Claude Quétel

  • Le 17 juillet 1676, la marquise de Brinvilliers a la tête tranchée en place de grève. Son crime : avoir empoisonné son père, sa soeur et ses deux frères ! Quand le lieutenant-général de police La Reynie se plonge dans le dossier, il est stupéfait. Des sorcières aux empoisonneuses, des alchimistes aux grands seigneurs, les ramifications de l'affaire sont immenses ! La machine judiciaire se met en marche :
    Torture, aveux, dénonciations, exécutions... Et bientôt, c'est l'entourage de Louis XIV lui-même qui est compromis ! Mme de Montespan, la favorite de Louis XIV est au premier rang des suspects. Éclate alors le plus grand scandale du règne du Roi-Soleil.
    À travers les archives de la police, les récits des contemporains et les procès-verbaux des interrogatoires, Claude Quétel nous entraîne au coeur de l'une des énigmes criminelles les plus troubles de l'Histoire.

  • Tout sur Mein Kampf

    Claude Quétel

    • Perrin
    • 10 January 2019

    Mein Kampf, publié en 1925-1926, appartient au cercle noir des ouvrages sulfureux dont tout le monde parle, sans jamais - ou presque - les avoir lus. Alors qu'il est depuis peu dans le domaine public et que son éventuelle réédition suscite de vives polémiques, Claude Quétel pose dix questions cardinales sur la genèse et le contenu du livre, son impact réel sur l'Allemagne du IIIe Reich, son accueil ailleurs dans le monde, notamment dans la France des années 1930, ses conséquences sur le déroulement de la Seconde Guerre mondiale. Tout sur Mein Kampf raconte aussi l'étonnant et inquiétant succès d'une telle oeuvre jusqu'à nos jours.

  • De l'Antiquité à nos jours, d'Hippocrate, Platon et Aristote à Foucault et Deleuze, de la « maladie de l'âme » aux névroses et aux psychoses, des temples d'Asclépios aux « HP » via l'asile d'Esquirol, Claude Quétel n'écrit pas une autre histoire de la folie, mais tout simplement l'histoire de la folie.
    Dès le Moyen Age la question de l'enfermement des fous, qui constitue moins une logique de répression qu'une réponse pragmatique des pouvoirs publics. Si, aussitôt qu'est évoquée l'histoire de la folie, le nom de Michel Foucault revient tel un horizon indépassable, il est pourtant possible de considérer la folie autrement qu'à travers le prisme foucaldien.

  • Il y a plus de soixante-dix ans, la bataille de Berlin puis Hiroshima marquaient la fin du conflit le plus meurtrier de l'histoire de l'humanité. Débuté en septembre 1939 avec l'invasion de la Pologne par Hitler, celui-ci donne l'impression jusqu'en 1941 d'une victoire de la Wehrmacht, qui a révolutionné l'art de la guerre par le Blitz. Le tournant majeur intervient fin 1941, lorsque la guerre - essentiellement européenne - devient mondiale avec Pearl Harbor, tandis que l'armée allemande cale devant Moscou. S'ensuivent plus de trois ans d'affrontements titanesques au cours desquels la modernisation technologique va de pair avec la barbarisation dont témoigne en particulier la Shoah.
    Conjuguant brillamment le fond et la forme, maîtrisant les questions militaires, diplomatiques et économiques, passant d'un front à l'autre d'une plume alerte, émaillant son texte de portraits enlevés des principaux contemporains, Claude Quétel raconte avec maestria ce quinquennat-charnière de l'histoire du xxe siècle.

    Historien et ancien directeur du mémorial de Caen, Claude Quétel a publié de nombreux ouvrages sur la Seconde Guerre mondiale, parmi lesquels L'Impardonnable Défaite.

  • A mieux y regarder, tous les grands épisodes de l'Histoire de France posent problème, à commencer par « Nos ancêtres les Gaulois ». Chaque grande nation, quel que soit son régime, déroule ainsi les hauts faits de son roman national. La Révolution française, tournant majeur de notre histoire, en est l'exemple le plus criant. Longtemps, elle a été présentée et enseignée comme une histoire édifiante de bout en bout, retentissant de ses grandes dates, de ses grands hommes. Et puis le temps est venu de distinguer une bonne révolution, celle des droits de l'homme, d'une mauvaise, celle de la Terreur. La Révolution avait « dérapé ».
    On en est encore là aujourd'hui et l'on voit même des historiens de la Révolution relativiser la Terreur.
    Eh bien voici le temps de reprendre l'enquête en se demandant si ce ne fut pas la Révolution tout entière qui fut un immense, un désolant dérapage, et ce dès les premiers jours, dès les élections aux Etats généraux confisquées par l'intelligentsia, dès l'Assemblée Constituante, toujours considérée comme exemplaire, en proie à l'intimidation du public dans les tribunes ? Que fut-elle en réalité cette Révolution exemplaire, insoupçonnable? Ce livre n'a qu'une ambition mais elle est grande : en faire le récit circonstancié, presque au jour le jour, en revisitant les événements, en décryptant le dessous des cartes, en se libérant de l'historiquement correct. Il s'adresse à tous ceux qui souhaitent qu'on leur raconte une autre histoire, la vraie.

  • Nombre d'opérations militaires jalonnent la Seconde Guerre mondiale, sur de multiples fronts. De très imposantes et parfaitement connues - Barbarossa, Overlord, ou Market Garden -, mais aussi de plus modestes, de plus audacieuses parfois, assurément de plus inventives voire de plus folles, et qui sont restées dans l'oubli.
    Quoi de plus fou, de plus extraordinaire en effet que d'envisager de lâcher sur le Japon un million de chauves-souris lestées d'une charge incendiaire - alors même que l'on prépare par ailleurs la bombe atomique ? D'empoisonner les pâtures du Reich avec le bacille du charbon ? De construire un porte-avions en glace ? De tronquer ses propres cartes d'état-major pour berner l'ennemi qui viendra à s'en emparer ? Et que penser de ces pilotes de chasse allemands dont la mission consiste à percuter l'empennage de queue des bombardiers allemands ? De ces marins italiens qui chevauchent des torpilles sous-marines ?
    Claude Quétel, fort de sa connaissance intime du conflit, exhume une trentaine de ces opérations oubliées dont il détaille avec maestria la préparation et le déroulement souvent folklorique et spectaculaire.

  • Les fables de La Fontaine sont un des plus grands classiques de la littérature française. Ce livre propose de les faire redécouvrir au public... mais en images Du XVIIe siècle à nos jours, des centaines d'artistes ont illustrés ces fables. Ce sont les plus belles illustrations qui ont été sélectionnées pour ce livre exceptionnel qui présente plus de 40 illustrateurs différents dans une mise en page dynamique et très esthétique.
    176 pages pour redécouvrir les 45 fables les plus célèbres.

  • Fidèle à la tradition, cet Almanach de la Normandie présente, du 1er janvier au 31 décembre, comme autant d'anniversaires agrémentés d'une illustration originale : un événement, un lieu, une figure, une fête, un fait divers? Pour être très différentes, toutes ces histoires n'en composent pas moins une mémoire de la Normandie, de son histoire, de ses traditions et de ses figures. Les « vieux » Normands y retrouveront bien des échos tandis que ceux qui, au contraire, ignorent tout ou presque de la Normandie, feront la découverte de sa grande et de ses petites histoires.

  • Le 22 juin 1940, la France signe un armistice déshonorant après avoir connu la pire défaite de son histoire.
    Comment et surtout pourquoi un tel désastre a-t-il été possible ? Une production historique considérable a été consacrée à ce moment tragique. Elle fait toujours état d'une sorte de fatalité, attribuant la débâcle à la démographie, aux circonstances, au destin. La tendance historiographique irait même vers "l'inévitable" voire "l'excusable" défaite. Et pourtant, que d'erreurs, et que de responsables ! Car, dès le lendemain de la Grande Guerre, la classe politique, l'armée, les pacifistes, les élites ont multiplié les fautes.
    A travers un récit vivant et parfois polémique, Claude Quétel livre une enquête historique sans complaisances sur cette page sombre de notre histoire.

  • Le D-Day reste gravé dans nos mémoires comme le premier jour de la libération de la France du joug du nazisme. Comment et pourquoi en sommes-nous arrivés là ? Quelles ont été les grandes étapes du Débarquement, que ce soit sur les plages, le 6 juin, ou dans les terres, lors de la bataille de Normandie ? Cet ouvrage vous permettra de suivre le récit clair et vivant d'une bataille finalement complexe, jusqu'à la libération du Havre le 12 septembre 1944.

  • Un ouvrage original et exhaustif sur les crèches du monde entier (sans se limiter à la crèche provençale ou à la crèche napolitaine). L'éclairage d'un historien, qui explique comment les crèches, à partir de l'Italie et du Bassin méditerranéen, ont fait la conquête de l'Europe chrétienne, puis du monde entier (notamment Amérique du Sud et Afrique). Une véritable enquête sur les " créchistes " : des collectionneurs qui s'emploient à faire connaître et aimer les crèches de Noël à travers le monde.

  • Images de la folie

    Claude Quétel

    Aucune maladie n'a été plus porteuse d'iconographie que la folie.
    Le mot lui-même a toujours été ambivalent, signifiant à la fois absence de sagesse et perte de la raison au sens médical du mot. Les artistes se sont engouffrés dans la brèche en jouant sur les deux tableaux. Des pures allégories de la folie comme La Nef des fous, on a cependant tôt fait d'arriver à des représentations où la pathologie a déjà sa place. C'est néanmoins avec la naissance de la psychiatrie, à l'orée du lux` siècle, que les images de la folie se multiplient : peintures édifiantes, types d'aliénés, scènes de la vie asilaire...
    L'asile, voulu comme un instrument de guérison, se transforme en vision d'épouvante à travers les images-reportages de ses cours et de ses dortoirs, de ses médications et de ses appareils de contention. L'iconographie de la folie s'exprime aussi dans les représentations de maladies " vedettes " comme l'hystérie, dans le regard des artistes à diverses époques, dans les figurations d'une antipsychiatrie aussi ancienne que la psychiatrie elle-même.
    Enfin, les fous eux-mêmes font oeuvre dans l'expression de l'art brut. Au total, ces images constituent une véritable histoire de la folie, d'une folie qui, rapidement débarrassée de ses oripeaux allégoriques, apparaît en dépit de la diversité de ses représentations comme ce qu'elle a été de tous temps : une maladie toujours aussi mystérieuse et encombrante pour la société.

  • Quand ils ne sont ni de maison ni de prison, les murs sont des instruments de contrôle, d'exclusion, d'interdiction, de mémoire, aussi. De la Grande Muraille de Chine aux murs d'îlots d'habitation sécurisés derrière lesquels vivent aujourd'hui quelque 8 millions d'Américains, de l'étonnant mur de la peste au XVIIIe siècle au « mur de Bush » séparant les États-Unis et le Mexique, du mur de Berlin aux murs-manifestes, Claude Quétel propose un passionnant tour d'horizon des murs à travers les âges et les civilisations.

  • Soixante-dix ans après, le D-Day reste gravé dans nos mémoires comme le jour de la libération de la France du joug nazisme. Des hommes du monde entier ont débarqué sur les côtes de la Normandie pour combattre l'inhumain et rétablir la paix : Américains, Britanniques, Français, Canadiens, Norvégiens, Danois, Néerlandais, Polonais, Australiens, Belges...
    Comment en est-on arrivé là ? Quels ont été les précédents débarquements qui ont permis le D-Day ? Comment les Alliés ont-ils préparés la Bataille de Normandie ?
    Avec Le Débarquement pour les Nuls, le jour le plus long n'aura bientôt plus de secret pour vous ! ll vous permettra de suivre toutes les batailles qui libérèrent, victoire après victoire, les villages français de l'Occupation et feront tomber le IIIe Reich.
    L'histoire se fait et s'apprend également à travers les petites histoires. Au fil du texte, l'auteur vous révèlera ainsi tous ces détails étonnants qui font que la guerre reste avant tout une histoire d'hommes et de femmes : témoignages, objets emblématiques (jeep, jerrycan...), drôles de mots utilisés, discours... Et pour suivre aisément l'évolution du front, une douzaine de cartes simplifiées vous sera présentée.
    Cet ouvrage est l'occasion pour tous de ne jamais oublier que le monde en paix que nous connaissons est le fruit de combats sans mercis.

  • Cette extraordinaire histoire est connue mais mal connue : Robert Capa, photographe de guerre déjà célèbre, débarque à Omaha Beach le 6 juin 1944 à 6 h 35 avec la première vague d'assaut. Il prend là les seules photos de ce moment historique. Hélas, elles seront pour la plupart stupidement perdues et les onze restantes voilées. Qu'importe ! Les voici exceptionnellement réunies ici dans un montage original et panoramique faisant revivre le film de ces événements dramatiques.
    «Si ta photo n'est pas bonne, disait Capa, c'est que tu n'es pas assez près.» Capa, lui, était au plus près.

  • Ce dictionnaire revisite l'histoire du débarquement en Normandie et contient 1.332 notices consacrées à la vie quotidienne des soldats, la presse et le cinéma, les lieux, les pays belligérants, etc.

  • Soixante ans après...
    « Par sa dimension planétaire et sa durée, par sa férocité et ses horreurs, par les bouleversements politiques et philosophiques qui l'ont suivie, la Seconde Guerre mondiale a été le plus grand conflit de tous les temps. Soixante ans après, cette guerre pèse toujours sur la mémoire et la conscience collective. » (C. Quétel) Et elle continue à ce titre de passionner les Français.

    L'essentiel en peu de pages Ce petit livre offre au lecteur pressé de quoi faire le tour de la question, qui demeure complexe, en peu de pages, grâce aux éclairages de l'auteur. De la guerre éclair du IIIe Reich à la fin du conflit, Claude Quétel raconte, explique et analyse l'une des plus grandes tragédies de l'Histoire.

  • Le chien des boches

    Claude Quétel

    Claude Quétel se souvient, dans ce récit à la fois souriant et nostalgique, du petit garçon qu'il fut à la fin de l'Occupation.
    C'est avec la précision et l'espièglerie de son jeune âge qu'il dépeint le « paysage de guerre » qu'est devenu son village : les « boches », les Résistants et bientôt les Alliés qui déferlent sur plages les normandes lors de l'inoubliable Jour J.
    Version enfantine du Mon village à l'heure allemande de Jean-Louis Bory, touchante évocation d'une Normandie âpre et modeste, ce récit est aussi celui d'une mémoire de la France qui se réveille après l'Occupation, raconté par un grand historien.

  • A travers douze mois et douze évènements, une présentation de l'année 1945 en tant qu'année charnière. Celle-ci voit en effet la fin de la guerre, une amorce de la paix, l'effondrement de dictatures quand d'autres se dessinent, la volonté de bâtir une paix durable...

  • Le pire des siècles ? " Le XXe siècle pèse-t-il plus lourd sur l'Histoire, sur la mémoire de l'humanité, du fait de son importance ou tout simplement parce qu'il est le plus récent, ressortissant de la mémoire "immédiate" et ne bénéficiant pas encore du recul du temps? Et d'ailleurs, le XXe siècle est-il vraiment terminé ? " (Claude Quétel) L'essentiel en 160 pages : Ce petit livre revisite l'histoire du XXe siècle à l'échelle du monde, un siècle de bouleversements.
    Des balbutiements de l'Europe à la montée en puissance des nouvelles forces planétaires, d'un conflit mondial au suivant, de la guerre froide aux remous du Moyen-Orient, de la survivance des tiers-mondes à la réalité de la mondialisation : Claude Quétel ambitionne d'offrir au lecteur une analyse historique et sociologique, inédite et synthétique, du siècle passé.

  • Une nation a besoin de mythes fondateurs. La Révolution française aussi. Ainsi est né le mythe du 14 Juillet qui fête l´unité nationale autour de la prise de la Bastille, qui doit faire table rase du passé et de 1789 l´an I de la vraie liberté.  Mais comment le 14 Juillet a-t-il pris cette place dans notre histoire ? En vérité, la prise de la Bastille ne fut pas un moment glorieux de la geste révolutionnaire - un assaut où le courage ne fut pas vraiment au rendez-vous ni parmi les assaillants ni chez les défenseurs.  Son accession au statut de fête nationale ? En 1880 seulement, au terme de près d´un siècle de mise hors la loi et après de longues hésitations. Et depuis, son sens n´a cessé d´être renouvelé au gré des régimes et des idéologies.  C´est à cette histoire d´un mythe contesté que vous invite Claude Quétel.

  • Ils ont été 6 000 prisonniers à passer par la Bastille. Certains étaient célèbres, comme Voltaire l'impertinent, Damiens le fanatique, le benêt cardinal de Rohan, le débauché marquis de Sade. D'autres n'étaient que d'obscurs espions ou aventurières, tenancières de maison close, « sodomites », journalistes, escrocs, fous... Tous ont été soigneusement interrogés et observés par le terrible lieutenant de police de Paris, qui rapportait au roi ses découvertes. Des archives savoureuses dont ils étaient les héros, Claude Quétel a retiré le meilleur - le plus étonnant, le plus dramatique, mais aussi, ce n'est pas la moindre des surprises, le plus amusant.

empty