Coups de coeur

  • La Steppe Rouge

    L'équipe de la librairie vous conseille

    Notre avis :
    Ecrit en 1922, Steppe rouge est le tout premier livre de Joseph Kessel.  Ce recueil de nouvelles dépeint magistralement la violence et la terreur dans la Russie bolchéviste au travers de sept personnages au destin tragique, bourreaux d’un jour ou victimes traquées par la Tcheka (futur KGB).
    Un ouvrage tout simplement inoubliable. 

    Stéphane

  • Dans la deche a paris et a londres

    L'équipe de la librairie vous conseille

    Notre avis :
    Avant qu'il ne vive de ses écrits Georges Orwell a connu la misère. Il a partagé la vie des précaires, mal logés ou à la rue, "rongés par la faim et l'alcool" qui enchaînent sans broncher des petits boulots harassants.
    Une curiosité littéraire et un intéressant portrait de la France (et de l'Angleterre) d'en bas des années 20, bien avant les politiques de protection sociale.

    Stéphane

  • Racleurs d'océans

    L'équipe de la librairie vous conseille

    Notre avis :
    En 1952, Anita Conti,  océanologue et photographe française pionnière de l'écologie,  s’est embarquée pendant 6 mois sur un chalutier pour partager le quotidien de pêcheurs de morue à Terre-neuve.
    De son immersion en huit clos dans cet univers masculin aux conditions de travail extrêmement rudes, elle rapporte  un récit documentaire sociologique passionnant et plein d’humour que nous vous recommandons vivement. 

    Stéphane

  • Passer par le nord ; la nouvelle route maritime

    L'équipe de la librairie vous conseille

    Notre avis :
    Isabelle Autissier et Erik Orsenna racontent leur traversée de l'Arctique en retraçant l'histoire de ces contrées austères tout en pointant du doigt leurs enjeux écologiques et stratégiques. Un récit de voyage atypique qui vous fera grelotter à l'approche de l'été.

    Maxime

  • En Syrie

    L'équipe de la librairie vous conseille

    Notre avis :
    Bien sûr, près d’un siècle s’est écoulé depuis ce reportage de Joseph Kessel découvrant une Syrie où chrétiens, musulmans, druzes, tcherkesses et bédouins coexistaient, mais son récit permet de mieux connaître ce pays et les prémices du soulèvement à venir.

    Stéphane

  • Le wagon plombé ; le voyage en Russie

    L'équipe de la librairie vous conseille

    Notre avis :
    « Aucun passage n’est plus dur, plus rigoureux, plus militaire que le franchissement d’une autre frontière ; on se retrouve soudain, sans transition, dans un nouveau monde. » c’est ainsi que Stefan Zweig introduit le récit de son voyage en Russie en 1928. Découvrez sous sa plume, ce gigantesque empire de 140 millions d’habitants , mélange étonnant de Byzance et d’Ispahan... sans vous priver du récit du fameux retour de Lénine en Russie par le train en 1917.  

    Stéphane

  • Quinze jours dans le désert

    L'équipe de la librairie vous conseille

    Notre avis :
    Avant d’écrire son fameux livre De la démocratie en Amérique, Tocqueville s’est essayé au récit de voyage. Il raconte dans ce court texte, la traversée des Etats-Unis qu'il entreprit à l’été 1831. Jeune juge de 26 ans, il décrit ici la naissance de la grande nation américaine, tout en se montrant préoccupé par le sort réservé aux amérindiens rejetés par les nouveaux américains venus d’Europe ainsi que par le saccage de la nature par les hommes.

    Coralie

  • L'âme du chasseur

    L'équipe de la librairie vous conseille

    Notre avis :
    Que deviennent les espions et autres combattants quand la lutte est finie? Quel sale boulot ont-ils fait au nom de la cause ? Doivent-ils fidélité aux compagnons des années noires ? Bref peut-on revenir à la vie, retourner auprès de ceux qu’on aime, et construire un avenir pour ses enfants ?
    On le sait, les romans policiers racontent la vie des sociétés. Vous aimerez l’histoire haletante, et combien touchante, de ce guerrier Xhosa, forcé à une « dernière » mission, traversant l’Afrique du Sud au volant d’une énorme moto, poursuivi par des services secrets qui réunissent aujourd’hui blancs, noirs et métis pour le meilleur…mais aussi pour le pire
    .

    Stéphane

  • Prédation ; nature, le nouvel eldorado de la finance

    Stupéfiante enquête sur la finance et le green business

    Ce livre, bien écrit, a deux mérites :
    Celui d’abord de retracer la bataille dans les années Reagan pour désengager les États de la protection de l’environnement pour en laisser la libre régulation aux entreprises et au marché supposés plus efficaces à le protéger. Ainsi vont naître les quotas d’émission de Co2 ou droits à polluer et le début de la financiarisation de la nature dorénavant perçue comme un capital et non plus comme une ressource finie.
    Et celui, d’expliquer clairement par quels truchements les multinationales, les banques, les assureurs et les agences de notation sont présents au cœur même du pilotage des plus grandes ONG environnementales, se jouent des « mécanismes de développement propres (MDP) pour polluer ici et spéculer là-bas, faisant de la Nature la nouvelle poule aux œufs d’or boursière….au risque, non seulement de dévaster la planète, mais aussi de provoquer une crise financière à la mesure de celle de 2008.
    Notre avis : L’occasion de bien comprendre le fonctionnement des nouveaux instruments de protection de l’environnement et ses acteurs. Un contrepoids indispensable à toute vision angélique de l’écologie !

    Stéphane

  • La centrale

    L'équipe de la librairie vous conseille

    Notre avis :
    « La relève. Comme en première ligne à la sortie des tranchées, celui qui tombe est remplacé immédiatement. Dans la discipline, et les gestes appris et répétés jusqu’à l’automatisme. Il y a des initiales pour ça. DATR. Directement affectés aux travaux sous rayonnements. »
    Ce premier roman d’Elisabeth Filhol relate le quotidien des intérimaires qui assurent l’entretien et la maintenance de nos centrales nucléaires.
    Autour et au coeur même du personnage principal qui n’est autre que la centrale, s’agitent des ouvriers précaires, travaillant parfois de nuit et logeant dans des caravanes.
    Se relayant tour à tour la peur au ventre, pour des tâches temporaires mais dangereuses, ces jeunes hommes qui sont de la « chair à neutrons » craignent par dessus tout de dépasser leur quota d’irradiation ce qui mettrait fin à tous leurs contrats pour le reste de l’année.
    Un roman social court, mais intense, à l’écriture sèche et intrigante où plane à tout moment le spectre de Tchernobyl
    .

    Stéphane

empty