Croit Vif

  • L'incendie accidentel du 28 juin 2013, qui endommagea gravement l'hôtel de ville de La Rochelle, suscita une immense émotion, non seulement parmi les citoyens de la célèbre cité de Charente-Maritime, attachés à ce monument officiel remontant au Moyen Âge, mais aussi dans la France toute entière et à l'étranger. Songeant aussitôt à la reconstruction, nombreux furent les Rochelais à vouloir participer à son financement.
    Passionné d'Histoire, l'écrivain rochelais Olivier Lebleu résolut ainsi de réunir autour de lui une équipe d'auteurs, tous liés à leur « bonne ville », pour dresser le portrait de plusieurs personnalités ayant fait preuve de courage à leurs postes de maire de La Rochelle.
    Le résultat est une passionnante mise en perspective de la fonction de premier magistrat à travers les riches heures rochelaises, grâce aux actions détaillées de huit personnalités remarquables - depuis la vaillance du premier d'entre eux, Guillaume de Montmirail en 1199, jusqu'aux audaces politiques de Michel Crépeau, en passant par les résistances héroïques de Jean Guiton et de Léonce Vieljeux.
    Un cahier-photo, le récit de la dernière visite guidée avant le sinistre, un entretien avec le maire en fonction Maxime Bono et une biographie architecturale de l'hôtel de ville complètent cette série de portraits.

    Tous les auteurs ayant accepté de renoncer à leurs droits d'auteur (et l'éditeur à abonder à même montant), cet ouvrage permet donc au lecteur de contribuer personnellement à ressusciter, tel un phénix de ses cendres, le splendide monument-symbole de La Rochelle.
    Avec la participation de Jean-Claude Bonnin, Sylvie Denis, Pascal Even, Olivier Ginestet, Marion Givelet Bodoy, Robert Kalbach, Olivier Lebleu, Richard Levesque, François Pairault et Louis-Gilles Pairault.

  • Un bel ouvrage de référence pour découvrir tout ce qu'il y a à savoir sur la vie fascinante des dinosaures.

  • Si nul n'ignore qu'en cas d'urgence les sapeurs-pompiers arrivent rapidement pour porter secours avec compétence et efficacité, peu de gens connaissent leur organisation et encore moins leur histoire.
    Ce livre collectif, richement illustré, est le fruit des recherches au sein de l'état-major et des vingt-sept centres de secours de la Charente. Il raconte la magnifique histoire des hommes et des femmes engagés au service des autres et rend hommage aux sapeurs-pompiers du département.
    Il présente, avec de nombreuses illustrations les spécialités des différents corps de sapeurs-pompiers, entre autres : les jeunes, les brigades cynophiles, les plongeurs, le grimp, le secourisme, la colonne médicale... sont également traités les risques particuliers rencontrés dans le département et les moyens mis en oeuvre pour les prévenir et les combattre : les feux d'alcool, les inondations... Il retrace l'histoire des premières brigades de sapeurs-pompiers jusqu'aux centres de secours d'aujourd'hui en présentant chacun des vingt-sept centres.
    Les thèmes abordés montrent, au fil du temps, les avancées techniques, industrielles, médicales, humaines, institutionnelles et associatives, qui ont contribué à la mise en place de l'union et du service départemental d'incendie et de secours de la Charente.
    Cent ans de mémoire, d'action, d'évolution, de solidarité, de générosité, de courage des sapeurs-pompiers charentais. Une plongée dans les archives et l'histoire des pompiers, un panorama qui met à l'honneur les combattants du feu.

  • L'importance de la cité de La Rochelle pour l'histoire de la Réforme en France et dans l'Europe réformée est capitale. Mais ce bastion du protestantisme n'aurait pas pu exister sans l'établissement de nombreuses communautés protestantes en Aunis et en Saintonge, l'actuel département de Charente-Maritime, dès les années 1550. C'est en référence à cette histoire « huguenote » particulièrement riche qu'à l'occasion du cinq centième anniversaire de la Réforme, en référence à la proclamation des quatre-vingt-quinze thèses de Martin Luther en 1517, la ville de La Rochelle a reçu le label « cité européenne de la Réforme », dans le cadre du réseau international « Cités européennes de la Réforme ». Bien au-delà du territoire des provinces d'Aunis et de Saintonge stricto sensu, ou même des limites de la France de l'époque, l'histoire des protestants en Charente-Maritime est largement une histoire européenne, avec de nombreux échanges avec la Suisse, les Provinces-Unies, l'Angleterre, les États allemands.
    Le nom même d'« Huguenots » attribués aux protestants français ne vient-il pas de l'allemand Eidgenossen (confédérés) ? Un terme qui résonne encore aujourd'hui dans le monde atlantique dans le cadre des Huguenot Societies fondées en Grande-Bretagne et aux États-Unis par des descendants de protestants sortis de France dans les périodes de répression du xvie et du xviie siècle. Et parmi ceux-ci figurent un grand nombre de Charentais et de Charentaises. Dans le cadre de cette commémoration internationale, la Médiathèque d'agglomération Michel-Crépeau, les Archives départementales de la Charente-Maritime et le Musée Rochelais d'Histoire Protestante ont souhaité s'associer, afin d'organiser trois expositions coordonnées sur le thème des protestants en Charente-Maritime, de la Réformation à la Révolution. Cet ouvrage est tiré des travaux entrepris à l'occasion de ces évènements et propose une synthèse complète de cette histoire régionale marquante.

  • Bordeaux et la Gironde ont participé intensivement à l'effort de guerre.
    Mais il faut réorienter le système productif vers l'économie de paix, réintégrer les soldats démobilisés, gérer les nombreux réfugiés et renouer avec une politique sociale. Le départ des troupes américaines laisse derrière elles des installations (logements, industries) considérables. On discute de la compétitivité du port, de la réouverture internationale du négoce du vin et de la remise à niveau des services publics. Mais il faut d'abord renouveler le processus démocratique, d'où une série d'élections locales et nationales (avec une majorité clémenciste) et l'apparition de nouvelles figures (comme Mandel).
    Malgré l'épidémie de grippe espagnole, les responsables renouent avec une politique culturelle, tandis que l'Université redéfinit ses missions.
    Grâce à des fonds d'archives publics ou privés et à la presse, des approches novatrices enrichissent la perception de la confrontation entre l'histoire nationale et l'histoire locale, en donnant un sens aux initiatives girondines.
    Cet ouvrage fait suite à :
    - Bordeaux, grand port industriel au xixe siècle ;
    - Bordeaux et la Gironde dans la guerre économique en 1914-1919.

  • Les Charentes constituent un phénomène unique en France de deux départements unis par une même identité ne provenant pas de l'héritage des anciennes provinces. Se dire attaché à cette région de coeur n'efface certes pas l'attrait qu'on éprouve pour l'Aunis, la Saintonge, l'Angoumois, ou même son île ou son village d'enfance, exactement comme au sein d'une famille on est fier de son prénom et on aime cultiver sa différence. Ce livre exprime cette sensibilité largement partagée de tout simplement se sentir beunaise d'être « Charentais ».
    Pour marquer ses 25 ans d'existence, le Croît vif a choisi ce thème de l'attachement aux Charentes. Il est traité par cent trente auteurs ayant tous un lien étroit avec lui : ils y ont publié, ils lui ont préfacé des ouvrages, ils l'ont soutenu dans ses publications, ils sont depuis longtemps ses partenaires commerciaux, ils sont aussi quelques lecteurs parmi les plus fidèles. A un titre ou à un autre, connus ou inconnus, ils se révèlent tous d'incontestables passeurs de mémoire, donc d'émotion, pour dresser le portrait de leurs Charentes.

  • Marbre de Saint-Béat, craie de Normandie, grès des Vosges, granite breton, falun d'Anjou... La pierre apparaît comme un marqueur de l'identité d'un territoire. Nos terres charentaises n'échappent pas à la règle. La pierre de Charente, dite encore autrefois « pierre de Taillebourg » du nom de son port d'embarquement, connaît, en effet, une renommée qui tient à sa blancheur, à la finesse de son grain, à sa capacité à fournir de gros blocs, et à ses qualités mécaniques la rendant propre à la sculpture et à l'architecture. Cette homogénéité de façade ne doit pas occulter la complexité d'une offre ouverte sur un large éventail : pierre plus dure pour le dallage et le pavage (pierre de Chazelles ou de Cognac), ou plus résistante à l'eau de mer (pierre de Saint-Même), ou moins gélive (pierre de Crazannes), ou plus fine (pierre de Thénac et Saint-Vaize), etc. En outre, les carriers ont introduit une nomenclature particulière aux bancs de chaque carrière en fonction de critères propres.
    Cet ouvrage ambitionne de mettre en scène, durant plus de vingt siècles, l'économie de la pierre, ses hommes et ses techniques, et d'en suivre les évolutions. Les pratiques de l'extraction de la pierre n'ont pas été immuables : les mutations technologiques et commerciales l'ont accompagnée et transformée.
    L'aire des échanges, au sein d'un marché qui s'ouvre et de moyens de transports qui se perfectionnent, prend une dimension inégalée où la mer n'est plus un véritable obstacle. Pour autant, ce rapport particulier de l'homme à la matière où l'outil apparaît comme le prolongement du bras, est demeuré comme le caractère essentiel et permanent qui fonde l'idée même d'exploitation traditionnelle. Cet ouvrage voudrait aussi en exprimer la notion parfois subtile par le récit des expériences archéologiques appliquées au façonnage de la pierre en tentant d'en reproduire les procédures, les gestes et les sensations.

empty