Etienne Peyrat

  • Des premières années du xxe siècle à la chute de l'Union soviétique, ce livre explore les enjeux politiques, militaires, mais aussi économiques, culturels et migratoires qui ont profondément transformé ces territoires des confins. Ce faisant, il interroge la nature des frontières et de leur évolution dans le monde contemporain.
    L'histoire du Caucase contemporain, ancienne région de contact entre les empires, est un parcours au fil d'un siècle de relations entre Russie, Turquie et Iran. Des premières années du xxe siècle aux conséquences de la chute de l'Union soviétique, ces territoires de confins furent l'objet d'enjeux politiques et militaires, mais aussi économiques, culturels et migratoires exacerbés par cet ancrage géographique à la croisée des influences.
    Comment la densité d'un espace frontalier turbulent se retrouve-t-elle au coeur de politiques qui visent à l'homogénéiser et à l'intégrer dans des espaces de plus en plus nationaux ? Comment passe-t-on d'une frontière ouverte, vécue de manière fluide par les populations, à ce lieu de confrontation, politique ou idéologique ?
    Tandis que la question de la circulation des hommes a pris ces dernières années un caractère dramatique, Étienne Peyrat livre les clés pour comprendre la nature même des frontières et de leur évolution dans le monde contemporain, entre jeu des puissances et vie des sociétés.

  • La question des frontières est d'une actualité souvent brûlante, qu'il s'agisse des pourtours de l'Europe, de la mise sous observation de zones transfrontalières perçues comme dangereuses, du contrôle des migrants ou de l'érection de murs. Il apparaît alors crucial d'étudier les processus contemporains de mise à distance, mais aussi de durcissement des frontières, au sein d'un monde globalisé en les reliant avec les expériences passées de constructions impériales et nationales et de marquage spatial de la souveraineté.
    Différentes dimensions de la frontière mondialisée se distinguent alors : l'espace de violence et de contrôle, la disparition et réapparition de «zones grises» dans l'interstice des Etats, la frontière comme ressource politique, identitaire et économique.

empty