atelier de cartographie et les Presses de Sciences Po, la collection « L'Enjeu mondial » propose les analyses de spécialistes illustrées de façon claire et pédagogique par des cartes et des graphiques en couleurs enrichies des données les plus récentes. Ses ouvrages sont complétés et actualisés sur : www.sciencespo.fr/enjeumondial.
    Avec les contributions de Bertrand Badie - Thierry Balzacq - Laure Bardiès - Didier Bigo - Pauline Blistène - April Carter - Miguel Centeno - Daniel Compagnon - Frédéric Coste - Charles-Philippe David - Mathias Delori - Général Vincent Desportes - Daniel Deudney - Adrien Estève - Aude-Emmanuelle Fleurant - Éric Frécon - Frédéric Gros - Marine Guillaume - Ronald Hatto - Thomas Hippler - Bruno Latour - Thomas Lindemann - Benjamin Oudet - Yannick Quéau - Alexis Rapin - Hew Strachan - Vicki Yang.

  • Faut-il fonder une justice distributive mondiale au profit des plus faibles ? Existe-t-il des guerres qui répondent aux critères de la "guerre juste" ? Quelle est la meilleure architecture politique mondiale ? De telles questions ne relèvent pas d'une approche scientifique mais plutôt d'une théorie normative qui prescrit conduites et modèles d'organisation.
    Car, contrairement aux idées préconçues, la philosophie ne se borne pas à un idéal de vie au sein des formes politiques. Elle analyse bel et bien l'essence des relations internationales en répondant à ces interrogations. Lire et interroger ces sources contemporaines et passées, telle est l'ambition de cette anthologie. A travers une sélection de textes commentés et contextualisés, le lecteur découvrira ici les grands penseurs de la philosophie politique au coeur même de leur oeuvre : Dante, Machiavel, Hobbes, Montesquieu et Rousseau aux côtés d'auteurs classiques (Vitoria, Vattel, l'abbé de Saint-Pierre) ou contemporains (Rawls, Habermas, Walzer).
    Des philosophes ayant suscité regain d'intérêt ces dernières années (Leroux, Arendt) ou vifs débats récents (Strauss, Schmitt) sont venus enrichir cette deuxième édition.

  • Longtemps qualifiées de « science américaine », les relations internationales sont l'un des secteurs les plus porteurs du marché universitaire mondial : offres de cours, programmes de recherche, intérêt des étudiants.

    Fruit de la collaboration entre une soixantaine de chercheurs, seniors et juniors, ce traité embrasse tous les aspects des relations internationales, y compris dans leurs développements les plus récents. Il croise différentes approches de ce champ scientifique qu'il entend contribuer à renforcer et à dynamiser dans le monde francophone.

    Ce panorama complet se décline en quatre parties : 1) l'histoire comparée des relations internationales en tant que discipline universitaire ; 2) l'analyse des modalités par lesquelles les autres disciplines, des mathématiques à la philosophie, l'appréhendent ; 3) l'état des savoirs dans les différentes branches du domaine ; 4) l'examen des canaux de diffusion des connaissances, de la pédagogie aux débats publics au sein de la Cité, sans oublier l'expertise et les nouveaux médias.

    Portant l'ambition de renouveler la tradition ancienne du traité, cette somme inédite en langue française se veut à la fois la porte d'entrée de la discipline et sa référence pour tous les publics et acteurs concernés : étudiants, enseignants, chercheurs, politiciens, diplomates et experts, professionnels des associations et des organisations internationales.

  • On a pu souligner l'importance du facteur confessionnel dans les conflits armés contemporains, interétatiques mais aussi intraétatiques. Cet ouvrage ambitionne de proposer un schéma d'analyse de cette situation nouvelle, en refusant la thèse de la fatalité belligène du religieux.

    1 autre édition :

  • Günther Anders (1902-1992) a voulu penser la situation de l'humanité après Auschwitz et Hiroshima et la possibilité de sa destruction totale. Ce volume rassemble des études sur son anthropologie, son rapport au judaïsme, ses conceptions de la morale, des catastrophes, de la guerre nucléaire.

    1 autre édition :

  • This volume explores the interrelation of international relations, music, and diplomacy from a multidisciplinary perspective. Throughout history, diplomats have gathered for musical events, and musicians have served as national representatives. Whatever political unit is under consideration (city-states, empires, nation-states), music has proven to be a component of diplomacy, its ceremonies, and its strategies. Following the recent acoustic turn in IR theory, the authors explore the notion of "musical diplomacies" and ask whether and how it differs from other types of cultural diplomacy. Accordingly, sounds and voices are dealt with in acoustic terms but are not restricted to music per se, also taking into consideration the voices (speech) of musicians in the international arena.
    Read an interview with the editors here: https://www.sciencespo.fr/ceri/en/content/international-relations-music-and-diplomacy-sounds-and-voices-international-stage

  • Depuis 1945, la guerre a changé de visage au point qu'on hésite désormais à la nommer.
    Interventions extérieures, guerres irrégulières, conflits asymétriques ou " de basse intensité "... De nouvelles expressions sont apparues pour souligner la singularité du contexte stratégique contemporain. Ainsi les conflits actuels sont-ils souvent présentés comme l'antithèse des guerres d'autre fois, qui étaient " grandes ", " totales " et " majeures ". Que s'est-il passé ? Comment interpréter les mutations de la guerre ? Comment les Etats occidentaux, dont les armées semblent avoir intériorisé le modèle de la guerre majeure tout au long du XXe siècle, peuvent-ils relever les défis soulevés par les formes contemporaines de la conflictualité ? A l'âge de la mondialisation, qui voit émerger de nouvelles puissances, peut-on écarter tout scénario de guerre majeure ? Telles sont les principales questions posées dans cet ouvrage qui croise les regards d'historiens, de philosophies j et de politistes pour proposer une approche originale et synthétique des problèmes stratégiques d'hier et d'aujourd'hui.
    De la Guerre de Trente ans à la Guerre Froide, il apparaît que les guerres majeures ont profondément marqué l'histoire et la pensée stratégique en Europe. Au XXIe siècle, ha guerre devient à la fois plus limitée et moins lisible, au sens où la technologie ne représente plus la solution tactique adéquate et où la victoire politique tarde à se concrétiser. Le reflux des guerres majeures ne préfigure pas la disparition de la guerre.
    C'est la raison pour laquelle il ne faut cesser de la penser.

  • La guerre distribue les membres d'une société en deux classes : les soldats de tous statuts, et les autres - qui composent la grande majorité. Dans quelle mesure celle-ci apporte-t-elle son appui à ceux-là ? Quels sont les divers rôles, fonctions et comportements d'une société civile en période de conflit armé ? Les réponses varient selon les âges et les cultures. En Europe notamment, l'éveil et la cristallisation du sentiment national bouleversent la donne ; les médias cherchent à formater l'opinion publique ; le clergé et les intellectuels introduisent des considérations éthiques et idéologiques sur la légitimité de la guerre.
    A rebours, quelles peuvent être les opinions des combattants sur l'arrière ? Car l'arrière est le lieu d'un autre combat, celui de la guerre psychologique que l'ennemi mène afin de rallier la société civile adverse à sa cause. La résistance et la résilience varient : tandis que les élites byzantines, chinoises, sassanides ont accordé leur appui aux vainqueurs, des peuples ont continué le combat pendant des générations.
    En portant l'attention sur des époques et des aires culturelles très différentes, ce volume réussit à éclairer la complexité et la variété des impacts de la guerre sur les sociétés.

  • - 13%

    This volume brings together different approaches to diplomacy both as an institution and a practice. The authors examine diplomacy from their own backgrounds and through sociological traditions, which shape the study of international relations (IR) in Francophone countries. The volume's global character articulates the Francophone intellectual concerns with a variety of scholarships on diplomacy, providing a first contact with this subfield of IR for students and practitioners.

empty