Hoebeke

  • Réalisé en collaboration avec la Fondation eumanité et Biodiversité, cet ouvrage joliment illustré répertorie les petites bêtes vivant dans nos jardins, pour mieux les connaître et mieux les protéger. Parmi ces 100 spécimens, certains nous sont familiers (abeille, guêpe, mouche, etc.), d'autres plus mystérieux comme les bousiers, les doryphores ou encore les éphippigères des vignes. Cet ouvrage précise le rôle de chacun et nous montre à quel point il est primordial de protéger toutes ces espèces pour faire revenir la biodiversité dans son jardin et créer chez soi une oasis de nature.

  • Errer, ramasser, couper, sculpter, tourner, graver et cirer, tel est le quotidien de Guillaume Ougier. Sculpteur sur bois, il réalise de très beaux objets dans son atelier, près de Nancy. En nous montrant comment sculpter le bois que nous avons ramassé lors de nos promenades et ainsi nous réapproprier les éléments, il nous invite à ralentir et à nous reconnecter à la nature. Dans cet ouvrage, il livre ses secrets de sculpteur, mais également une réflexion sur nos modes de vie actuels.
    Il nous propose ici de réaliser 25 objets très simples, de la cuillère en bois au bougeoir, en passant par de fabuleux mobiles et attrape-rêves, des bols en copeaux de bois ou encore des crayons. Objets pratiques ou de décoration, ces créations uniques nées du travail de la main et de l'observation de notre environnement trouveront une place dans toutes les maisons. Guillaume Ougier a fondé l'atelier Darbroche en 2005, près de Nancy.
    Il crée des pièces usuelles et de décoration, pratique la gravure, le dessin ou encore la photo, et travaille en lien fusionnel avec la forêt.

  • À l'occasion des 30 ans de La Fanzinothèque, cet ouvrage présente plus de 200 fac-similés de fanzines de bande dessinée jamais réédités depuis leur création. Objet alternatif oscillant entre presse, publication auto-éditée, journal intime et tract militant, le fanzine a toujours incarné une production éditoriale et artistique singulière. Animés par la volonté de faire au mieux avec très peu de moyens, les dessinateurs de fanzines ont su inventer des objets qui ont révolutionné les arts graphiques et les codes de l'édition. Plusieurs décennies d'histoire de la bande dessinée libre sont ici racontées à travers ces objets inclassables.

    La Fanzinothèque Depuis 1989, La Fanzinothèque conserve et valorise des fanzines issus du monde entier. C'est à la fois un lieu d'archivage unique au monde, avec une collection de plus de 56 000 ouvrages, et un lieu de création contemporaine, à travers des expositions d'artistes et de micro-éditeurs, des workshops et un atelier d'impression. À travers sa collection, elle est aujourd'hui le principal messager de paroles inexplorées, riches et singulières.

  • C'est en France que Le Parfait® fabrique ses bocaux, reconnaissables à leur fameuse rondelle orange et à leur logo gravé dans le verre, depuis plus de quatre-vingt-cinq ans. Avec toujours le même objectif : conserver naturellement et simplement les aliments en préservant leurs qualités nutritionnelles. Une préoccupation plus que jamais d'actualité pour des consommateurs nombreux à se passionner pour le «fait maison».
    En tant que parents, nous sommes soucieux de l'alimentation de nos enfants. En effet, c'est dans les toutes premières années de leur vie que se forment leurs goûts et leurs habitudes alimentaires. Il est donc très important de pouvoir leur proposer des produits sains, savoureux et de saison.
    Cet ouvrage a été réalisé dans le but de vous guider dans la réalisation de bons petits plats spécialement pensés pour vos enfants. Vous y trouverez 55 recettes de conserves, salées ou sucrées, à leur concocter : allant des premiers mois de leur vie jusqu'à l'adolescence.
    Pratique, simple, économique et écologique, faire ses bocaux est aujourd'hui un art de vivre et un art de bien faire vivre nos enfants.

  • 75 recettes pour mettre en bocaux fruits, légumes, pâtés, sauces, plats cuisinés ou petits pots pour bébés. Avec des conseils pour respecter les différentes étapes, de la mise en conserve jusqu'à l'étiquetage et l'ouverture des bocaux.

  • En 1995, dans les Franches-Montagnes du Jura suisse, naquirent Plonk & Replonk, collectif à l'humour noir et grinçant, qui façonna sa vision du monde en mélangeant celle d'Edward Lear ou de Pierre Desproges avec le non-sens du dessinateur américain Gary Larson, la causticité et l'extravagance des sketches des Monthy Python. Plonk & Replonk créent dès lors tous azimuts, dans l'ordre et le désordre : des livres, des t-shirts, des nains de jardin coulés dans le béton. Les premières cartes postales estampillées Plonk & Replonk apparaissent en 1997. Déroutantes et drôles, elles vont faire leur succès. A partir de cartes anciennes provenant d'archives ou de banques d'images ils conçoivent des photo-montages et réalisent leurs propres clichés (dans les deux sens du terme) en y intégrant des photographies personnelles, en les colorisant ou en y ajoutant une kitschissime "Swiss retouch» de non-sens, notamment dans la légende lapidaire. S'inspirant des thématiques qui font la joie des cartophiles, Plonk et Replonk concoctent des séries radicalement absconses et résolument fumeuses : on découvre ainsi l'accorte Peigneuse de girafe et l'insouciante Petite marchande d'uranium (Série Métiers d'antan), L'immémorial combat de l'éléphant contre la porcelaine de Limoges (Série Sauvage et beau), l'implacable trajet de L'oeuf traversant un poulet à 300 km/h (Série Le monde de l'univers) ou le redouté Fantôme de l'apéro (Série Hors-série). Reconnu d'inutilité publique depuis 1997, Plonk et Replonk explorent également le détournement des panneaux d'information - Bienvenu sur l'A 45, prudence, vous roulez à contresens. Vous l'aurez compris, ces deux là sont suisses... Suisse, terre d'asile !

  • Présenté par Cavanna, Delfeil de Ton, Stéphane Mazurier et Michèle Bernier Le premier numéro du mensuel Hara-Kiri paraît en septembre 1960. Né de la rencontre de François Cavanna, de Georges Bernier, alias le Professeur Choron, et de Fred. Le journal adopte immédiatement une ligne de conduite dont il ne se départira jamais : rire de tout. Autour de Cavanna se constitue rapidement une équipe de francs-tireurs d'élite composée, entre autres, de Reiser, Cabu, Wolinski, Gébé ou de Delfeil de Ton.
    Victime d'interdictions de publication pour ses outrances et ses insolences, et en dépit de nombreux procès et saisies, l'aventure Hara Kiri se poursuit durant 25 ans . Ces guérilleros aussi motivés qu'incontrôlables élargiront épisodiquement leur cercle à de nombreux artistes comme Francis Blanche, Romain Bouteille, Renaud ou Coluche. On voit passer au journal les amis de l'époque : Serge Gainsbourg, Zanini, Christian Clavier, Pierre Perret, Thierry le Luron, Alain Souchon, Carlos, tous à leur tour protagoniste des provocants romans photos.
    Cofondateur et rédacteur en chef, Cavanna nous livre ici des anecdotes qui émaillèrent la vie du journal : l'histoire des couvertures, le personnage de Bison bourré, l'aventure de Choron, ses amours avec Madame Rozès le juge des procès... Stéphane Mazurier est historien, il reconstitue l'histoire du journal sur vingt-cinq ans et les époques qu'il a traversées. Michèle Bernier est comédienne et fille du professeur Choron.
    Elle évoque ses souvenirs.

  • Coffret contenant le livre et un bocal

  • Les invisibles

    Collectif

    • Hoebeke
    • 28 September 2013

    Collectionneur de clichés amateurs depuis une vingtaine d'années, Sébastien Lifshitz a commencé par amasser des images des années 1900 à 1960 représentant des couples homosexuels, avérés ou mis en scène. Trouvées aux Puces ou dans les vide-greniers, ces images le fascinent. Les couples représentés semblent profondément heureux et les photos dans leur ensemble témoignent d'une liberté incroyable, bien loin des idées reçues qui présentent invariablement l'homosexualité du côté de la lutte, du secret ou de la souffrance. Les couples se succèdent, certains posent traditionnellement en affichant une sérénité rassurante, main dans la main, yeux dans les yeux, d'autres comme ces deux femmes créent la surprise en posant telles des mariés en crinoline et haut de forme. C'est cette collection étonnante qui a donné à Sébastien Lifshitz l'idée et l'envie de redonner une voix à ces anonymes, ce qu'il fait précisément dans son documentaire Les Invisibles. Grand succès au cinéma, le film a en outre été récompensé par le prix du meilleur documentaire à la dernière cérémonie des César. Révéler cette collection aujourd'hui, c'est donc pour lui l'occasion de témoigner autrement de la vie de ces gens et de leur époque, c'est aussi revenir à la source de ce succès qu'a été Les Invisibles.

  • «La plus belle rencontre littéraire de notre temps», dit ici J.M.G. Le Clézio. Et vingt-cinq années d'une aventure littéraire hors du commun, qui aura vu le festival, né à Saint-Malo, se projeter à Bamako, Missoula, Dublin, Sarajevo, Haïfa, Port-au-Prince, Brazzaville, Rabat, rassembler de plus en plus d'écrivains du monde entier autour de l'idée d'une littérature-monde, favoriser l'émergence d'une nouvelle génération d'écrivains africains et haïtiens, initier un «manifeste pour une littérature-monde en français» rassemblant quarante-quatre écrivains, qui proposait une vision nouvelle de la francophonie, et se retrouver aujourd'hui membre d'une Word Alliance regroupant huit des plus grands festivals du monde : Édimbourg, Berlin, Jaipur, Pékin, Melbourne, Toronto, New York. Au départ : la conviction qu'un monde disparaissait, qu'un autre naissait et que ce sont les artistes, les romanciers, les poètes, toujours, qui disent l'inconnu du monde qui vient. Et qu'il était urgent, s'arrachant aux visions supposées avant-gardistes d'une littérature n'ayant d'autre objet qu'elle-même, d'affirmer l'urgence d'un retour aux puissances d'incandescence de la littérature. Vingt-cinq années d'une aventure humaine et intellectuelle exceptionnelle dont cinquante-six écrivains disent ici l'intensité...

  • La plupart des grands classiques du cinéma doivent leur succès à l'alchimie des couples qu'ils mettent en scène. De Casablanca à Bonnie and Clyde, d'Autant en emporte le vent à Grease ou encore Titanic, sur fond de cavale ou de naufrage, en noir et blanc ou en Technicolor, c'est d'amour qu'il est encore et toujours question. Associant photos emblématiques de ces couples légendaires et répliques cultes, cet ouvrage juxtapose deux livres qui, feuilletés simultanément, permettent de rendre à chacun sa chacune. Un hommage ludique au 7e art et aux acteurs mythiques qui l'ont incarné.

  • Regroupées à l'occasion du festival Etonnants voyageurs 2004, ces dix nouvelles dessinent un portrait de cette littérature venue des îles, qui se caractérise par une volonté commune de dire la douleur de cette culture née de l'enfer, celui des fouets, des lynchages, des viols...

  • Qui n'a pas rêvé un jour de tout abandonner pour partir au bout du monde ? Mais chacun a sa propre idée du bout du monde. Est-ce un port, un village perdu, un sanctuaire inaccessible, la fin d'un chemin, une taverne fantôme ?

    Un lieu où l'on vient se perdre ou, au contraire, se retrouver ? Est-il lointain ou proche, magique ou sordide, bien réel ou imaginaire ? Est-ce un endroit où les rêves naissent ou celui où ils se fracassent ? En tout cas, c'est un endroit où quelque chose palpite un peu plus fort qu'ailleurs, où l'âme cristallise....

    Dix-huit écrivains, tous amateurs de grand large, se sont pris au jeu et nous dévoilent dans cette anthologie leur « bout du monde ».

    Avec eux, on voyage des Tropiques à l'Arctique, des bouges de Jerez de la Frontera au mythique hôtel Olofson de Port-au-Prince. On navigue de Mangareva, la «montagne flottante » de Polynésie, à un îlot inconnu perdu dans l'Océan indien. On se dépouille de l'inutile de l'existence dans l'Écosse des abîmes avant d'en grimper les cimes, on se perd dans les pampas d'Uruguay avant de fréquenter les hyènes d'Abyssinie, de déguster du breuvage à serpents en Chine, de faire la guerre en Afghanistan, et l'amour dans le Grand Nord après avoir acheté une femme aux enchères. Mais il arrive aussi que la mort soit à l'arrivée, au bout du périple, en bas de la falaise de Socotra ou sur un navire de traite.

  • Catalogue d'une exposition présentée à la Halle Saint-Pierre, Paris, 1999-2000


  • A l'occasion d'une exposition présentée en 2006 à l'abbaye de Daoulas, un panorama des masques asiatiques.


  • Amis de la malbouffe, réjouissez-vous : notre cause avance à pas de géant. Pas un jour sans que les industriels de l'agro-alimentaire ne lancent un nouveau produit sur le marché. Voici pour nous régaler le fromage sans lait, la frite aromatisée, les carottes recolorisées, la cuisine moléculaire, les yaourts aux Lactobacillus, les bonbons astiqués au dioxyde de titane, le vin rosé coupé au mauvais blanc.. Et pour demain, la pomme de terre transgénique, le lait de vache clonée, le hachis Parmentier aux punaises d'eau géantes ou encore le steak in vitro. Vive l'innovation innovante ! Mieux encore : le bio, dans lequel certains hurluberlus voyaient leur salut, est en train de rejoindre nos rangs. Fraudes massives, contrôles aléatoires, et surtout les très laxistes règlementations européennes autorisent tous les espoirs : désormais même les poulets élevés dans des hangars concentrationnaires, ébecqués et traités aux antibiotiques ont le droit d'obtenir l'estampille « Agriculture Biologique » ! Et ce n'est qu'un début. Et puis il y a la crise, qui offre de merveilleuses opportunités : au consommateur désormais sans le sou, les industriels proposent de la bouffe bas de gamme, mais si joliment emballée, bourrée d'additifs, et tellement bon marché, qu'elle a de quoi faire saliver abondamment. A vos fourchettes !

  • Calendrier Hara Kiri 2013

    Collectif

    • Hoebeke
    • 6 September 2012

    Après les succès des quatre albums consacrés à Hara-Kiri, voici le calendrier. 12 mois, 12 images bêtes et méchantes, pour rire des grands événements de l'année (Jour de l'An, Fêtes des pères et des mères, Noël, etc.). Enfin un calendrier de bon goût à offrir ou à s'offrir pour mettre de la bonne humeur dans les demeures !

empty