Performance et financement des universités

Donnez votre avis

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

Offrir cet ebook

[eBook] Performance et financement des universités

On voudrait que les universités offrent des débouchés à leurs étudiants, portent remède à l'échec massif en premier cycle, tout en continuant à se démocratiser. Mais peut-on atteindre ces objectifs et conserver la quasigratuité de l'enseignement supérieur ? Les subventions de l'État aux universités, qui sont insuffi santes, ont peu de chances de beaucoup augmenter à l'avenir. L'Australie et le Royaume-Uni ont mis en place des modèles radicalement différents. Ils reposent sur des droits d'inscription élevés assortis d'un système généralisé de prêts aux étudiants, dont le remboursement est conditionné par leurs revenus futurs. Robert Gary-Bobo plaide pour une réforme inspirée de ce modèle. Elle donnerait les moyens de se développer à une université française en grave diffi culté fi nancière et qui conduit beaucoup d'étudiants à l'impasse. Elle insuffl erait plus de justice sociale dans un système qui, paradoxalement, profi te essentiellement aux jeunes issus des milieux favorisés. l'échelon territorial ! Telle est l'injonction contradictoire adressée aux universités françaises depuis les deux grandes réformes du système d'enseignement supérieur et de recherche initiées en 2000. D'un côté, l'État organise une compétition généralisée entre enseignants- chercheurs et entre universités. Les fi nancements sur projet de la recherche, la publicisation des évaluations et leur utilisation pour allouer les budgets à la performance, comme les très sélectifs appels à projets qui se sont succédé sans relâche depuis le Grand Emprunt de Nicolas Sarkozy, ont accru les écarts entre établissements et fait voler en éclat le principe sur lequel reposait jusqu'alors, en théorie, le système français : des universités équivalentes sur l'ensemble du territoire. De l'autre, un remodelage du paysage universitaire est à l'oeuvre. Il impose que les grandes écoles, les organismes de recherche et les universités d'une même région coordonnent leurs actions dans le but de rationaliser les coûts et de grimper dans les classements mondiaux. De nouvelles structures sont ainsi créées à marche forcée, sans qu'il soit possible de savoir si ces changements majeurs atteindront leurs objectifs et assureront un avenir radieux à l'enseignement supérieur français. Mitterrand il y a trente ans. Sans doute conviendrait-il d'ajouter « mais s'est-on donné les moyens d'apprendre ? » Car faute d'avoir suffi samment investi dans une évaluation véritablement scientifi que de nos politiques de l'emploi, notre connaissance sur les causes du chômage et sur notre capacité à le résoudre n'a guère progressé. Certains programmes de formation, de subventions à l'emploi et d'accompagnement mis en place dans les pays développés ont pourtant pu être évalués méticuleusement. La faiblesse de leurs impacts démontre que l'on ne saurait prétendre éradiquer le chômage par l'investissement dans tel ou tel type d'action. Mais ces programmes peuvent être améliorés et nous aider à venir à bout du chômage. Cela passe par une analyse minutieuse des besoins et des comportements ainsi que par un recours plus large à des évaluations rigoureuses. Finalement, n'est-ce pas notre impatience à tester des actions sans nous donner le temps d'étudier leurs effets qui nous a piégés dans le chômage durable ?

  • EAN 9782724620429
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 136 Pages
  • Copy No
  • Print No
  • Share Authorized with restriction
  • Share count 6 devices
  • Poids 1 515 Ko
  • Distributeur C.D.E.

Robert Gary-Bobo

Robert Gary-Bobo est professeur des universités en sciences économiques à l'Ecole nationale de la statistique et de l'administration économique (ENSAE) et chercheur au Centre de recherche en économie et statistique (CREST).

empty