Histoire du français en Afrique ; un langue en copropriété

À propos

En 1817 s´ouvre à Saint-Louis du Sénégal la première école en français. Jean Dard, l´instituteur qui en est responsable, fait le choix d´apprendre d´abord à écrire et lire aux élèves dans leur langue, le wolof. S´ensuivront de longs débats, parfois polémiques, sur la place des langues africaines dans l´enseignement et le type de pédagogie à appliquer.

Près de deux siècles plus tard, les pays africains sont confrontés au même type de problèmes. Mais le français s´est en même temps « africanisé », il a pris des couleurs locales, tandis que certaines langues africaines s´imposaient comme langues véhiculaires et que d´autres étaient utilisées dans l´enseignement ou l´alphabétisation.

C´est cette histoire que retrace Louis-Jean Calvet, s´appuyant aussi bien sur l´analyse de documents d´archives que sur des enquêtes de terrain, brossant le tableau d´une langue désormais partagée, en copropriété, et évoquant ses possibilités d´évolution.

Categories : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9782359050189

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    212 Pages

  • Poids

    583 Ko

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    Editis

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

Louis-Jean Calvet

Né le 5 juin 1942 à Bizerte (Tunisie), Louis-Jean Calvet est un linguiste français de renommée internationale. Il est l'auteur de nombreux essais, dont Chanson et société (Payot, 1981), Pour une écologie des langues du monde (Plon, 1999), Les Confettis de Babel (Écriture, 2013). Ami des chanteurs, il est l'auteur de biographies de référence consacrées à Brassens (Lieu commun, 1991), Roland Barthes (Flammarion, 1990), Léo Ferré (Flammarion, 2003, rééd. Archipoche 2013). On lui doit un dictionnaire qui fait autorité, Cent ans de chanson française (Archipoche, 2008). Les éditions de l'Archipel ont publié, en 2013, son essai Chanson, la bande son de notre histoire.

empty