Mondialisation : la mort d'une utopie

Conseiller

Liste

Donner un avis :

Nous vivons aujourd'hui dans « l'empire » américain, dont la mondialisation n'est que l'expression économique. Le libre-échange mondial, instauré comme doctrine officielle en 1946  à Bretton Woods, était paré de toutes les vertus, car il était entendu qu'en dopant le commerce international, il allait profiter à tous. « Une marée montante soulève tous les bateaux », disait le proverbe cité en appui de cette thèse.  « L'empire » américain a façonné ainsi le monde, mais en fragilisant les états dont il a coopté les élites au ...détriment du reste des populations qui ont vu les inégalités se creuser, et en traçant au coeur des nations une frontière économique invisible, mais bien réelle, entre les gagnants et les perdants du système. Résultat, la contestation, voire la colère des peuples gronde face au système international, perçu comme un « club des élites ». Avec le Brexit et l'élection de Donald Trump, l'utopie américaine d'une « mondialisation heureuse » est brutalement confrontée à la perspective d'un rejet, trente ans à peine après la faillite de l'idéologie communiste. Sous la pression de « l'empire », l'affaiblissement de l'état national est devenu en outre partout un fait patent. Le mal-être français, qui se reflète directement sur la vie politique, n'en témoigne que trop bien. Nous sommes désormais entrés dans une crise profonde, qui remet en question un système international fondé sur le libre-échange, ainsi que notre conception même de l'État. Il n'est pas trop tard, mais le temps presse. Les signes de la révolte doivent alerter les dirigeants occidentaux sur l'urgence qu'il y a à corriger les effets de la mondialisation sur les populations occidentales, dont ils ont oublié un peu vite qu'elles étaient aussi composées d'électeurs !  

Grand format
19.50 €
sur commande

Autres informations

  • EAN 9782702161456
  • Disponibilité disponible
  • Nombre de pages 326 pages
  • Longueur 22 cm
  • Largeur 14 cm

empty