Les paradis artificiels

À propos

« Parmi les drogues les plus propres à créer ce que je nomme l'Idéal artificiel, [...] les deux plus énergiques substances [...] sont le haschisch et l'opium. L'analyse des effets mystérieux et des jouissances morbides que peuvent engendrer ces drogues, des châtiments inévitables qui résultent de leur usage prolongé, et enfin de l' immortalité même impliquée dans cette poursuite d'un faux idéal, constitue le sujet de cette étude. »Dans Les Paradis artificiels, Baudelaire mêle ses propres réflexions sur les effets du haschisch aux Confessions d'un mangeur d'opium anglais de Thomas De Quincey, parues quarante ans plus tôt. Comme dans son oeuvre poétique, l'auteur des Fleurs du mal y explore « ce goût de l'infini » qui pousse sans cesse l'homme à la recherche de l'idéal : tout à la fois traduction, essai, conte, poème, ce texte est ainsi, selon Michel Butor, « son ouvrage fondamental sur la nature de la poésie ».

Categories : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782081387669

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    192 Pages

  • Copy

    No

  • Print

    No

  • Share

    Authorized with restriction

  • Share count

    6 devices

  • Poids

    389 Ko

  • Distributeur

    Flammarion

  • Support principal

    ebook (ePub)

Charles Baudelaire

En 1827, son père meurt mais cet homme lettré, épris des idéaux des Lumières et amateur de peinture, peintre lui-même, lui laisse un héritage spirituel. Un an plus tard, sa mère se remarie avec le chef de bataillon Aupick. Renvoyé du lycée pour une vétille en 39, Baudelaire choisit de mener une vie en opposition aux valeurs bourgeoises incarnées par sa mère et son beau-père. Il entreprend un voyage vers les Indes qui écourté, imprégnera pourtant son imaginaire (amour de la mer, vision d'un ailleurs exotique). De retour à Paris, il s'éprend de Jeanne Duval, jeune mulâtresse, avec laquelle il connaîtra tous les charmes et le amertumes de la passion. Dandy endetté, il est placé sous tutelle judiciaire et connaît dès 1842, une vie misérable. Il commence alors à composer plusieurs poèmes des Fleurs du mal. Critique d'art et journaliste, il combat les formes exaltées du romantisme. En découvrant, puis en traduisant l'oeuvre de Poe, il trouve l'esthétique de la poésie pure, quête du beau perçu par l'imagination . En 48, il participe aux barricades mais est surtout préoccupé d'aller fusiller... Aupick. Les Fleurs du mal paraissent en 1857 et le recueil est en partie condamné "pour outrage à la morale publique et aux bonnes moeurs". La nouvelle édition de 61 sera enrichie et restructurée mais aussi amputée des six plus beaux poèmes qui ont été interdits par le juge Pinar.ÿLe poète part alors pour la Belgique et se fixe à Bruxelles où il prépare un pamphlet contre ce pays qui figure à ses yeux une caricature de la France bourgeoise.Il meurt d'aphasie et de paralysie en 1867.

empty