Perrin

  • Le 27 septembre 52 avant notre ère, tout était réuni pour que Vercingétorix l'emporte à Alésia sur les légions de César ; or, c'est tout l'inverse qui se produisit. Comment expliquer ce désastre où se joua le destin de la Gaule ? Le 29 mai 1968, le général de Gaulle disparaît ; face au mouvement social, eut-il la tentation de se retirer, et qu'est-il allé dire et faire à Baden-Baden ? Le secret de ces heures capitales n'est pas entièrement élucidé. L'Atlantide était-il une contrée emportée par un tsunami au milieu de la mer Egée, ou une métaphore platonicienne ? Certains pensent que le linceul de Turin a enveloppé le corps du Christ, d'autres sont assurés du contraire. Qui a sculpté et dressé ces monumentales figures dans une île improbable du Pacifique Sud ?
    La grande histoire est faite aussi de ces incidents, hasards et affaires qui ont défrayé la chronique et conservé leur part de mystère tout en influant sur les destinées des pays. Ces énigmes, on s'épuise, parfois depuis des siècles, à les élucider, on s'en irrite souvent, mais elles conservent le charme des secrets de famille. Certaines d'entre elles, pourtant, ont influé sur les destinées du monde. Voici enfin, en un seul volume, ce qu'il est possible de savoir et de comprendre sur quarante d'entre elles, précédemment publiés dans les deux best-sellers dirigés par Jean-Christian Petitfils.

  • Les historiens mènent l'enquête et se penchent sur 18 affaires criminelles, du Moyen Âge à la Ve République - de Gilles de Rais à Jacques Roseau, la dernière victime de l'Algérie française.
    Le crime fascine, le crime passionne et le crime fait vendre. Or depuis l'engagement de Voltaire dans l'affaire Calas, et celle des " intellectuels " dans l'affaire Dreyfus, l'histoire et les historiens ont toute leur place pour enquêter sur cette " passion française ". D'autant que l'enquête, c'est-à-dire la recherche des traces et indices pour l'établissement des faits, de la vérité, constitue justement le quotidien de la recherche historique. L'historien a tout loisir de replacer l'affaire dans l'échelle des temps, de suivre, d'analyser la naissance et la propagation des mythes et rumeurs, en bref tout ce que le fait criminel donne à lire d'une époque, de ses angoisses, de sa sensibilité, de ses phobies. On le sait, aujourd'hui encore, le blasphème peut être mortel, mais on a oublié que le vol de linge était passible de la potence sous l'Ancien Régime : qui ne s'indignerait aujourd'hui de la condamnation à mort d'un voleur de mouchoir ? Le " crime " ne se limite pas au meurtre ou à l'assassinat. Sa qualification, sa condamnation, sa définition, sa réprobation varient en fonction des lieux et des époques, il entre en résonnance avec son temps dont il dit, mieux que tout, la nature profonde.
    Du procès de Gilles de Rais à l'assassinat de Jacques Roseau - la dernière victime de l'Algérie française -, en passant par le procès du régicide Damiens, l'affaire des " chauffeurs " d'Orgères, celle de Joseph Vacher, qualifié de " Jack l'éventreur français ", des soeurs Papin ou encore de la tuerie d'Auriol, c'est en somme à un voyage à travers sept siècles qu'invite cet ouvrage. Un retour sur des affaires grandes ou petites, célèbres ou inconnues, oubliées ou mythifiées - du Moyen Âge à la Ve République - que relate avec brio l'équipe réunie sous la direction de Jean-Marc Berlière.

  • Les grandes figures de la Droite

    Collectif

    • Perrin
    • 3 September 2020

    De qui la droite est-elle le nom ? Depuis la Révolution française, le mot recouvre trois grandes familles de pensée identifiées par l'historien René Rémond : légitimiste, orléaniste et bonapartiste. La première irriguerait l'extrême droite après avoir inspiré les ultras et l'Action française ; la deuxième est indissociable du libéralisme politique et économique apparu au XIXe siècle, tandis que la troisième, après les deux Empires, serait à la source du gaullisme.
    Certes, sauf que contrairement aux gauches, ces droites se structurent d'abord autour d'individus - hommes et femmes dirigeants politiques charismatiques, penseurs, philosophes ou écrivains -, qui tous ont marqué sa riche histoire et contribué à définir son identité. Voici pour la première fois racontés et expliqués la vie et les apports des plus importants d'entre eux, dans ce livre collectif de prestige rassemblant historiens, essayistes et journalistes de renom sous la direction de Jean-Christophe Buisson et Guillaume Tabard.
    Leurs contributions lumineuses éclairent l'histoire politique et intellectuelle de la droite, mais aussi de la France des deux derniers siècles.

    En voici le sommaire :

    Préface Alexis Brézet ;

    Rivarol Paulin Césari ;
    Constant Philippe Raynaud ;
    Maistre Charles-Eloi Vial ;
    Chateaubriand Fr Rouvillois ;
    Napoléon Patrice Gueniffey ;
    Duchesse de Berry Eugénie Bastié ;
    Tocqueville Laetitia Strauch-Bonart ;
    Guizot Laurent Theis ;
    Thiers Pierre Cornut-Gentille ;
    Broglie Marie-Hélène Baylac ;
    Barrès Bruno de Cessole ;
    Maurras Jean-Christophe Buisson ;
    Poincaré Arnaud Teyssier ;
    Tardieu Maxime Tandonnet ;
    Pinay Christiane Rimbaud ;
    De Gaulle Eric Roussel ;
    Aron Nicolas Baverez ;
    Simone Veil Anne Fulda ;
    Giscard Jean-Louis Bourlanges ;
    Chirac Guillaume Tabard ;

    Conclusion Guillaume Tabard ;

  • Marie-Antoinette

    Collectif

    • Perrin
    • 12 March 2020

    Comment s'approcher au plus près d'un personnage disparu depuis plusieurs siècles ? Par les mots qu'il a laissés, par les témoignages qui l'ont concerné, par les images qui l'ont représenté et, aussi, par les lieux qu'il a « habité ». C'est cette dernière voie que se propose d'explorer cet ouvrage qui, dans les pas de Marie-Antoinette, ancre les temps forts de la vie de la Reine dans des lieux-mémoires : Vienne, le château de Versailles, le Hameau, les Tuileries, la berline qui l'emmène loin de Paris ou encore le Temple et la Conciergerie qui furent ses dernières prisons.
    Cette approche inédite dévoile les habitudes de Marie-Antoinette, la façon dont elle façonné et aménagé son environnement et ce qu'elle y a vécu - entre lieux intimes et d'apparat.

    Sous la direction de Jean-Christian Petitfils, les meilleurs historiens font revivre la Reine en ses lieux :
    1. Vienne, Jean-Paul Bled.
    2. Le Versailles officiel, Yves Carlier.
    3. Le Versailles privé, Hélène Delalex.
    4. Le petit Trianon, Jémérie Benoît.
    5. Le hameau de la reine, Jean des Cars.
    6. Les jardins, Alexandre Maral.
    7. Châteaux de villégiature, Patrick Daguenet.
    8. Le palais des Tuileries, Cécile Berly.
    9. Varennes, Jean-Christian Petitfils.
    10. Le Temple, Charles-Eloi Vial.
    11. La Conciergerie, Antoine Boulant.
    12. La chapelle expiatoire, Hélène Becquet.

  • Monarchie absolue, Consulat, Empires, République présidentielle : la France semble mariée depuis des siècles avec une certaine idée, verticale, du pouvoir et son corollaire, la garantie de l'ordre public. Or, cette quête marche de pair avec une instabilité chronique, témoignage d'une fronde récurrente du peuple contre les détenteurs du pouvoir. Elle se conjugue avec une autre instabilité qui, au sommet, a longtemps opposé le trône à la noblesse avant que la Révolution de 1789 ne vienne perturber le jeu et rebattre plusieurs fois les cartes jusqu'en 1870. Au final, la France aura connu en moins de deux siècles deux empires, trois types de monarchie (Ancien Régime, Constitution de 1791, Chartes de 1814 puis de 1830) et cinq républiques.
    Quel est le déroulement de ces troubles majeurs qui remontent au Moyen Âge et dont la longue crise des Gilets jaunes forme la dernière manifestation après la Ligue, la Fronde, la Révolution française, les Trois Glorieuses, la Commune, Mai 68... et bien d'autres ? Quel fut à chaque fois le détonateur ? Le rôle exact du peuple ? Et, d'ailleurs, de quel peuple parle-t-on ? Comment le pouvoir en place a-t-il répliqué et avec quelles forces ? Dans quelles circonstances précises ? Enfin, pourquoi et comment a-t-il été plusieurs fois renversé ?
    C'est à ces questions que les seize auteurs ici réunis, historiens et journalistes du Point, répondent dans des contributions qui font revivre les heures les plus mouvementées de notre histoire, afin de mieux comprendre cette autre « exception » française.

  • Si la France peut se définir par des valeurs, s'illustrer par de hauts faits, elle s'incarne également dans des lieux. Olivier Wieviorka et Michel Winock, grâce aux contributions d'historiens de renom, présentent trente-quatre sites au statut iconique émaillant notre territoire national. Tous - de Lascaux à Sarcelles en passant par le palais des Papes, Chambord ou Douaumont - ont occupé à travers les âges des fonctions religieuses, militaires, politiques ou industrielles et témoignent d'une réalité : notre pays s'est bâti par des strates successives. « Symboles de nos gloires », ces hauts lieux racontent l'histoire de France.

    Les lieux : Lascaux, Carnac, Alésia, le pont du Gard, le Mont-Saint-Michel, Cluny, Notre-Dame de Paris, Reims, le palais des Papes, le Louvre, Chambord, Versailles, le Vieux-Port, l'Institut de France, la place de la Bastille, l'Arc de triomphe, Lourdes, l'Opéra de Paris, le Palais-Bourbon, la Santé, le Sacré-Coeur, la gare Saint-Lazare, la Sorbonne, la tour Eiffel, Courrières, la Promenade des Anglais, les usines Renault de Billancourt, le stade de Colombes, Douaumont, la ligne Maginot, Drancy, le Festival de Cannes, la Maison de la radio, Sarcelles.

  • Wehrmacht

    Collectif

    • Perrin
    • 14 November 2019

    De la Wehrmacht, on croyait tout connaître. Vivant sur un mythe formé par Jacques Benoist-Méchin et relayé par des dizaines d'historiens pas tous fantaisistes, le public croit en la légende « dorée » de la première armée du monde demeurée invincible avant de crouler sous le nombre tout en combattant héroïquement jusqu'au bout sans trop se compromettre avec le nazisme.
    Si, comme toute légende, celle-ci s'appuie sur une part réelle - le Blitzkrieg, la pulvérisation des adversaires successifs jusqu'en décembre 1941, une capacité d'innovation forte notamment dans les chars et l'aviation -, elle n'en est pas moins largement outrée et souvent mensongère.
    Pour rétablir les « vérités », Jean Lopez et son équipe habituelle de rédacteurs nous offrent une histoire globale sans précédent. Cette somme raconte toutes les grandes opérations, campagnes et batailles (Dunkerque, batailles d'Angleterre, « Barbarossa », Stalingrad, Koursk, Débarquement, « Bagration », « Market Garden », Ardennes, bataille de Berlin, etc.) et offre de surcroît de riches chapitres disséquant notamment l'héritage intellectuel et opérationnel depuis Frédéric II, les stratégies en vigueur, les logistiques déployées et la qualité véritable des hommes et du matériel.
    Fidèle à sa méthode, qui a fait le succès de sa revue Guerres & Histoire et celui de l'Infographie de la Seconde Guerre mondiale, Jean Lopez illustre largement cet ouvrage par une iconographie abondante mais choisie associant cartes, schémas, photographies, reproductions d'armes et d'uniformes sans oublier plusieurs infographies.

  • Bréviaire du genre, cet ouvrage est déjà LA référence en matière d'espionnage. Composé de nombreuses notices, ce dictionnaire inédit aborde aussi bien les thèmes historiques, politiques que culturels : des grandes institutions comme le KGB ou la CIA, aux personnalités comme de Gaulle, Fouché, Heydrich, sans oublier les grandes affaires et infiltrations culturelles avec James Bond ou OSS 117, tout y est.
    Ce dictionnaire sur le renseignement est fait par le renseignement : ni journalistes ni historiens, ses contributeurs ont tous exercé un rôle le plus souvent de premier plan dans le renseignement français. Bon nombre signent d'ailleurs leur contribution d'un pseudo. Forts de leur savoir, ils apportent leur expertise et permettent enfin de connaitre la réalité derrière la légende.
    />

  • L'Atlantide est-elle une contrée emportée par un tsunami au milieu de la mer Égée ou une métaphore platonicienne ? Certains pensent que le linceul de Turin a enveloppé le corps du Christ, d'autres sont convaincus du contraire. Qui a sculpté et dressé ces monumentales figures dans une île improbable du Pacifique sud ? Oui ou non, les Vikings ont-ils franchi l'Atlantique et fondé des établissements sur les côtes américaines ? La disparition soudaine de la civilisation maya, son écriture indéchiffrable, posent des questions restées sans réponse. Jack l'Éventreur n'en finit pas d'être identifié. Et qui était cette mystérieuse jeune femme qui accompagnait Mao dans les dernières années de sa vie et interprétait ses ultimes borborygmes ? Ces énigmes, on s'épuise parfois depuis des siècles à les élucider, on s'en irrite souvent, mais elles conservent le charme des secrets de famille. Certaines d'entre elles, pourtant, ont influé sur les destinées du monde. Le monothéisme d'Akhénaton, le tombeau d'Alexandre, la personnalité de Shakespeare, la disparition de l'ambassadeur Bathurst, la seconde vie du tsar Alexandre, l'assassinat de Kennedy, l'attentat contre Jean-Paul II, la mort de lady Di... Autant d'histoires qui continuent d'intriguer et de faire rêver. Sur plus de trente siècles et sur tous les continents, vingt récits dévoilent ou expliquent des épisodes souvent évoqués, parfois oubliés, et pourtant demeurés mystérieux.

  • Les empires médiévaux

    Collectif

    • Perrin
    • 18 April 2019

    Construction politique, diplomatique, militaire et culturelle au croisement de l'espace et du temps, l'empire constitue une notion particulièrement pertinente pour décrire et comprendre le monde du Moyen Âge. Est empire un ensemble qui ne peut s'intégrer à aucun autre ; est empereur celui qui proclame n'avoir au-dessus de lui aucune puissance humaine, et qui le prouve. Entre le Ve et le XVe siècle, de telles entités se firent et se défirent presque partout sur la planète - certaines furent éphémères, d'autres plus durables. Elles s'affrontèrent ou s'ignorèrent, laissèrent des traces remarquables ou disparurent presque corps et biens. Institutions, religions, héros, guerres et mythes animèrent durant la même période des sociétés qui, mises en parallèle, s'éclairent les unes les autres dans ce livre collectif ambitieux et sans équivalent, qui allie la clarté du propos à une précision sans faille.
    Ainsi se dessine, fascinant, un Moyen Âge mondial, à la fois carolingien, byzantin, serbe, bulgare, germanique, aztèque, mongol, vénitien, chinois, japonais, malais et normand, décrit et interprété par des spécialistes renommés.

  • Un vaste panorama qui englobe le roi comme le royaume et présente le plus long règne de l'histoire de France (1643-1715) sous tous ses aspects : le gouvernement, la cour, la société, l'économie, la religion, la diplomatie et la guerre, les arts et les lettres.
    Pour réussir ce tour de force, Jean-Christian Petitfils s'est entouré des meilleurs historiens actuels du Grand Siècle.

    1 autre édition :

  • Cette somme réunit, en plus de 600 articles, les références bibliques fondamentales de notre culture occidentale, auxquelles les oeuvres littéraires et artistiques renvoient constamment, ainsi que le langage ordinaire : David contre Goliath, les marchands du Temple, le baiser de Judas, le bon grain et l'ivraie...
    Chaque entrée propose, sur les personnages, les lieux, les événements ou les notions bibliques, une définition précise, une étymologie et un système de renvois permettant de cheminer dans l'univers riche et complexe des Ecritures et de remonter aux sources les plus anciennes et les plus vives de notre civilisation. S'y ajoutent cartes, chronologies, tables et index destinés à faciliter la consultation de cet ouvrage sans équivalent.

  • La Russie des tsars

    Collectif

    Les dix-huit maîtres emblématiques de la Russie impériale, soviétique puis « républicaine », racontés avec brio par les meilleurs historiens et les plumes emblématiques de L'Express.
    Un livre collectif de prestige indispensable pour comprendre et connaître le mystère russe à partir de son fil d'Ariane : l'absolutisme.

  • « Le formidable intérêt des lecteurs pour le premier volume des Mythes de la Seconde Guerre mondiale nous a conduits à récidiver. Si les thèmes sont différents, l'esprit demeure : débusquer les mythes et idées reçues qui encombrent et déforment la perception du conflit. Car les légendes, largement répandues, ont la vie dure. Comment pourrait-il en être autrement ? Le récit de la Seconde Guerre mondiale est un champ de bataille où se sont affrontés propagandes et lectures partisanes, plaidoyers pro domo et Mémoires en défense. Dans une guerre, la première victime est la vérité ; la Seconde Guerre mondiale confirme cette règle d'airain.
    « Les historiens ont pourtant toujours poussé leur rocher de Sisyphe, contribuant à éclairer, sans biais partisan, ce terrible conflit. Les vingt contributions qui suivent - le régime de Vichy a protégé les Juifs français en sacrifiant les Juifs étrangers ; le Parti communiste français n'a pas voulu prendre le pouvoir à la Libération ; la Suisse, un pays neutre ; le monde arabe a souhaité la victoire du Reich ; 1 000 victoires aériennes et 100 000 tués : les mythes héroïques du printemps 1940... - ont été écrites dans cet esprit : partir d'une croyance et la confronter aux recherches historiques. A vous de juger du résultat de ces surprenants face-à-face. » Jean Lopez et Olivier Wieviorka.

  • La guerre menée dans le désert du printemps 1940 à l'été 1943, de la Libye à l'Égypte, du Maroc à l'Algérie et à la Tunisie, a longtemps été réduite à l'affrontement entre Rommel et Montgomery, à la geste française de Bir Hakeim et au débarquement allié de novembre 1942. Comme si, en somme, la victoire des Alliés s'était surtout jouée ailleurs, dans les neiges de Stalingrad et le bocage de Normandie. Pour la première fois, les meilleurs spécialistes internationaux, réunis par Olivier Wieviorka, se penchent sur ce théâtre d'opérations pour le réinsérer dans les vastes horizons de la Seconde Guerre mondiale et étudier tout ce qui fait sa spécificité. Envisageant la guerre du désert dans sa pluralité, ils abordent des terres jusqu'alors inconnues - qu'il s'agisse de la logistique, de la composition plurinationale des troupes engagées ou des rapports complexes unissant colonisateurs et colonisés - et n'hésitent pas à briser quelques légendes, dont celle de la prétendue « guerre sans haine » menée notamment par le chevaleresque « Renard du désert ».
    Cette guerre du désert, ou « guerre des sables », retrouve ainsi la place qui lui revient dans l'historiographie et dans la mémoire de la Seconde Guerre mondiale : assurément l'une des toutes premières.

  • D'Hugues Capet (987) à Philippe VI de Valois (1328), quinze souverains ont façonné la nation France. Ils lui ont donné un Etat, des serviteurs, des frontières ; ils ont légiféré, fait édifier des villes, des châteaux forts et des cathédrales. Sous leurs règnes, le pays n'a pas échappé aux guerres ni aux épidémies, ni même aux hérésies ; mais, de ce tissu bigarré de fiefs, de provinces, de langues et de coutumes, émerge la première puissance d'Europe en 1300. Cet ouvrage de référence, accessible à tout public, est également un outil de travail précieux grâce à des annexes nombreuses.

  • Dans l'intérêt qu'ont les souverains à magnifier leur règne au moyen des arts, les deux Empires se distinguent par leur réussite.
    Napoléon voulait être l'empereur des rois et à ce titre surpasser les autres monarchies européennes. Dans ce but, il mit en scène une cour fastueuse et employa les arts au service de sa grandeur. Les artistes talentueux d'alors David, Gros, Ingres, Canova et Girodet, pour ne citer qu'eux, travaillèrent à sa gloire. Le régime s'employa aussi à magnifier la figure de l'empereur, le représentant par exemple toujours au travail pour le bien de ses sujets. La légende dans ce domaine n'était cependant pas très éloignée de la réalité.
    Napoléon III s'inscrit dans la continuité de son oncle, avec une politique artistique soutenue. Flandrin, Winterhalter, Meissonier, Carpeaux ou encore Disderi : peintres, sculpteurs, photographes, tous les artistes contribuent à la gloire du régime et de la France. Les arts bénéficient alors de progrès techniques qui favorisent la reproduction et la diffusion des oeuvres choisies par le souverain, celles d'un art officiel soutenu par des institutions efficaces, tels l'Académie et l'École des beaux-arts, les Salons et les musées. Le monde des arts et l'industrie du luxe profitent de cette politique de mise en scène du pouvoir.
    Ce catalogue d'exposition, richement illustré, permet ainsi de relire le parcours hors-norme de deux Empereurs, tout en revisitant l'art du XIXe siècle.

  • Si le pouvoir tend à se conjuguer au singulier, il en va autrement pour la célébrité qui s'incarne mieux à deux. Le premier repose sur le temps long et le secret alors que la seconde est fondée sur l'exposition et le perpétuel présent de l'actualité.
    Ce livre collectif raconte pour la première fois l'histoire publique et privée des vingt couples emblématiques qui ont incarné et, pour beaucoup, fait la France du Moyen Âge à nos jours. Couples politiques - monarchiques, impériaux puis présidentiels - mariant les sentiments, parfois, et l'intérêt ; couples littéraires et/ou d'influence, couples mythiques ou médiatiques, passionnels ou énigmatiques... S'ils ont chacun une histoire singulière, heureuse ou malheureuse, tous racontent les mutations successives du pouvoir mais aussi de la société. Sous la direction de Patrice Gueniffey et Lorraine de Meaux, historiens et journalistes de renom les font revivre dans des contributions qui allient l'exigence historique et la fluidité littéraire, l'histoire intime et le roman national.

  • Publié pour la première fois en 1950 et élaboré à partir des témoignages recueillis entre 1943 et 1949, l´ouvrage du colonel Kalinov constitue un document exceptionnel et indispensable à la compréhension de la guerre à l'Est, front le plus meurtrier de toute la Seconde Guerre mondiale.
    D'une parole étrangement libre étant données les années au cours desquelles ces pages furent écrites, Kalinov entend donner une voix à des artisans essentiels, mais restés jusqu´alors silencieux, de la victoire des Alliés. En dévoilant ses souvenirs riches en anecdotes et en dialogues restitués, Kalinov laisse s'exprimer les figures centrales de la victoire soviétique sur les armées d'Hitler, les maréchaux Boudienny, Joukov, Vassilievski, Timochenko ou Rokossovski.

  • en histoire, les aubes et les crépuscules sont souvent plus éclairants que la lumière apogée.
    dans la naissance des empires, on repère l'appétit du pouvoir, la soif de la richesse, l'orgueil passionné d'être soi ; quant aux chutes impériales, elles charrient malheur triomphal et fierté de laisser dans les ruines de quoi ensemencer l'avenir et récolter des floraisons inattendues. ces périodes sont brèves à l'échelle du temps historique, mais leur intensité les rend plus fascinantes. emmanuel le roy ladurie, jacques marseille, claude nicolet, pierre chuvin, jean-pierre rioux, jean-pierre azéma, stéphane audoin-rouzeau, jean-jacques becker, marie-claire bergère, serge gruzinski et laurent theis brossent l'histoire de ces constructions politiques et culturelles qui ont accompagné l'évolution de l'humanité.
    aldo schiavone et justin vaïsse s'interrogent sur la nature de l'empire américain et son rapport avec l'empire romain. quant à dominique de villepin, son texte inédit sur l'empire napoléonien peut se lire aussi comme une réflexion sur la puissance.

  • Entre 1945 et le milieu des années 1950, les allemands ont connu une triple épreuve : un examen de conscience lorsqu'ils ont été confrontés de force aux atrocités nazies, une entreprise de rééducation morale et idéologique, deux pays à construire sur les bases - refoulées ou acceptées - de la désintoxication nationale-socialiste.
    Ce tempus inédit, rédigé par les meilleurs spécialistes de l'allemagne contemporaine - parmi lesquels christian delage, jean-marc dreyfus et rainer hudemann - offre la première synthèse disponible en poche sur les facettes et les enjeux de la dénazification.

  • Les révolutions ne sont pas monnaie courante dans l'histoire.
    Chaque fois, l'explosion se produit à la surprise générale. personne n'imagine jamais que le monde dans lequel on vit peut s'évanouir. ii suffit pourtant de peu de choses : que tous les appareils d'autorité s'effondrent irréversiblement. chaque épisode révolutionnaire démarre d'une manière particulière : ici l'épuisement d'un souverain, là une guerre ou une crise économique, ailleurs la cristallisation autour d'un leader charismatique.
    C'est à ce travail minutieux de repérage et d'explication des moments bascules que se sont livrés quelques-uns des meilleurs historiens français. de 1789 à mai 68 pour la france, des révolutions anglo-américaines jusqu'aux ébranlements russes, de l'europe de l'est à la dictature mussolinienne ou salazariste, ils explorent les trajectoires, souvent secrètes, qu'empruntent les étincelles qui mettent le feu aux poudres.

  • Quoi de commun entre la "femme galante" Emma C, le "communard" Armand H, l'"opiomane" Jeanne B et l'"apatride" Andronik E ? Ils ont tous été fichés, leur photographie figure dans un registre, dans un dossier ou sur une fiche signalétique.
    Généralement promis à la destruction, des millions de ces documents sont conservés par les services d'archives et sont aujourd'hui présentés. Retraçant les étapes marquantes de cette histoire de l'identification à travers la photographie, des premiers essais maladroits du Second Empire jusqu'au recensement de 1960 en Algérie, ces documents révèlent toute la complexité des rapports entre l'Etat et les citoyens, entre résistance et consentement, protection et répression, indulgence et violence.
    Au sein de cette multitude d'individus identifiés, les visages photographiés, aux regards tantôt inquiets, tantôt stupéfaits, fermés, séducteurs, insolents, parfois bouleversants, restituent à ces destins obscurs ou célèbres leur inaliénable dignité individuelle. A l'occasion de l'exposition Fichés? Photographie et identification du Second Empire aux années soixante présentée aux Archives nationales, ce livre raconte l'histoire inconnue des politiques de fichage à travers une iconographie riche et inédite.

empty