Eric Verdeil

  • Sept humains sur dix vivent en ville. Des mégapoles se forment sur tous les continents. Partout le bâti s'étale et se standardise, les mondes ruraux disparaissent, les modes de vie s'uniformisent et, dans le même temps, les inégalités se creusent. La généralisation de l'urbain réchauffe la planète, détruit la biodiversité et nous rend encore plus vulnérables face au changement climatique. Mais les villes sont aussi notre bien commun. Elles sont des lieux de production de richesses, d'innovation, de création culturelle, de solidarité et de résilience. Elles fascinent par leur gigantisme, leurs foules et leurs innombrables activités, laissant dans l'ombre une autre réalité: la myriade de villes petites et intermédiaires qui composent l'essentiel des mondes urbains d'aujourd'hui. Celles des pays dits en développement, en particulier, dont les «basses technologies» sont loin d'affecter autant l'avenir de la planète que les métropoles mondialisées.Pour explorer les mondes urbains, les auteurs de cet atlas ont défriché de multiples champs hétéroclites. Aux sources classiques des organisations internationales et des réseaux de villes, ils ont confronté l'éventail des nouvelles possibilités offertes par le numérique, multiplié les échelles et se sont affranchis des spatialités territoriales usuelles. Voici une cartographie inédite de la planète des citadins.

  • Cet ouvrage présente l´histoire de l´urbanisme de Beyrouth entre la période de l´indépendance et le début de la guerre civile libanaise. Il met l´accent sur l´ambitieuse présidence réformiste de Fouad Chéhab, moment fondateur de la construction de l´État

  • Dans les pays du sud et de l'est de la Méditerranée, la ville constitue un enjeu social et politique majeur.
    Les autorités publiques y interviennent à travers plans et programmes d'aménagement, sans pouvoir toujours satisfaire la demande sociale. Les habitants s'imposent dans la production de l'urbain et construisent des parties entières. Entre ces deux manières de faire la ville, par en haut et par en bas, les professionnels locaux de l'urbanisme mettent en ouvre les décisions officielles et, en même temps, assurent quotidiennement l'interface avec les habitants.
    Ils ont longtemps été éclipsés par les urbanistes européens. Leur rôle est peu valorisé tant cette région reste tributaire de grilles de lecture essentiellement politiques qui laisse dans l'ombre le technique. Ce livre propose pour la première fois les principaux éléments de repère sur ces professionnels locaux du Maroc, de l'Algérie, de l'Egypte, de la Palestine, du Liban et de la Turquie et offre des éclairages sur la Jordanie, la Syrie et la Tunisie.
    Il présente leurs références intellectuelles et leurs lieux de formation, décrit les circulations internationales, le marché du travail et examine les modalités d'exercice et les organisations professionnelles. Cet ouvrage s'adresse ainsi aux professionnels, architectes et urbanistes, aux acteurs de la coopération internationale pour le développement, ainsi qu'aux chercheurs spécialistes de la ville et curieux de sa fabrication en France et ailleurs.
    Ce travail a été financé dans le cadre du programme de recherche urbaine pour le développement (PRUD) du ministère français des Affaires étrangères et de l'ISTED.

  • Offrir une vision nouvelle du territoire libanais et mettre en évidence ses transformations depuis une trentaine d'années : tel est le projet de cet atlas, produit d'une collaboration franco-libanaise. L'ouvrage repose sur une large collecte d'informations spatialisées à une échelle fine ; sa cartographie riche et inédite permet d'appréhender les dynamiques complexes à l'oeuvre dans un pays qui, souvent, semble défier la compréhension. C'est donc une lecture originale du territoire libanais qui est proposée, indissociable d'une réflexion sur l'insertion du Liban dans la mondialisation et l'évolution de son rôle dans l'ensemble moyen-oriental. Les troubles qui secouent le Liban depuis 2005 sont une nouvelle expression de sa situation de noeud des tensions régionales et des difficultés que rencontre sa construction nationale et étatique. La période de la guerre et celle de la reconstruction ont provoqué des mutations territoriales majeures : déplacements de population, urbanisation, dégradation de l'environnement, réorganisation de l'économie. Beyrouth, divisée et endommagée par la guerre civile, a été largement reconstruite et sa domination sur l'économie du pays s'est renforcée. Mais les clivages régionaux, signes de la différenciation socio-économique et des divisions confessionnelles, marquent toujours l'organisation du pays, constituant un facteur persistant de la fragmentation politique, que l'émergence récente de nouvelles collectivités territoriales n'a pas contrecarré. La guerre de l'été 2006, dont cet atlas présente un bilan cartographique, illustre la fragilité du pays, pris dans des calculs géopolitiques qui le dépassent et obligent ses gouvernants comme ses habitants à reconstruire sans cesse leurs territoires.

  • La collection est dirigée par Anne Battistini, Franck Debié, Sébastien Velut, Nacima Yelles. Le conseiller scientifique est Paul Claval.
    La collection souhaite donner l'envie de lire de la géographie. Ouverte à la diversité des manières d'écrire la géographie, elle cherche à réhabiliter une géographie d'auteur, de découvertes et de terrain, à côté des manuels et des atlas. Les auteurs sont invités à trouver des mots, des images, des cartes pour raconter un pays, un espace, un produit dans toute sa complexité et sa densité humaine et économique. Ces géographies relatent une aventure, celle d'un chercheur aux prises avec le terrain et les représentations qui par strates s'y sont superposées. Pour montrer aux lecteurs étudiants ou autres, une géographie en train de se faire.

empty