Editions Rue d'Ulm

  • La gestion participative des ressources naturelles a été imposée aux pays en développement par les bailleurs de fonds internationaux dans les années 1990. Cette nouvelle modalité de gestion des ressources se construit en théorie avec l´appui des populations locales pour leur propre bénéfice. Dans la réalité, elle tend plutôt à s´imposer à elles. Elle les détourne de l´accès à des ressources sanctuarisées. Elle favorise globalement la captation de rente par l´État et certaines ONG de conservation. Les projets de gestion participative des ressources naturelles se révèlent alors souvent inadaptés pour les populations. Ils renforcent les inégalités sociales au niveau local et ne parviennent pas à réduire de manière substantielle la dégradation des ressources naturelles. Un tel constat plaide donc pour une reconfiguration de cette gestion sur la base d´une véritable démocratie participative et pour le développement de processus longs permettant un véritable apprentissage collectif.

  • Célèbre traducteur et commentateur de Hegel, historien de la philosophie contemporaine, passeur de textes et de concepts, professeur et directeur de travaux universitaires, Jean Hyppolite (1907-1968) fut véritablement un « protecteur de la nouveauté » et, partant, une figure essentielle au développement de la philosophie française du XXe siècle.
    Ce livre rassemble, avec les contributions de certains de ses anciens élèves les plus éminents (Badiou, Balibar, Macherey) et de chercheurs étrangers, un certain nombre d'écrits d'Hyppolite - dont son premier et son dernier essai - restés inédits ou devenus indisponibles, et qui n'avaient pas été inclus dans le volume de ses Études sur Marx et Hegel (M. Rivière, 1955) ni dans le recueil posthume Figures de la pensée philosophique. Écrits 1931-1968 (PUF, 1991). Un entretien de 1965 entre Jean Hyppolite et Alain Badiou complète le livre.
    Sous la direction de Giuseppe Bianco

  • En 1983 paraissait L'Homme neuronal de Jean-Pierre Changeux. L'ouvrage eut un impact considérable, bien au-delà du monde scientifique. Il proposait un nouveau programme de recherche en neurobiologie, mais aussi une vision matérialiste des rapports entre le cerveau et la pensée. De ce fait, il suscita des réactions parfois violentes chez les philosophes et les psychanalystes.
    Plus de trente ans après, nous ouvrons de nouveau le débat entre Changeux, ses collègues scientifiques, les spécialistes des sciences humaines et les philosophes. Si l'échange a lieu dans un esprit d'écoute et dans une ambiance apaisée, cela ne signifie pas que les différences de point de vue aient disparu. Ce livre montre les progrès accomplis dans la connaissance du cerveau pendant ces dernières décennies et la manière dont le débat a évolué tout en conservant sa force et son actualité.
    L'ensemble constitue aussi une excellente introduction à l'oeuvre de Jean-Pierre Changeux.
    Sous la direction de Michel Morange, Francis Wolff et Frédéric Worms

  • Pierre Hadot n´est pas seulement celui qui a réintroduit dans la philosophie contemporaine l´enseignement de la philosophie antique, de la philosophie comme « manière de vivre », renouvelant, notamment chez Michel Foucault, le rapport de la philosophie à la vie. Il est aussi - et les études ici réunies le montrent - celui qui a suivi la reprise de cet enseignement, de la philosophie antique à la philosophie contemporaine en passant par la philosophie moderne, chez les plus grands auteurs, inventant la « manière de lire » qui convient à cette « manière de vivre », orientation dans l´existence et dans la culture. Il est donc enfin, ou plutôt d´abord, le philosophe lui-même singulier que l´on peut lire et entendre ici, dans un entretien inédit avec Arnold I. Davidson. Ce volume, le premier consacré à son oeuvre, est issu des rencontres tenues à l´École normale supérieure en son honneur, et soutenu par le Collège de France où il fut professeur. Il introduira chacun à l´idée la plus simple et la plus profonde de la philosophie.

  • Homère « maître de rhétorique » ou Homère « premier sophiste », tel est le paradoxe d´une réception antique qui fait de l´aède de Chios le maître d´un idéal oratoire. Ce volume décline les différentes modalités selon lesquelles l´autorité d´Homère s´exerce ou se voit discutée, dans la formation rhétorique des élites d´abord, puis dans le discours des sophistes et des orateurs. Dans les multiples situations de communication auxquelles l´homme éloquent sait répondre - discours public, banquet, dialogue familier, cour impériale -, le Poète est souvent invité. Parler d´Homère, c´est se révéler homme de culture, mais c´est aussi cimenter cette culture, en empruntant, par les exemples et les citations homériques, un langage partagé par les Grecs, depuis l´Athènes classique jusqu´à l´époque byzantine.

  • Du Cambodge à l´Afghanistan, des Balkans à l´Afrique subtropicale, des guerres du Golfe au conflit israélo-palestinien et aux révolutions arabes, ils ont couvert tous les grands conflits contemporains. Faisant voyager le lecteur sur leurs épaules, ils savent extraire la politique du quotidien des populations qu´ils rencontrent sur le terrain. « Volontaires » de l´information, témoins engagés, ils se muent alors en historiens du présent. En dialoguant dans ce livre, Pierre BARBANCEY, Renaud GIRARD, Jean-Pierre PERRIN et Jon SWAIN nous font découvrir les conditions matérielles du grand reportage de presse écrite, saisir les mutations de leur métier au cours des dernières décennies, comprendre la fascination que le reporter de guerre exerce sur le public. Quelles sont donc les motivations de ces civils qui se précipitent sur des lieux de combat que tout le monde cherche à fuir, pour donner à voir ce que chacun sent devoir connaître sans être prêt à l´affronter directement ? Avant-propos d´Antonin Durand

  • Le Bulletin d'informations proustiennes fait le point, chaque année, sur le travail entrepris par l'équipe Proust de l'Institut des textes et manuscrits modernes (CNRS) : inventaire, classement, transcription et exploitation critique des brouillons et des manuscrits.
    La seconde partie du BIP est consacrée aux nombreuses activités proustiennes dont elle tente de dresser la liste par rubriques : cours ou conférences, expositions et ventes, publications prochaines, travaux inédits ou en cours.

  • Parallèlement à l'étude de la tradition manuscrite, les mécanismes de transmission des textes peuvent être abordés sous l'angle de la réception. Une telle approche, centrée sur les modalités d'appropriation intellectuelle des oeuvres, permet de restituer leur épaisseur historique aux pratiques de lecture et d'écriture dans l'Antiquité.
    Les analyses rassemblées dans ce volume révèlent, au-delà des différences d'époque, de genre littéraire ou de langue, des constantes de lecture propres au monde antique, qui trouvent leurs prolongements jusqu'à l'époque moderne. À travers l'examen de concepts clefs (réécriture, modèle, tradition directe et indirecte, corpus) apparaissent différents scénarios de réception qui fondent pour les textes la possibilité d'une vie nouvelle.

  • Les Nuées, qu´Aristophane même considérait comme la plus « savante » ou « habile » de ses oeuvres, inaugure avec éclat la longue histoire des rapports de l´intellectuel avec le monde. Le chemin qui conduit à l´abolition des dettes contractées par un fils dispendieux passe-t-il par celui des connaissances ? Le père endetté, qui répond au nom transparent de Strepsiade - M. Retourneur -, tente sa chance. En vain : c'est un lourdaud. Lui-même emberlificoté par un fils qui excipe de la leçon des philosophes pour le frapper, il se retournera finalement contre le « Pensoir », l'école philosophique dont Socrate est ici le représentant attitré. La pièce d´Aristophane, avec la virulence propre à la comédie et les ressources propres au théâtre, parle de la relation entre la théorie et la pratique, mais aussi de celle entre les Nuées, divinités aussi suprêmes que complexes, et les simplets que nous sommes tous ; elle parle aussi de la langue et des théories philosophiques, dont elle construit l'unité sous-jacente et dénonce la complicité profonde, par-delà leur confrontation de surface. En fin de compte, la comédie se révèle aussi école de pensée. Platon saura s'en souvenir.
    Préface de Monique TrédéSous la direction de Rosella Setta Cottone

  • Comment l'histoire se transmet-elle en famille ? Que retient-on du passé ? Comment des frères et soeurs peuvent-ils avoir des visions si différentes de leur histoire familiale ? De quelle manière le passé est-il mobilisé dans les conflits familiaux ? Quelle influence a-t-il sur les opinions politiques ?
    À travers six enquêtes menées en France métropolitaine, en Nouvelle-Calédonie et en Allemagne, cet ouvrage analyse les heurs et malheurs des histoires de famille. De l'observation de fêtes et de repas familiaux à la conduite d'entretiens individuels, les auteurs relatent au plus près les pratiques des acteurs et montrent que, si ces processus se jouent apparemment dans l'intimité, il faut en dévoiler les conditions matérielles, symboliques, politiques et sociales. On comprend ainsi comment les histoires familiales se produisent, se racontent et se transmettent dans la parenté contemporaine, et composent l'histoire de nos sociétés.

  • Études de littérature ancienne 8 Les auteurs se sont attachés à saisir les diverses nuances du rire « littéraire » dans les oeuvres comiques de l'Antiquité.
    De cet art comique, la comédie reste l'expression privilégiée et Aristophane, Ménandre et Plaute sont au coeur de ces études.

  • Quelles sont les conditions sociales et intellectuelles de la mise en oeuvre d´un calcul économique ? Comment rendre compte des aspects cognitifs et rituels des pratiques économiques ? En portant attention aux techniques intellectuelles utilisées par les acteurs économiques, dans leur matérialité même, les chercheurs réunis ici, historiens et anthropologues, ont découvert de surprenantes convergences entre l´histoire des mathématiques chinoises et celle du Moyen Âge occidental, de surprenantes continuités entre les façons de tenir ses comptes du XIIIe au XVIIIe siècle. Ils ont surtout mieux compris l´intérêt de confronter des données issues d´univers sociaux éloignés : loin de tenir pour acquise la partition du monde entre ce qui est économique et ce qui ne l´est pas, leur questionnement porte sur les modalités du calcul pratique et en restitue les cadres rituels et cognitifs.

    Un livre stimulant pour qui sait se laisser dépayser et revenir ensuite aux questions posées par la diffusion des outils de la science économique dans le monde contemporain.

    Quatre textes en complément du volume 1 paru en 2006.


    Contributions de Jérôme Gautié, Yannick Lemarchand, Joseph Morsel et Florence Weber.

  • Parler de chiffres en histoire de l´art est souvent malvenu, car cela semble considérer que l´on pourrait codifier des données dont on aime à penser qu´elles relèvent de l´immesurable, de l´insondable, du spirituel : « On ne met pas la beauté en boîte. » Mais pourquoi ? On met bien les tableaux dans des cadres, sur des murs et dans des musées, et on sait bien aussi que les oeuvres d´art vivent d´abord par leur rang dans un classement élaboré depuis des siècles, dont les musées et les histoires de l´art, mais surtout le marché, sont les meilleurs comptables.
    Cette question préoccupait depuis plusieurs années les participants du séminaire « Art et Mesure », tenu à l´École normale supérieure, à l´Institut d´histoire moderne et contemporaine, depuis 2006 : aucun n´aurait jugé honnête de ne pas reconnaître ce qu´apportait l´approche quantitative à ses recherches - et d´abord la constitution d´une base de données rigoureuse. Les premiers travaux ayant abouti à un numéro spécial de la revue Histoire et Mesure (déc.
    2008), le présent volume va plus loin : il réunit, outre des historiens, des économistes, des sociologues, des mathématiciens, des statisticiens. Il se veut un outil de travail pour les historiens de l´art qui souhaiteraient, en cohérence avec les questions suscitées par leur objet de recherche, passer par l´analyse quantitative, qu´elle soit très simple ou plus raffinée.
    Les articles qu´il contient proposent, à partir des exemples les plus divers, une approche très méthodique de l´analyse quantitative, qui vise d´abord à faire comprendre ce qu´est une base de données, comment il faut la construire et ce qu´elle peut apporter. Mais on a veillé à ce que les auteurs ne se dérobent pas à la question heuristique des effets du chiffre sur l´interprétation des arts... L´ouvrage s´articule ainsi en trois grandes parties : « L´approche quantitative est-elle utile à l´histoire de l´art ? », « De la sociologie à l´histoire de l´art » et « Défis pour l´approche métrique ». Indispensable à la formation des spécialistes de l´histoire de l´art, il ne veut cependant pas les faire renoncer à l´originalité de leurs approches : la connaissance de l´histoire des styles et des formes ; le désir de comprendre les arts sans les déconnecter de leurs époques, tout en gardant la conscience de leur rayonnement jusqu´à nos jours ; l´intérêt jamais démenti pour la dimension matérielle des objets qu´ils étudient, pour la manière dont ils ont été faits, et pour la philosophie ou l´esthétique qui en a inspiré la création ; l´amour des belles choses, et le désir de comprendre pourquoi on les tint ou on les tient pour belles ; et plus généralement une curiosité affirmée pour l´intimité : celle des artistes, celle des amateurs, celle des contemplateurs, comme celle qui s´instaure, on ne sait comment, entre un objet et celui qui l´apprécie.

  • Quelles sont les conditions sociales et intellectuelles de la mise en oeuvre d´un calcul économique ? Comment rendre compte des aspects cognitifs et rituels des pratiques économiques ? En portant attention aux techniques intellectuelles utilisées par les acteurs économiques, dans leur matérialité même, les chercheurs réunis ici, historiens et anthropologues, ont découvert de surprenantes convergences entre l´histoire des mathématiques chinoises et celle du Moyen Âge occidental, de surprenantes continuités entre les façons de tenir ses comptes du XIIIe au XVIIIe siècle. Ils ont surtout mieux compris l´intérêt de confronter des données issues d´univers sociaux éloignés : loin de tenir pour acquise la partition du monde entre ce qui est économique et ce qui ne l´est pas, leur questionnement porte sur les modalités du calcul pratique et en restitue les cadres rituels et cognitifs.
    Un livre stimulant pour qui sait se laisser dépayser et revenir ensuite aux questions posées par la diffusion des outils de la science économique dans le monde contemporain.
    Quatre textes en complément du volume 1 paru en 2006.
    Contributions de Jérôme Gautié, Yannick Lemarchand, Joseph Morsel et Florence Weber.

  • Lalies 10

    Collectif

    Lalies est une publication à périodicité annuelle qui traite de linguistique et de théorie littéraire, avec, comme champ d'application principal, les langues et littératures grecques et latines. Elle fait aussi place à la linguistique comparée indo-européenne et à la linguistique générale. Ce numéro a été publié par les Presses de la Sorbonne nouvelle.

  • Bip 45

    Collectif

    Le Bulletin d'informations proustiennes fait le point, chaque année, sur le travail entrepris par l'équipe Proust de l'Institut des textes et manuscrits modernes (CNRS) : inventaire, classement, transcription et exploitation critique des brouillons et des manuscrits.
    La seconde partie du BIP est consacrée aux nombreuses activités proustiennes dont elle tente de dresser la liste par rubriques : cours ou conférences, expositions et ventes, publications prochaines, travaux inédits ou en cours.

  • Tragédie(s)

    Collectif

    On l´a crue morte. Et pourtant... la tragédie ne cesse d´occuper les esprits. Le mot lui-même, et l´adjectif dérivé, tragique, n´ont jamais été aussi présents dans le langage qu´aujourd´hui. Pour en évoquer les multiples aspects, quel meilleur rapprochement que celui de l´École normale supérieure et de l´Odéon-Théâtre de l´Europe ? L´une étudie la tragédie, dans son histoire et sa théorie, tandis que l´autre la montre, soir après soir, sur scène. Avec un souci commun : mettre en évidence les liens indissociables qui unissent la littérature et la vie. Le livre rassemble à la fois des universitaires et des praticiens. En contrepoint, des esprits issus d´autres domaines, pour lesquels la tragédie demeure une notion primordiale. Avant de conclure avec la danse, thème éternel de la tragédie. On peut ainsi rendre compte, en examinant ses différentes formes, de la vitalité d´un concept qui n´est pas seulement littéraire. Car la tragédie, au plus près, touche au rapport que l´homme entretient à son monde.

  • REVUE LALIES N.32

    Collectif

    Lalies est une publication à périodicité annuelle qui traite de linguistique et de théorie littéraire, avec, comme champ d'application principal, les langues et littératures grecques et latines. Elle fait aussi place à la linguistique comparée indo-européenne et à la linguistique générale.

  • Le Bulletin d'informations proustiennes fait le point, chaque année, sur le travail entrepris par l'équipe Proust de l'Institut des textes et manuscrits modernes (CNRS) : inventaire, classement, transcription et exploitation critique des brouillons et des manuscrits.

    La seconde partie du BIP est consacrée aux nombreuses activités proustiennes dont elle tente de dresser la liste par rubriques : cours ou conférences, expositions et ventes, publications prochaines, travaux inédits ou en cours.

  • REVUE LALIES N.34

    Collectif

    Lalies est une publication à périodicité annuelle qui traite de linguistique et de théorie littéraire, avec, comme champ d'application principal, les langues et littératures grecques et latines. Elle fait aussi place à la linguistique comparée indo-européenne et à la linguistique générale.

  • Lalies est une publication à périodicité annuelle qui traite de linguistique et de théorie littéraire, avec, comme champ d'application principal, les langues et littératures grecques et latines. Elle fait aussi place à la linguistique comparée indo-européenne et à la linguistique générale.

  • Les modernes ont souvent opposé les chrétiens à l´hellénisme. Les auteurs antiques eux-mêmes - qu´ils soient « Grecs » ou chrétiens - semblent avoir thématisé leur antagonisme. Que vaut cette ligne de fracture ? Qu´est-ce qu´être Grec à la fin de l´Antiquité ?
    Pour quelles raisons un chrétien hellénophone, passé par les écoles de l´Empire et nourri de paideia, ne saurait-il être un Grec, au même titre que les autres ? Qui donne, qui revendique et qui refuse ce titre - et pourquoi ? Les termes dans lesquels le sujet est posé ne sont ni simples, ni neutres. La notion d´hellénisme, qui peut paraître moins confessionnelle que celle de « paganisme », est en réalité marquée par les conflits religieux des époques hellénistique et tardive. Ce sont, on le montrera, les besoins de l´autodéfinition et l´élaboration de la polémique contre l´Autre qui conditionnent les rapports entre les chrétiens et « l´hellénisme ».
    Cet ouvrage porte une attention particulière au but poursuivi par les auteurs anciens dans chacune de leurs déclarations identitaires, entre langue commune et particularisme religieux.
    Textes édités par Arnaud Perrot

  • Écrits par des auteurs de renom, les textes ici réunis, très représentatifs de l'évolution du genre littéraire de la nouvelle en Grèce, ont fait l'objet d'une réception biaisée par les interdits idéologiques ou culturels qui traversent l'histoire contemporaine de ce pays. Méconnus en Grèce même, presque tous traduits pour la première fois en français, ils sont révélateurs des crises politiques, éthiques et esthétiques qui, de manière récurrente, frappent la définition de l'identité grecque au sein de la construction européenne.
    Avec un inédit de Georges Séféris, prix Nobel de littérature 1963
    Nouvelles de : Dimitrios BIKÉLAS, Alexandros PAPADIAMANDIS, Constantin P. CAVAFY, Constantin THÉTOKIS, Haris STAMATIOU, Nicos CAVVADIAS, Georges SÉFÉRIS, Cosmas POLITIS, Marios HAKKAS, Andonakis EUGÉNIOU, Costas TACHTSIS, Tolis KAZANDZIS, Yannis RITSOS, Sotiris DIMITRIOU, Maria TSOUTSOURA

empty