Assa Traore

  • « Le Combat Adama, ce n'est pas seulement le combat de la famille Traoré. La mort de mon frère est représentative d'un grand malaise dans cette France qui ne va pas.
    Le 19 juillet 2016, mon frère est mort sous le poids de trois gendarmes et d'un système. Il est mort parce qu'il s'appelait Adama Traoré, parce qu'il était noir, parce qu'il habitait dans un quartier populaire. Il est mort à cause de ce que l'État et la société ont construit autour des quartiers populaires et de ces garçons. Et c'est tout cela que nous voulons changer.
    Quand on se bat, on ne se bat pas que pour Adama Traoré. On se bat pour tous les Adama Traoré. ».
    Adama Traoré est mort dans la cour de la gendarmerie de Persan dans le Val-d'Oise. Il avait vingt-quatre ans. Depuis, un combat se développe et s'amplifie qui, à partir de la question des violences policières dans les quartiers populaires, interroge en profondeur notre monde et la politique : le Combat Adama.

  • C'était le jour de ses 24 ans : le 19 juillet 2016, Adama Traoré est déclaré mort dans la cour de la gendarmerie de Persan. Un drame sans nom, qui a saisi les membres de sa famille. La peine les a soulevés comme un seul homme, unis autour de leur soeur, Assa Traoré. De l'horreur est née la révolte. Les Traoré ont changé leur douleur en combat, et Assa s'y érige en infatigable guerrière. Elle n'a qu'un but : faire éclater la vérité sur les violences exercées par les forces de l'ordre envers une jeunesse stigmatisée. Une bataille intime et citoyenne.

empty