Gaussen

  • Lettres du stalag, 1940-1945

    Collectif

    • Gaussen
    • 10 November 2020

    Après la capitulation de juin 1940, 1 845 000 soldats français (dont 80 000 venus de l´empire colonial) sont faits prisonniers. Deux tiers d´entre eux resteront retenus en Allemagne pendant toute la durée du conflit. Rapatrié à l´été 1945, ils se heurteront alors à l´indiférence voire au mépris.Cette publication de lettres et de documents inédits de provenance très variées s´inscrit dans un regain d´intérêt pour ces oubliés de notre mémoire.Par le biais des souvenirs familiaux ou des recherches généalogiques, nous portons enfin notre regard sur ces victimes de l´histoire. À travers leurs lettres, s´expriment un quotidien particulièrement dur, l´angoisse de l´éloignement dans une Europe en guerre, mais aussi, malgré la censure, une combativité souvent intacte, comme un témoigne les nombreux cas de tentatives d´avasion.

  • Marseille, an 3013

    Collectif

    • Gaussen
    • 20 September 2018

    Il y a 995 ans, en 1023, le comté de Provence vivait sous le règne de Guillaume III Bien sûr, Marseille ramenait déjà sa fraise, jamais contente.
    Dans 995 ans, en 3013, à moins que vous ne disposiez d'un engin à voyager dans le temps...
    Qu'en sera-t-il ? Y-aura-t-il encore une Marseille ?
    Sera-t-elle sous les eaux ? Dans une autre galaxie ? Vidée de tous ses habitants ?
    Faire un bond jusqu'en 3013...
    ...C'est justement ce que proposent le collectif Marseille 3013 et les éditions Gaussen avec ce recueil de treize nouvelles pour imaginer la ville dans mille ans.
    Pour composer ce recueil, Patrick Coulomb a fait appel à 12 auteurs confirmés auxquels s'est jointe Clémence Bailly, lauréate d'un concours de nouvelles ouvert à tous les lycéens et apprentis des Bouches-du-Rhône. Le jury de ce concours, coorganisés avec le collectif Marseille 3013, était présidé par Franz-Olivier Giesbert.

  • Le Merlan est un des 111 quartiers de Marseille situé au Nord de la Ville. Trop facilement associé à l'image des cités sans âme construites à la va-vite au lendemain de la guerre d'Algérie, ce quartier au nom improbable recèle une tout autre réalité. L'ouvrage historique ainsi proposé retrace l'histoire d'un patrimoine rustique et bastidaire exceptionnel qui remonte à peine à plus d'un siècle au moment de la construction d'un vaste bassin pour le Canal de Marseille. Dès lors, le noyau villageois connaît un développement fulgurant dans les domaines agricole, industriel, commercial et urbain dont nous exposons les différentes phases grâce au dépouillement des fonds historiques conservés aux archives, des documents familiaux, des témoignages oraux des habitants du quartier, des plus anciens aux plus récents. Ouvrage coéédité avec l'association « Lumière et savoirs ! »

  • Un guide unique pour découvrir l'architecture de l'eau à Marseille. L'histoire des fontaines publiques de Marseille se confond avec celle de la ville en perpétuelle métamorphose, à la recherche du bien-être et de l'embellissement urbain. La fontaine est un monument porteur d'ambitions qui se rêve sans toujours se réaliser, qui se déplace et se transforme, qui se conçoit quelquefois comme un spectacle éphémère ou qui devient parfois éphémère au nom d'une utilité publique - l'impératif des circulations - alors qu'une autre l'avait fait naître.
    Le Guide historique des fontaines publiques de Marseille propose donc, en suivant un découpage chronologique, deux axes de lecture : d'une part il s'attache au contexte général de la création des fontaines au fil du temps, d'autre part il retrace l'histoire de chaque fontaine en tenant compte des projets ainsi que des déplacements, modifications, réemplois, apparitions et disparitions.
    Ce guide permettra ainsi au promeneur de découvrir quelque soixante-dix fontaines connues ou secrètes, du xvie siècle à nos jours.

  • Pendant deux ans, claude darras s'est entretenu avec vingt-quatre artistes ayant établi leur atelier dans le sud méditerranéen pour en connaître l'individualité et son double, l'oeuvre.
    Porté par un puissant désir de découverte, il a recherché les traces de l'aventure intérieure de ses interlocuteurs, créateurs français et étrangers issus d'écoles, de courants et de styles différents. familier des ateliers d'artistes, maurice rovellotti a fixé chacun d'eux ainsi que leur oeuvre sur la pellicule. il signe ici le second volet du portrait sensible de la création contemporaine dans le sud de la france commencé avec ateliers du sud, l'esprit des lieux (édisud, 2004).

  • Vingt ans après la fermeture des chantiers de La Seyne nous avions voulu donner la parole aux femmes de notre ville. En lien avec les chantiers par leur travail ou leur famille, nous les avions interrogées, avec le sentiment qu'il fallait conserver la mémoire d'un passé industriel qui s'effaçait sous nos yeux.
    Ces témoignages sont maintenant déposés aux archives départementales du Var.
    En les écoutant, nous avions été confrontées à des enregistrements qui disaient leur vie, leurs amours, leur travail, leurs grèves, leurs difficultés, leurs enfants, leur désir de progression, les obstacles de la langue, le dépaysement, la douleur de l'absence ou le plaisir de retrouver des camarades à la plage ou sur le marché ; bref, en racontant leur histoire, elles racontaient aussi l'histoire de La Seyne, ces soixante dernières années Les femmes qui parlaient étaient des anonymes, d'origines géographiques diverses. Elles venaient d'Italie, de Lorraine, du Maghreb ou du Sénégal.
    Presque 10 ans ont passé depuis ces entretiens et nous avons voulu en publier des extraits, pour en permettre une lecture aisée, ouverte à tous et à toutes, pour que ce recueil de témoignages vienne renforcer l'histoire du XXe siècle qui reste à faire.

  • Le récit historique, selon une tradition remontant à Hérodote, est le compte rendu d'une enquête impliquant un déplacement dans l'espace autant que dans le temps - un double dépaysement. Les numéros 7 et 8 d'Écrire l'histoire étudient les conséquences d'une telle définition. Forgée par les littératures romantiques et exotiques, la notion d'" Ailleurs " est ici un instrument d'analyse. Comment la dialectique de l'Ici et de l'Ailleurs a-t-elle été successivement pensée par ceux qui se sont assigné la tâche d'écrire l'histoire des hommes ? Est-il possible de faire l'histoire de ce trouble désir que traduit la notion d'" Ailleurs " ? Que devient cette notion même dans le cadre d'un monde de plus en plus interconnecté, pour lequel se définissent actuellement les contours d'une Global History dont l'objectif est de " provincialiser l'Europe " - de faire de celle-ci l'un des ailleurs du monde ? Autour de ces trois interrogations se déploieront les propositions pour penser autrement la question du lieu où s'écrit l'histoire.

    Un dossier secondaire réunit les " premières rencontres avec l'histoire " de trois écrivains.

  • Le récit historique, selon une tradition remontant à Hérodote, est le compte rendu d'une enquête impliquant un déplacement dans l'espace autant que dans le temps - un double dépaysement. Les numéros 7 et 8 d'Écrire l'histoire étudient les conséquences d'une telle définition. Forgée par les littératures romantiques et exotiques, la notion d'" Ailleurs " est ici un instrument d'analyse. Comment la dialectique de l'Ici et de l'Ailleurs a-t-elle été successivement pensée par ceux qui se sont assigné la tâche d'écrire l'histoire des hommes ? Est-il possible de faire l'histoire de ce trouble désir que traduit la notion d'" Ailleurs " ? Que devient cette notion même dans le cadre d'un monde de plus en plus interconnecté, pour lequel se définissent actuellement les contours d'une Global History dont l'objectif est de " provincialiser l'Europe " - de faire de celle-ci l'un des ailleurs du monde ? Autour de ces trois interrogations se déploieront les propositions pour penser autrement la question du lieu où s'écrit l'histoire.

    Un dossier secondaire réunit les " premières rencontres avec l'histoire " de trois écrivains.

  • La revue Écrire l'histoire consacre ses livraisons de l'année 2012 aux mensonges des récits, images et discours de l'histoire. Le terme mensonge est entendu ici dans son sens strict d'assertion ou de représentation délibérément trompeuse. Le premier des deux numéros portera sur les images mensongères de la guerre. Le second sur le mensonge comme instrument de légitimation.

  • Entretien : Patrick Boucheron.
    Patrick Boucheron est professeur agrégé d'histoire, spécialiste de la fin du Moyen-Âge et de la Renaissance et plus particulièrement de l'urbanisme en Italie à ces périodes (Le Pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan (XIVe-XVe siècles), Collection de l'École française de Rome, 239, 1998 et Les Villes d'Italie (vers 1150-vers 1340), Belin, 2004. Il s'est aussi signalé par ses intervention dans les débats historiographique, notamment en dirigeant une Histoire du monde au XVe siècle (Fayard, 2009) et en publiant L'Entretemps.
    Conversations sur l'histoire, Verdier, 2012.

    Histoire(s) du présent (1) Kmar Bendana : Des mots pour l'histoire. Notes sur le vif d'une transition (Tunis, janvier-novembre 2011) - Sophie Wahnich : Écriture de la présence et histoire postpatrimoniale - Émilie Lumière :
    Le théâtre métahistorique en Espagne. L'exemple de Manuel Martínez Mediero et de Juan Mayorga - Edgar Hilsenrath : Nuit. Extraits traduits de l'allemand par Jörg Stickan et Sacha Zilberfarb présentés par Sacha Zilberfarb - Emmanuel Bouju : Force diagonale et compression du présent. Six propositions sur le roman « istorique » contemporain - Peter Schöttler : La Zeitgeschichte allemande. Entre révisionnisme, conformisme et autocritique - Philippe Rygiel : Histoire@numérique, « Resistance is futile ».

    Uchronies (1) : Éric Vial : Notes sur la counterfactual history. Entre Robert W. Fogel, Raymond Aron et quelques autres-- Matthieu Letourneux : Science-fiction et uchronie. Entre logiques sérielles et logiques contrefactuelles - Irène Langlet : Darwinia, de Robert Charles Wilson. Une objectivation populaire de l'uchronie

  • Entretien : Frédéric Boyer.
    Frédéric Boyer est né le 2 mars 1961 à Cannes est écrivain (une trentaine de romans, d'essais et de recueils de poèmes parus aux éditions POL) et traducteur. Prix du Livre inter en 1993 pour son roman Des choses idiotes et douces, et prix Jules Janin de l'Académie française pour sa nouvelle traduction des Confessions de saint Augustin (Les Aveux, P.O.L 2008). Il a dirigé la Nouvelle Traduction de la Bible, confiée au soins de nombreux écrivains contemporains, parue en 2001 aux éditions Bayard). Sa traduction de Richard II de W. Shakespeare (P.O.L, 2010) a été montée en 2010 par Jean-Baptiste Sastre, avec Denis Podalydès, dans la Cour d'honneur du Palais des papes au festival d'Avignon.
    />
    Histoire(s) du Présent (2) : Malika Rahal : « Une histoire du temps présent est-elle possible pour l'Algérie? » - Judith Lyon-Caen : « Barbey d'Aurevilly, le présent impossible : une histoire politique. » - Sylvain Venayre : « L'impératif du présent ? L'histoire en français et le présent de l'indicatif.» - François Dosse : « Le présent est davantage que l'instant. » - Marc Vernet : « ite, mettre en scène un génocide : The Despoiler, Reginald Barker, 1915. » - Vincent Casanova : « La clé présente des luttes passées. À propos du générique du Fond de l'air est rouge, de Chris Marker (1977). » - Florence Chalonge : « Actualité, événement et historicité dans L'Eté 80, de Marguerite Duras. ».

    Uchronies (2) : Pierre Singaravélou et Quentin Deluermoz: « Ecrire ensemble l'histoire. Retour d'expérimentation contrefactuelle. » - Simon Bréan : « L'uchronie comme histoire culturelle conjecturale. (Rêves de Gloire de Roland C. Wagner) » - Sylvie Kandé : « La Quête infinie de l'autre rive. ».

  • Après un recueil de nouvelles intitulé Marseille... an 3013, la Melmac Collection, qui est la collection " fiction " des éditions Gaussen, a décidé de poursuivre son travail sur les nouvelles. De manière thématique, avec cette fois-ci un intérêt pour les bibliothèques et autres médiathèques, sous le titre Il était une fois... dans la bibliothèque. Le " genre ", la nouvelle, permet aux auteurs de développer une idée en toute liberté et aux lecteurs de varier les plaisirs dans un même livre.
    Le " lieu ", la bibliothèque, est un espace magique qui est à la fois celui de la connaissance et celui du mystère. Le défi proposé à chaque auteur a été rempli : écrire une histoire ayant pour décor ou pour accroche une bibliothèque ou une médiathèque, publique ou privée, ancienne ou moderne, grande ou petite, rurale ou urbaine. Plusieurs genres sont ainsi abordés, reliés par le fil rouge du livre.
    Culture, polar, fantastique, futurisme, c'est un voyage temporel et spirituel. Les bibliothèques sont un lieu de l'imaginaire, un lieu privilégié de l'imaginaire. Imaginons.

  • Marseille est surtout réputée pour avoir donné au monde de la musique IAM, Soprano ou encore Jul. Ce n´est pourtant pas le rap qui bat la mesure de ce recueil. Comme d´autres musiques, le rap est là, mais la dominante ici sera le rock. Présent dans à peu près la moitié des quinze textes réunis, on en découvre les lieux secrets, les acteurs maudits, les atmosphères nocturnes. Car, oui, Marseille est une ville rock, très rock même, comme vous allez le (re)découvrir en lisant quelques-unes de ces nouvelles. Mais, entre une évocation de la chanteuse du siècle dernier Gaby Deslys, un détour par le jazz, une course effrénée sur un rythme nord-africain, plus quelques scénarios mettant en avant la puissance de la musique sur les êtres, c´est un beat nouveau qui va vous emporter, une sensation d´apesanteur, entre musique et littérature. Laissez-vous guider sur les chemins par Calliope, la muse de la poésie Calliope, la muse de la poésie épique...

  • L'Association les Femmes et la Ville (AFV) a 25 ans. À cette occasion, elle a réuni ses cofondatrices, ses membres et celles et ceux qui l'ont accompagnée au cours de ce dernier quart de siècle. Le temps d'une journée, elle a ainsi proposé au public une rétrospective de ses travaux historiques sur les Marseillaises, suivie d'une réflexion sur la diversité des parcours féministes marseillais.
    Pour clore cette rencontre, elle a apporté sa contribution aux « Mardis de l'Histoire » sur le thème des Marseillaises en politique, des suffragettes aux élues d'aujourd'hui.
    Cette publication reflète la richesse de ces contributions et des débats qu'elles ont suscités. Elle témoigne aussi de l'apport de l'AFV à la connaissance et à la reconnaissance, dans le passé comme dans le temps présent, de la place des Femmes à Marseille.

  • En dépit de la place de la criminalité et de son corollaire, l'action de la police, dans l'imaginaire de Marseille, l'histoire des forces locales de maintien de l'ordre reste mal connue. Illustré de pièces d'archives inédites, de photographies et de témoignages, ce livre retrace trois siècles d'organisation policière et de contrôle social dans cette grande ville portuaire réputée indisciplinée. À partir du rachat par la communauté de Marseille, en 1700, des offices de police créés par la monarchie l'année précédente, la police municipale s'affirme dans la vie quotidienne des Marseillais, aux côtés d'autres corps relevant des pouvoirs étatiques, judiciaires ou militaires. La « police » d'Ancien Régime, sur laquelle repose la bonne administration de la cité dans des domaines aussi variés que les marchés, les corporations, la salubrité ou les moeurs, se concentre progressivement sur la sécurité des biens et des personnes. C'est un des caractères de sa modernisation contemporaine, marquée par des reconfigurations institutionnelles et des dynamiques de professionnalisation.
    L'ouvrage éclaire les rapports que les polices entretiennent avec la société locale, entre besoin de sécurité et protection, résistance et répression. La perspective diachronique de longue durée, du XVIIIe siècle aux années 1970, met en lumière les transformations des cultures policières, soutenues par des savoirs pratiques et scandées par les ruptures de l'histoire politique.

empty