Centre Pompidou

  • À l'occasion du 150e anniversaire d'Henri Matisse, le Centre Pompidou rend hommage à l'un des plus importants artiste du XXe siècle à travers l'exposition « Matisse, comme un roman. » Avec plus de 200 oeuvres et documents provenant autant de la riche collection matissienne du Musée national d'art moderne que de grandes collections nationales et internationales, cette exposition retrace la carrière de l'artiste selon un parcours chronologique, de ses débuts vers 1890 au contact des maîtres pendant lesquels il élabore progressivement son propre langage pictural, jusqu'au début des années 1950.

    Le catalogue de l'exposition emprunte les codes de l'édition d'Henri Matisse, roman de Louis Aragon, et se déploie autour de cinq essais et d'une ample chronologie / anthologie illustrée et enrichie de nombreuses citations et documents inédits, afin de « bâtir le roman » du peintre Matisse et de son oeuvre, à la manière d'une biographie. La monographie est complétée par un petit cahier de reproductions de la revue Verve à laquelle l'artiste a activement contribué.

  • "Pour moi, un vitrail est une séparation transparente entre mon coeur et le coeur du monde. Le vitrail doit être sérieux et passionné. C'est quelque chose qui élève et exalte l'âme. C'est la perception de la lumière qui lui donne vie" Marc Chagall

  • Farid Belkahia ; pour une autre modernité Nouv.

    Formé aux Beaux-Arts de Paris (1955-1959), puis à l'Académie de théâtre de Prague en scénographie (1959-1962), Farid Belkahia est connu pour ses oeuvres peintes sur cuirs avec des matériaux naturels.

    Directeur de l'École des beaux-arts de Casablanca entre 1962 et 1974, il joue un rôle essentiel au Maroc dans « la décolonisation des imaginaires » en proposant un enseignement ouvert, émancipé des pratiques occidentales.

    À partir de 1974, il se consacre entièrement à son art, utilisant pour ses oeuvres le cuivre, la peau, les bois découpés, les colorants naturels, recréant, notamment à partir des signes berbères, des symboles graphiques universels. Il a imposé l'idée d'une peinture indépendante de l'héritage colonial et instauré des valeurs contemporaines qui vont influencer des générations d'artistes au Maroc et lui donner une présence internationale.

  • Présentation de la première rétrospective française consacrée au plasticien hongrois, installé à Paris depuis les années 1930. Les auteurs retracent son parcours et les étapes de son cheminement artistique. Inventeur de l'art optico-cinétique, son oeuvre touche particulièrement l'imaginaire populaire de la seconde moitié du XXe siècle.

  • Le Centre Pompidou poursuit la relecture des oeuvres majeures du 20ème siècle et consacre une vaste exposition à Francis Bacon.

    La dernière grande exposition française de cet artiste eut lieu en 1996, au Centre Pompidou. Plus de vingt ans après, « Bacon en toutes lettres » réunit des peintures de 1971 - année de la rétrospective que lui consacrent les galeries nationales du Grand Palais - à ses dernières oeuvres en 1992.

    L'exposition du Centre Pompidou s'attache aux oeuvres réalisées par Bacon durant les deux dernières décennies de son oeuvre. Elle comporte soixante tableaux (incluant 12 triptyques, ainsi qu'une série de portraits et d'autoportraits), issus des plus importantes collections privées et publiques. De 1971 à 1992, (date du décès du peintre), la peinture est stylistiquement marquée par sa simplification, par son intensification. Ses couleurs acquièrent une profondeur nouvelle, il use d'un registre chromatique inédit, de jaune, de rose, d'orange saturé.

    L'album, un beau souvenir de l'exposition. Il condense en image le parcours de visite avec une sélection des oeuvres incontournables éclairées de courts textes. Ouvrage bilingue, clair et concis, il s'adresse à un large public.

  • Difficile à imaginer mais la préhistoire n'a été découverte qu'au 19e siècle. Un monde d'ossements et de cailloux en tout genre, de grottes inquiétantes et de bêtes gigantesques s'ouvre aux archéologues et fascine les artistes comme Cézanne, Picasso, Giacometti, Brassaï... Et toi, es-tu prêt(e) à te laisser inspirer par cette période extraordinaire ? Attrape tes crayons et fais marcher ton imagination ente glissant tour à tour dans la peau d'un archéologue et d'un artiste.

  • Cet ouvrage offre une importante sélection de la collection d'architecture du Centre Pompidou. Cette collection, qui a aujourd'hui 25 ans, constitue par sa richesse la référence internationale en la matière.
    Quelque 250 notices scientifiques rédigées par les conservateurs du Musée national d'art moderne et leur équipe ou par des historiens de l'architecture et une iconographie abondante éclairent le travail des architectes, ici présenté suivant des entrées par créateur, agence d'architecture ou collectif. Cette approche permet d'apprécier tout à la fois la singularité d'une oeuvre et l'itinéraire d'une carrière au regard de ce qui est commun à la discipline, emblématique d'une période, d'un courant de pensée ou d'un territoire géographique.
    Si la collection d'architecture compte parmi ses pièces plusieurs édifices grandeur nature, elle est pour l'essentiel composée de dessins originaux et de maquettes d'étude. Témoignant du processus de conception, des toutes premières esquisses jusqu'aux plans de détails, ils donnent des clés d'accès essentielles à ce domaine de création qui trouve son aboutissement dans l'acte de bâtir.
    Toute collection est affaire de choix et d'engagement : choix de ceux qui la constituent et engagement des architectes qui la soutiennent. La collection du Centre Pompidou en est l'illustration, réunissant architectes français et étrangers, tenants de l'expressionnisme, du futurisme, du constructivisme, héros du mouvement moderne, protagonistes de la reconstruction et de la production de masse, adeptes de l'industrialisation, inventeurs ou théoriciens, visionnaires et utopistes, constructeurs des villes d'aujourd'hui.

  • Avec obstination et autorité, en obéissant à la voix intérieure de notre conscience, nous proposons et imposons nos idées et nos formes, les idées et les formes du nouvel art révolutionnaire. Nous avons le courage de penser que l'avenir nous appartient. Marc Chagall. A travers près de 300 illustrations, cette publication explore un chapitre méconnu de l'histoire de l'avant-garde russe : la rencontre de Marc Chagall avec les protagonistes de l'art abstrait El Lissitzky et Kazimir Malévitch, autour du projet d'une Ecole populaire d'art fondée par Chagall dans sa ville natale, Vitebsk.
    Chacun des trois artistes élabore à sa façon, aux côtés des étudiants, un art nouveau - un art révolutionnaire. Une anthologie de textes inédits et une chronologie détaillée complètent l'ouvrage.

  • Chefs d'oeuvre ? L'exposition d'ouverture du centre Pompidou-Metz.

  • Le lecteur retrouvera avec bonheur les figures majeures qui ont marqué leur temps et ouvert des voies nouvelles, restées parfois longtemps incomprises : Matisse avec La Tristesse du roi, Picasso avec Arlequin, Miró et ses fameux Bleu ou Dalí et son Guillaume Tell. Pour la sculpture, Giacometti et sa* Femme de Venise V, Brancusi et sa *Muse endormie et Louise Bourgeois et son Cumul I. L'architecture est représentée par Le Corbusier et son Unité d'habitation, Berlin et Jean Nouvel avec L'Opéra de Tokyo. La photographie avec Man Ray et son Violon d'Ingres et Martin Parr avec New Brighton. Le design est également à l'honneur avec Philippe Stark et son Tabouret W.W.

    Le parti-pris chronologique de ce beau livre permet une approche simple et claire.

    Autant de repères essentiels pour mieux comprendre l'histoire récente des arts dans toute leur vitalité !

  • « Mon but est d'essayer d'imposer ceci : qu'il n'y a pas de Beau catalogué, hiérarchisé ; que c'est l'erreur la plus lourde qui soit. Le Beau est partout, dans l'ordre de vos casseroles, sur le mur blanc de votre cuisine, plus peut-être que dans votre salon XVIIIe siècle ou dans les musées officiels. » Fernand Léger, 1923

  • L'album, un beau souvenir de l'exposition Préhistoire.
    Il retrace en image le parcours de visite avec une sélection des oeuvres principales de l'exposition éclairées de citations d'artistes majeurs du XXe siècle sur la place de la préhistoire dans leur processus de création.
    Un ouvrage à destination du grand public, clair et très illustré.

  • L'ouverture au public du Centre Pompidou-Metz s'incarne symboliquement dans l'architecture de Shigeru Ban et Jean de Gastines.
    En son sein, l'exposition inaugurale "Chefs-d'oeuvre?" a permis d'esquisser une histoire des musées d'art moderne et contemporain depuis 1937 - année de l'Exposition internationale à Paris. Les établissements français les plus emblématiques sont ici mis en perspective avec des chefs-d'oeuvre de t'architecture muséale internationale. Du Palais de Tokyo au Centre Pompidou-Metz, c'est toute une histoire architecturale et culturelle qui est ici retracée, incluant les projets qui marqueront les années à venir.

  • L'Union des Artistes Modernes est vaste mouvement regroupant des architectes, des artistes décorateurs, des créateurs de mobilier, mais aussi des peintres, des sculpteurs, des photographes, des créateurs de tissus et de bijoux, des graphistes et des affichistes... Fondée en 1929 sous la forme d'une association française ouverte aux créateurs internationaux, il aura comporté plus de 170 membres jusqu'à sa dissolution en 1958.

    Les artistes français comme Fernand Léger, Sonia Delaunay, Raoul Dufy, Henri Laurens pour la peinture, Francis Jourdain, Eileen Gray, Charlotte Perriand, Pierre Chareau, pour le design, Mallet-Stevens, Jean Prouvé, Le Corbusier et Pierre Jeanneret, Jean Lurçat, mais aussi Lods, Zehrfuss ou Emile Aillaud pour l'architecture, Hélène Henry pour le textile, Jean Carlu pour le graphisme...tous sont des membres éminents de l'UAM dont la liste couvre tous les champs de la création.
    Rassemblées de manière inédite sous forme de « périod room » leurs oeuvres offrent un large panorama de la création française sur près de cinquante ans et donnent à voir l'évolution de l'idée « moderne ».

    Avec une maquette empruntant aux codes graphiques des revues, le catalogue est caractérisé par une abondante iconographie, qui paraît incontournable pour retracer, en images, la genèse du Design français.

    1 autre édition :

  • Une exposition consacrée à S. Hicks, figure légendaire de l'art textile. Sa vie et son oeuvre sont retracées, à travers 150 oeuvres étalées sur six décennies de création.

  • César, l'exposition

    Collectif

    Album de l'exposition présentant l'oeuvre du sculpteur français, célèbre pour ses compressions de ferrailles usagées

  • Ce petit ouvrage passionnant accompagne l'exposition exceptionnelle, Picabia, Man Ray et Littérature (1922-1924), qui ouvrira en juillet 2014 au Cabinet des Arts Graphiques du Centre Pompidou. Présentant plus de 150 oeuvres d'artistes surréalistes, il revient sur l'investissement de ces deux artistes dans la revue Littérature.
    La revue Littérature est considérée comme le berceau de la pensée surréaliste : neuf numéros, publiés sous la direction d'André Breton qui font office de transition entre le mouvement Dada et le Surréalisme. Les plus grandes figures du mouvement y sont associées : Louis Aragon, Jacques Baron, Robert Desnos, Paul Eluard, Benjamin Péret. Pour illustrer son propos, André Breton a fait appel à Francis Picabia pour réaliser les neuf couvertures de la revue ainsi que plusieurs dessins, inédits à ce jour. Man Ray, quant à lui, y a publié des images majeures de son travail.
    Présenté sous la forme d'un carnet à dessin, l'ouvrage propose une série d'oeuvres surréalistes en partie inédites, dessins, photographies, poèmes, et s'attache tout particulièrement à examiner la place du dessin et de la photographie dans la revue.
    Un dictionnaire des seize contributeurs de la revue. Chaque entrée est illustrée par un portrait réalisé par Man Ray. Une chronologie situe ces deux années exceptionnelles de bouillonnement artistique.

empty