Le Soupirail

  • Le train

    Collectif

    "À quai ou en mouvement, le train trace une ligne horizontale qui pourrait bien se courber sur la terre, à distance du ciel, des paysages traversés, des rêveries, proche du roulis et du cliquètement des rails, figeant, dénouant, transgressant temps et espace.
    Il y a ceux qui l'attendent, l'oeil rivé au cadran des horloges, ceux qui l'attrapent au vol pour fuir vers des terres inconnues, ceux qui le quittent précipitamment. On l'attend souvent, longtemps, on le redoute, comme on guette son destin.
    Six nouvelles qui nous mènent vers la mer d'Azov, Kiev, Perpignan, peut-être, ou plutôt vers les territoires intimes de leurs personnages hantés par les remords, les craintes, les regrets, la souffrance, la nostalgie d'une époque révolue et habités par cette liberté unique offerte par le temps du train."

  • A Kaboul, le ciel, la terre, l'eau ont changé de couleur; les démons sont venus envahir les hommes. Douze nouvelles qui nous plongent au coeur d'histoires empreintes d'un quotidien entaché par la guerre où il est question d'amours meurtris, de femmes enlevées, de talismans, de frontières et de loups, et révèlent l'écriture de femmes qui souhaiteraient infléchir les destins de Nâzboo, Khorshid, Hamid et les autres Collectif de 12 auteurs: Badghisi Wasima, Haidari Batool, Ataee Alia, Kazemi Sedighe, Khorsand Khaleda, Kawsari masouma, Mahboob Mariam, Qayum Toorpekai, Bakhtari Manizha, Qaderi Homeira, Pazhwak Parween, Rafat Hamayra.

  • Anthologie des poètes symbolistes bulgares les plus emblématiques du début du XXe siècle dont le spoèmes, marqués par la philosophie de Schopenhauer et de Nietzsche, révèlent des échos très vivants du symbolisme français... un élan vers l'Absolu.

  • La chambre

    Collectif

    Une chambre est bien plus qu'un espace circonscrit entre quatre murs, avec ou sans vue.
    Lieu propice à la solitude tout autant qu'à la rêverie, la « chambre à soi » est le lieu par excellence de l'intimité recherchée et parfois redoutée.
    Six nouvelles qui explorent l'espace de la chambre et en font exploser les limites, le temps d'un lieu. Six regards, poétiques et parfois violents, et autant de « possibilités de soi » projetées sur le monde, flirtant avec la solitude, la mélancolie, de l'enfermement de la chambre d'hôpital au voyage que suggère la ville, au recueillement.

empty