ConTeS et Fables

Reconnaissables à leur portée universelle, les contes et les fables sont souvent des histoires à priori infantiles qui cachent, où parfois explicitent concrètement, un postulat moral. Traditionnellement transmis de façon orale, les contes ont eu beaucoup de succès à la Renaissance où les écrivains ont figé à l'écrit leur version personnelle du récit. La Fontaine est un des auteurs les plus populaires du genre, au moins en France, où ses contes sont encore enseignés pour leur intemporalité, et on verra ci-dessous à quoi celle-ci tient...

 

Jean De La Fontaine - Fables I  (1668)

De l'éducation du Dauphin 

Composés à l'origine pour parfaire l'éducation du Dauphin de Louis XIV et Marie-Thérèse d'Autriche, ce premier recueil de La Fontaine est entèrement composé de réécritures de contes animaliers, majoritairement écrits par des écrivains Grecs, parmi lesquels Esope est le plus représenté. Malgré tout, Jean de La Fontaine, par son talent de.. conteur, reste l'un des premiers à avoir popularisé le genre, qui le lui a bien rendu.  

E.T.A Hoffmann - Contes Fantastiques  (±1815)

La petite musique fantastique d'Hoffmann

Figure de proue du Romantisme allemand, Hoffmann est surtout connu pour ses contes fantastiques, mais il était aussi compositeur, librettiste et dessinateur. Ces Contes Fantastiques peuvent rappeler l'oeuvre d'Edgar Allan Poe par leur veine surréaliste, bien qu'Hoffmann adopte un ton beaucoup plus satirique envers son époque. Considéré comme un génie du genre Fantastique, Hoffmann aime s'attaquer à quelques thèmes de prédilection parmi lesquels la musique, la folie et la dualité de la "créature humaine". 

Nathaniel Hawthorne - Le Livre des Merveilles  (1852)

L'imaginaire Grec revisité

Dans ce recueil, Nathaniel Hawthorne revisite plusieurs récits fondateurs de la mythologie grecque qu'il situe dans un environnement moderne. Construit dans un style simple mais puissant, à l'origine pour les enfants, Le Livre des Merveilles est à la fois didactique et amusant, porté par le talent narratif d'Hawthorne, qui n'a rien à envier aux grands auteurs Grecs.    

Jacob Grimm - Contes Merveilleux  (±1811)

Fondateur de l'histoire Européenne

Après une enfance malheureuse, Jacob Grimm se découvre une passion pour l'histoire et la littérature qui ne le quitteront jamais. Ayant toute sa vie réuni des livres d'histoire, il entreprend avec son frère Wilhelm de réécrire de nombreuses légendes oubliées, et de les populariser sous la forme de petits contes à forte portée philosophique. Ses contes sont depuis rentrés dans l'histoire Européenne, et leur postérité est telle qu'ils ont influencés nombre de productions cinématographiques.  

Anonyme - Les Mille et une Nuits  (XIVe-XVe)

La sagesse Persanne

Recueil de contes populaires Persans et Indiens, Les Mille et une Nuits mettent en scène de nombreux personnages portés par un récit qui englobe les autres :  Le sultan Shahryar, en représailles à la suite de l'infidélité de son épouse, la condamne à mort et, afin d'être certain de ne plus être trompé, il décide de faire exécuter chaque matin la femme qu'il aura épousée la veille. Shéhérazade, la fille du grand vizir, se propose d'épouser le sultan. Aidée de sa sœur, elle raconte chaque nuit au sultan une histoire dont la suite est reportée au lendemain. Le sultan ne peut se résoudre alors à tuer la jeune femme ; il reporte l'exécution de jour en jour afin de connaître la suite du récit commencé la veille. Peu à peu, Shéhérazade gagne la confiance de son mari et finalement, au bout de mille et une nuits, il renonce à la faire exécuter.

Couverture originale

Edwin Abbott Abbott - Flatland  (1884)

Gare aux Isocèles  

Satire sociale et allégorie philosophique, Flatland est, paradoxalement, un conte d'une grande profondeur, qui n'est pas sans rappeler l'allégorie de la Caverne. Edwin Abbott Abbott y donne vie aux figures géométriques d'un pays nommé Flatland, ou les moeurs sont régis par les propriétés de ses habitants : lignes, triangles et carrés. Ce conte prend tout son sens lorsque le carré, lui-même le plus abouti des habitants, prend conscience de son existence et découvre une nouvelle dimension. Hautement recommandé ! 

Hans Christian Andersen - Contes  (1835)

Le Vilain petit Canard Danois

Poète, dramaturge, romancier et conteur, Andersen était un homme à l'imagination débordante, secondée par une curiosité intarissable que de nombreux voyages ont nourris. Mal aimé dans son pays, où on lui reproche un certain égocentrisme, il trouvera rapidement le succès à l'étranger, et notamment en France où il se fait de nombreux amis parmi les grands écrivains. Ses contes sont encore traduits dans le monde entier, que l'on considèrent souvent comme de véritables poèmes. Prenons la peine de préciser qu'il est à l'origine de la plupart des grands succès Disney, dont la Reine des Neiges...

Marie Catherine D'Aulnoy - Contes de Fées  (1697)

Scandales et Merveilles

Capable de manier de nombreux styles, Marie Catherine D'Aulnoy se sert des contes pour critiquer la société bourgeoise au sein de laquelle elle vécu. Subversives et scandaleuse envers la société bien pensante, ses contes ainsi que sa vie tiennent du Romanesque. Après un complot raté pour faire calomnier le baron D'Aulnoy auquel elle fut mariée de force, Marie Catherine D'Aulnoy est contrainte à l'exile, ce qui contribua grandement à l'imaginaire qu'elle développe dans ses contes, où l'on ne croise pas que des fées. 

Pétrus Borel - Contes Immoraux  (1833)

Tu es une vierge, Flava ! Horreur !

Ces sept contes constituent l'un des meilleurs exemples de la littérature «cadavéreuse» et du genre frénétique, caractérisés par la recherche systématique du hideux, des péripéties sanglantes et des images atroces, parfois disposées sans souci de logique. Mais Pétrus Borel dépasse ces conventions pour conférer à son recueil la consistance d'une aventure littéraire : celle d'un écrivain narrant sa courte vie et sa mort. 

Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche  (1921)

 

Avec ironie et humour Anatole France nous rappelle dans ces contes qu'il faut savoir jouir de l'existence, aussi absurde soit elle. Mais le talent du prix Nobel ne s'arrète pas là, lui qui peut d'un bout de phrase rappeller Nietzsche et convoquer Baudelaire, nous livre une prose délicieuse où la morale nous rattrape toujours par la manche.  

Philosophie et PolitiquE 

Celui qui un jour veut apprendre à voler, celui-là doit d'abord apprendre à se tenir debout et à marcher et à courir, à grimper et à danser - ce n'est pas du premier coup d'aile que l'on conquiert l'envol !

 

F.W Nietzsche - Ainsi parlait Zarathoustra  (1883)

Le Chameau, le Lion et l'enfant

Il faut certes de la volonté pour comprendre ce qu'aurait dit Zarathoustra. Philosophe de génie, Nietzsche est aussi un poète, et la puissance évocatrice de cette oeuvre est sans équivoque. Ainsi parlait Zarathoustra est une des rares pièces de fiction de Nietzsche, et n'eut aucun succès à sa parution. Composé en quatre parties, le texte est un mélange de poésie et de "discours" résumant les idéaux de son auteur. 

Joseph Proudhon - Théorie de la Propriété  (1862)

La propriété, c'est le vol !"

Proudhon l'anarchiste déclare : « J’en ferai sortir la preuve irréfragable que la propriété, quand elle serait juste et possible, aurait pour condition nécessaire l’égalité. » Il traite du concept de propriété et de sa relation avec l’État, les ouvriers et l’anarchisme. Ce texte est toujours d'actualité et mérite quelques reflexions à l'heure actuelle...

Thomas More - L'Utopie  (1516)

Du lieu qui n'est nulle part

Ce pays dont seuls les philosophes et quelques fous ont eu le privilège de fouler les rivages : l'Utopie n'est pas une attitude naïve. C'est le symptôme d'une crise morale, elle est aussi et surtout une tentative pour renvoyer une société à ce qu'elle attend d'elle-même. Un rêve, mais pour affermir la volonté politique.

La Rochefoucauld - Maximes  (1665)

La peinture de l'insignifiance humaine 

Composé de nombreuses petites maximes, genre que La Rochefoucaud a largement contribué à populariser, ce recueil est un témoignage des préocupations de la noblesse française du XVIIe siècle. Un témoignage fort bien écrit qui se veut à la fois moralisateur et ouvrage de réflexion sur l'insignifiance et la vanité de l'être humain.  

Karl Marx - Manifeste du Parti Communiste  (1848)

Document historique 

Le texte commence par exprimer l'importance de la lutte des classes, qui oppose « oppresseurs et opprimés ». Selon Marx, « La société bourgeoise moderne, élevée sur les ruines de la société féodale, n'a pas aboli les antagonismes de classes. Elle n'a fait que substituer de nouvelles classes, de nouvelles conditions d'oppression, de nouvelles formes de lutte à celles d'autrefois ». Mais la lutte des classes moderne est spécifique en ce sens qu’elle se résume à un antagonisme simplifié : bourgeois contre prolétaires.

Charles Darwin - De l'Origine des Espèces  (1859)

La Théorie de l'évolution

La Théorie de l'évolution de Darwin est un apport considérable aux sciences de la vie, s'il ne les a pas carrément crées. Darwin avance en effet les preuves de l'évolution des espèces à partir d'ancètres communs, et postule que l'homme n'est pas immuable et n'a pas été créé indépendamment des autres espèces, n'en déplaise à Ben Carson (a qui nous avons envoyé un exemplaire). 

Emmanuel Kant - Fondements de la métaphysique des moeurs  (1785)

De la morale et du désir

Ici, Kant se consacre à la philosophie morale. Ouvrage de référence pour qui veut avancer sur cette route sinueuse. Aperçu : Les actions sont d’ordre moral si elles sont prises dans l’intérêt de la morale seule. La moralité d’une action n’est pas jugée selon ses conséquences, mais selon le motif qui l’a produite. Les actions sont morales si elles sont faites par respect pour la loi morale, et non selon un besoin ou un désir.

René Descartes - Discours de la Méthode  (1637)

Cogito Ergo Sum

Dans ce discours, Descartes expose son parcours intellectuel de façon rétrospective, depuis son regard critique porté sur les enseignements qu'il avait reçus à l'école, jusqu'à sa fondation d'une philosophie nouvelle quelques années plus tard. Il y propose aussi une méthode (composée de quatre règles) pour éviter l'erreur, et y développe une philosophie du doute, visant à reconstruire le savoir sur des fondements certains, en s'inspirant de la certitude exemplaire des mathématiques – la célèbre phrase « je pense donc je suis » (cogito, ergo sum), qui permet à Descartes de sortir du doute, lui servira à ce titre de premier principe.

J-J Rousseau - Du Contrat Social (1762)

L'étincelle qui mit le feu aux poudres

Du contrat social ou Principes du droit politique est un ouvrage de philosophie politique de Jean-Jacques Rousseau publié en 1762. Il est connu pour exposer avec clarté et force que la seule forme de pouvoir politique légitime est le pouvoir qui trouve son fondement dans la volonté du peuple (ou « volonté générale »). Il est souvent considéré comme le principal inspirateur des idées de la Révolution française.

Elisée Reclus - L'évolution, la Révolution et l'Idéal Anarchique  (1898)

Le désir et la pensée d'un être complet 

Élisée Reclus, de son nom complet Jacques Élisée Reclus, est un géographe, militant et penseur de l'anarchisme français. Il fut un écrivain prolifique, aussi bien dans son domaine professionnel de la géographie terrestre, que sur les thèmes de la vie humaine et de l'anarchisme. Le bannissement politique d'Élisée Reclus pour ses idées anarchistes a certainement été à l'origine de l'oubli relatif dans lequel il est aujourd'hui.

oeuvres Anciennes

De Sun Tzu à Marc Aurèle, redécouvrez des textes désormais inscrits au patrimoine de l'humanité. 

Utagawa Kuniyoshi

Sun Tzu - L'Art de la Guerre (VIe - Ve Av.JC)

13 préceptes du Maitre Sun 

Emporter l'avantage sur son adversaire ne tient pas de l'intervention divine ou du hasard, mais bien d'une stratégie réfléchie et de méthode. Voilà ce qu'enseigne ce petit traité, encore étudié dans les cours de stratégie, et dont les principes ont notamment été utilisés lors de la guerre du Vietnam. Un petit ouvrage facile à lire, qui peut s'avérer pratique.

Marc Aurèle - Pensées pour moi-même (161-180)

Du quotidien de l'empereur Romain 

A l'origine écrites pour lui-même et sensées êtres détruites à sa mort, les Pensées nous révèlent les reflexions d'un empreur romain sur les sens du devoir et de morale. L'empereur s'y fait de nombreux reproches et se donne des exercices afin de ne pas céder aux multiples tentations et facilités auxquelles il est exposé et de persévérer dans la voie de la philosophie qu'il reconnaît comme la seule mesure de la valeur d'un homme.

Virgile - Les Georgiques  (36 - 29 Av.JC)

Naitre et murir 

Commandés par Mécène, le protecteur de Virgile, les Georgiques sont écrits pour louer l'agriculture romain. Mais Virgile ne se cantonne pas au travail de la terre et y traite de sujets forts. Sa qualité de poète lui permet de transcender les simples considérations matérielles de l'agriculture, pour en faire de véritables odes à la vie, la mort et la renaissance.

Eschyle - Tragédies (465 - 550 Av.JC)

Père de la tragédie 

Père fondateur de la tragédie grecque, Eschyle nous a légué une œuvre importante. La puissance dramatique de son œuvre est portée par l'omniprésence des divinités dans le destin des humains. Ses thèmes de prédilections sont l'équilibre de la cité, et les dangers qu'elle coure, menacée par la démesure chez certains individus, l'Hubris.

Homère - L'Iliade et l'Odyssée (800 Av.JC)

Chante, ô déesse, le courroux du Péléide Achillee

Adaptation du poème original par Jane Werner Watson On ne présente pas le chef d'oeuvre d'Homère... Un livre magnifique entièrement illustré.

empty