l'instant ; la Créüside

Traduction CHANTAL PHILIPPE  - Langue d'origine : HONGROIS

À propos

" De toute ma carrière d'écrivain, je n'ai jamais ressenti une telle tension de bonheur en préparant un ouvrage. Et de tous mes personnages, c'est Créüse qui m'a inspiré le plus de compassion. " Magda Szabó

Quand Magda Szabó évoquait
L'Instant, elle en parlait comme d'une " bombe ". Porté durant plus de soixante ans, abandonné puis repris au gré des tourmentes que connut son pays, la Hongrie, le roman parut à la fin de l'année 1989, à l'heure où tombait le Mur.

Avec cette réécriture de
L'Énéide de Virgile, Magda Szabó se livre à une réflexion sur ce que sont les mythes et les héros. Chez Virgile, Créüse, la femme d'Énée, est condamnée par les dieux à mourir avant même que ne s'ouvre l'épopée. Ici, elle récuse cette sentence. À " l'instant " où cela est possible, l'épouse usurpe l'identité de son mari et s'octroie d'accomplir le destin de ce dernier, mort à sa place, mais également le sien propre. Cela, bien sûr, avec la complicité facétieuse de l'auteur, qui n'hésite pas à faire appel, entre autres, à une déesse soi-disant oubliée, Èchiès, l'"exquise " soeur jumelle d'Aphrodite.

Ludique, singulier, virtuose,
L'Instant, rend presque palpable le mystère de l'écriture. Le lecteur demeure ébloui par la manière dont Magda Szabó utilise et détourne l'œuvre originelle, qu'elle connaît dans ces moindres respirations.

Categories : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782878586923

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    360 Pages

  • Poids

    348 Ko

  • Distributeur

    Harmonia Mundi

  • Diffuseur

    Harmonia Mundi

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

Magda Szabó

  • Naissance : 5-10-1917
  • Décès :19-11-2007 (Mort il y a 14 ans à l'âge de 90 ans)
  • Pays : Hongrie
  • Langue : Hongrois

Magda Szabó est née à Debrecen en 1917, dans une famille cultivée de la grande bourgeoisie.
Considérée comme un véritable classique vivant de la littérature hongroise, certains la nomment « le Mauriac protestant », car elle peint souvent les passions refoulées des habitants de la Grande Plaine peuplée majoritairement par des parpaillots.
Ses premiers livres paraissent au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, et elle est saluée comme un des grands espoirs de la littérature. Après 1948, pour des raisons politiques, elle disparaît de la scène littéraire. Pendant une longue période, elle vit de travaux de traduction et d'enseignement.
C'est à la fin des années cinquante qu'elle rencontre un immense succès. En 1959, elle reçoit le prix Attila Jozsef et, en 1978, le prix Lajos Kossuth. Sa notoriété ne fait que grandir.
En 1987, son roman La Porte connaît un succès international. Ce chef-d'?uvre n'est pas immédiatement traduit en France, alors qu'il l'est en Allemagne, en Angleterre et aux États-Unis. En 1992, elle obtient le prix Betz Corporation aux États-Unis.

empty